Voilà le genre de mail que je reçois sur FB … ;)

Je ne sais quand précisément, comment et pourquoi j’en vins à prononcer, à chuchoter presque, votre prénom et votre nom, à les répéter songeur et à déclarer tout ce que ceux-ci m’évoquaient : le charme d’une période lointaine à la grandeur révolue, des parfums enivrants et envoûtants de scandales sulfureux, la fureur et le panache d’aventures exotiques et coloniales, les complots machiavéliques et feutrés de conjurations secrètes, les agissements tortueux d’espions aussi redoutables qu’insaisissables, l’angoisse sourde de mystères embrumés déroulant leurs méandres au son du sifflement des becs de gaz ou de la vapeur hurlante de sombres locomotives lancées à pleine puissance dans les profondeurs d’une nuit humide et pluvieuse.

Je m’interrompis soudain embarrassé. Mon hôte, le docteur Watson, me sourit.

– « Tadorne, mon ami, peut-être est-ce là l’un des effets secondaires de vos voyages répétés dans le temps et de vos longs séjours dans le passé car vos déclarations sont troublantes ! Vous semblez frappé d’amnésie… Iréna Adler… LA femme ! »

Ce fut comme si je tombais lourdement à la renverse dans une eau glacée ; la mémoire me revint de façon fulgurante transformant ma gêne première en honte.

Un nom, votre nom ! Insolemment lisible, faisant fi de toute dissimulation, comme un défi, comme un indice si apparent qu’il en était devenu improbable, inacceptable, invisible.

Iréna Adler, la seule femme qui ait su duper le maître des détectives et s’attirer son admiration. Quelles références !

La classe, non ? :-D

 

Pieter Boel — Grande vanité

Pieter Boel — Grande vanité

Publicités

Une réflexion sur “Voilà le genre de mail que je reçois sur FB … ;)

  1. Sur Facebook j’ai deux mille amis,
    en photo y’a mon gros zizi,
    et les filles affluent de partout
    pour me montrer leurs beaux minous!

    Milie c’est toi que je veux!
    Alors ajoute moi comme nouvel ami pour qu’on
    passe des nuits à philosopher et s’amuser.
    Tu verras combien je suis naze et un gros con
    mais avant d’me supprimer j’aurais profité
    à plein de ta très grosse poitrine,
    divine déesse gréco-latine!

    Pour ton amour je serais prêt,
    à te jurer fidélité,
    parcourant la terre et le ciel,
    à rosser ce con d’Pénis L. !

    Irina c’est bien toi que j’aime,
    nos chemins devraient se croiser,
    sur facebook si tu le permets
    et tu gouteras de ma crème,
    un jour de folie nietzschénne,
    quand ma grosse queue tu feras tienne!

    Milie je taime à en mourrir,
    entraînes-moi dans ta folie,
    mais surtout n’me fait pas courir,
    sinon je rentre en Albanie!

Les commentaires sont fermés.