Docteur love

« C’est presque métaphysique ça d’ailleurs, pourquoi notre cerveau s’éteint t-il quand un docte (ou quelqu’un se considérant comme tel) s’adresse à nous? »

Cela est vrai ! Je l’ai souvent remarqué…

Souvent, quand j’essaie d’expliquer quelque chose aux gens, à propos des fossiles du bassin charentais par exemple, ou de la civilisation Mycénienne, souvent les yeux de mes interlocuteurs se vident.

Mon ex avait réponse à tout : « C’est normal : tu as ce pouvoir de confronter les gens à leurs incohérences qui les emplit de ce ressentiment sacré (dont parle René Girard) des juifs à l’égard du Messie, gnagnagna… », dissertait-il doctement, après je ne sais plus : mon cerveau se déconnectait.

Des suites d’une accumulation réciproque de lourde rancœur bien verte, j’ai fini par quitter ledit infime [transformé qu’il avait été, au fil des ans, à mon contact, en le plus accompli des cuistres] pour un adorable mâle alpha, autoritaire à souhait et colérique.

Mein süßer lieber Gatte – ce monstre adorable avec lequel désormais je vis – m’assure dorénavant sur un ton badin que si mon ramage a si rarement du succès, je ne dois pas en prendre ombrage : que cela tient à ce que les hommes lui préfèrent de loin mon plumage, et ont du mal à me regarder dans les yeux.

« Si cela te tracasse trop, ajoute-t-il en riant, tu n’as qu’à arrêter de parler! »

Et là-dessus, effectivement, je m’exécute. Car lorsque Zeus rit, le sol, souterrainement, nous fait comprendre qu’il est prompt à trembler!

Publicités

8 réflexions sur “Docteur love

  1. Les femmes belles et intelligentes sont souvent perverses, ce qui rebute un peu les hommes en conflit avec leur virilité, moi j’aime ça. Ce qui me déplait en revanche ce sont les femmes qui font de l’humour.

  2. Non mais en ce qui me concerne, pour le truc des yeux qui se vident, je voudrais préciser: c’est juste que tu parles très très vite (je dit ça admirativement, hein) et que la plupart des cerveaux ne fonctionnent pas aussi vite que le tien (surtout le mien) :-)

  3. Millie s’est trouvé un adorable mâle alpha. Merde, c’est tout un monde qui s’effondre pour moi.

    Dîtes-moi que ce texte est une fiction, que je puisse espérer encore.

Les commentaires sont fermés.