« Et on reparle de la peine de mort » – Oui-da, reparlons-en !

Ce qui vient répond à un article (éponyme) d’Antony Naar sur No Country For White Men disponible ICI.


 

Perso je pense comme mes petits potes les méchants-réacs-pas-bô à ce sujet : il y a un sérieux problème de laxisme avec les tribunaux de ce pays. Le syndicat de la magistrature noyauté par le gauchisme est véritablement une entrave à la justice. Aujourd’hui on relâche tant de multirécidivistes (qui sans ça, évidemment, ne le seraient pas – ou pas autant) intimement connus des services de police, dûment fichés, chopés et re-chopés par eux, que les policiers ont l’impression de bosser pour des prunes, qu’on se fout de leur gueule, et au final baissent les bras.

Décider de la mort d’un individu selon un processus administratif froid et rationnel, c’est dégueulasse. C’est le truc le plus immonde, le plus inhumain, qui puisse exister. Vous estimez que quelqu’un mérite de mourir ? Très bien. Alors tuez-le. Laissez-vous envahir par la haine, et allez le lyncher. Attrapez-le, frappez-le, faites gicler sa cervelle sous vos coups de botte. Pendez-le sur la place publique. Logez-lui une balle dans la tête.
Faites ce que vous voulez, mais faites-le.
Et faites-le en regardant votre victime droit dans les yeux, tout en vous souvenant qu’il reste toujours une possibilité, même infime, qu’il soit innocent.
Si vous êtes capable de faire ça, et je suppose que les proches et parents de la jeune Laëtitia en sont capables, alors vous pouvez être pour la peine de mort.

[Anthony Naar]

Le problème c’est ça, voyez. La chochotterie généralisée, cette décadence des mœurs, qui fait craindre aux parents eux-mêmes d’exercer toute sanction un peu sévère à l’égard de leurs enfants [qui serait susceptible, au demeurant, de conduire ces enfants à les juger à leur tour, en retour, d’un œil plus sévère]… A leur image, les gouvernants & magistrats n’ont pas de plus grande crainte aujourd’hui que d’endosser cette putain de culpabilité – bâton merdeux qu’il leur faut pourtant toujours, en définitive, refourguer à quelqu’un d’autre, car la nature a horreur du vide -, c’est-à-dire de n’être pas aimés de leurs protégés & administrés. Ne sont-ce pas là des préoccupations entre toutes faibles, couardes et futiles ?
– De même ces gouvernants n’ont manifestement pas de plus grande hantise (inconsciente ou pas), au final, que de voir leur peuple – infantilisé au maximum – sortir du cocon qu’ils lui tricotent et développer enfin un esprit critique. Ne sont-ce pas là, plus encore, des motivations criminelles ?

Oui, le châtiment engendre le jugement, aussi sûrement que le jugement engendre le châtiment. C’est ce pourquoi, précisément, il y a bien pire qu’un mauvais jugement, bien pire qu’une délibération de tribunal fautive, bien pire, en définitive, qu’une victime de la Justice : le pire scénario possible, c’est pas de jugement, donc pas de justice, du tout !

Innocent châtié vaut mieux que crime sans châtiment. Car l’innocent qu’on a châtié, plus fort encore que n’importe qui, criera dorénavant : « Justice! ». En revanche, l’enfant qui ne connaît pas de lois, car il n’en a jamais rencontrées, qu’est-il sinon perdu pour l’humanité ? L’expression « privé de jugement », en français, désigne deux choses : « privé d’intelligence » et « libéré ». Beau médium, dense et grave, que la langue française ; à tel point que les autorités inventent de nouveaux mots, les plus disgracieux possibles, et de nouvelles formules, bâtardes par définition, pour atténuer la force de sens qui est contenue dans sa nudité.

 

L'oeil était dans la tombe...

L'oeil était dans la tombe...

 

« Croiser l’œil de sa victime » – voilà de quoi le criminel qui ne veut pas assumer de l’être, a peur ! Mais qui sont donc mes contemporains (magistrats ou autres) pour croire qu’ils peuvent vivre eux-même sans commettre aucun crime, en parfaits innocents ? – « être des hommes qui mangent du pain », comme disaient les grecs, sans écoper des maux libérés par la boite de Pandore ? Personne n’est innocent, en ce bas-monde. Un magistrat qui s’imagine qu’il existe un tel fossé entre lui-même et ceux qu’il juge, est plus inhumain encore que le criminel en face de lui qui courbe la tête sous le poids de son péché et croit avec ferveur que ce péché l’écarte du genre humain (alors que si l’on en croit les Antiques ou les Evangiles, au contraire, il l’en rapproche). Les chrétiens parlaient du Péché Originel à ce sujet. Ils n’en parlent plus car une conception aussi sévère (donc aussi juste) de la justice, du moins telle qu’elle est possible à hauteur d’homme, ne flatte pas les foules. La modernité a rendu le peuple désireux de trouver la rédemption totale à tous les coins de rues : au lieu de rédemption, on exempte les gens de posséder des fautes, et au final on les exempte, par ce biais trompeur, de posséder une âme.

La culpabilité est un œillet rouge que l’homme de goût et de noblesse se doit de porter à la boutonnière. Alors oui, s’il ne restait plus que moi, qui ne suis pourtant qu’une femme, conçue pour donner la vie et non la mort, et qui ne devrait pas, à cause de cela, exposer mes yeux et mes mains à être salis par la « merde »de la Condition Humaine (cf : Malraux), comme vous dites, eh bien s’il ne restait plus que moi pour exercer la justice, oui-da, je le prendrais le couteau, je regarderais la victime de la Justice Aveugle (souvenez-vous de son allégorie) dans les yeux, j’y brûlerais mes yeux humains (mais pas ceux de la Justice), et j’accomplirais à mes propres dépens ce qui – au moins – ne salit pas, mais au contraire maintient debout, les monuments immortels de la civilisation et de l’Occident.

Publicités

27 réflexions sur “« Et on reparle de la peine de mort » – Oui-da, reparlons-en !

  1. Exellent article . Vraiment . On en revient encore et toujours à cette hantise du pêché originel , cette croyance en un homme qui serait par nature bon et pur , et un monde , une societé qui serait responsable du vice et de la corruption .
    Il me semble correct de « déleguer » uniquement quelque chose que l’ont peu faire soi-même . Prenez un abbatoir . Combien de personnes seraient capables de tuer un agneau qui nous regarde avec des yeux plein d’amour ? Entendre un porc crier ? Oter la vie à un animal ?
    On ne devrait manger de la viande que si on est capable de tuer soi-même un animal . Si on n’est pas capable , on devient végétarien , et pis c’est tout . Accepter de manger de la viande si et seulement quelqu’un tue à notre plaçe , c’est de la lâcheté . Pareil pour la justice .
    Un juge aura du sang sur les mains . Mais qui n’en a pas ? Hitler a-t-il tué déjà quelqu’un ? Combien de familles un avocat contribuera-t-il à briser ? Combien de personnes un huissier a-t-il cassé ? Combien de coeurs une belle femme a-t-elle brisés ? Toutes ces personnes agissent pourtant avec un sentiment de pureté , font leur boulot , vivent , meurent . On ne garde pas les mains propres en délégant la justice , on partage un poids , et c’est ma foi très bien comme ça .
    Pour le reste , il y a la rédemption . En serez-vous capable à mon égard ?

  2. Merci PDLL ! :)

    « Il me semble correct de « déleguer » uniquement quelque chose que l’ont peu faire soi-même. »

    Là chuis pas d’accord. L’homme est un être social, après tout. Il n’est pas fait pour vivre avec sa bite et son couteau. Ou seulement quelques uns. Disons que ces quelques uns, chez les hommes, sont destinés à être les Saigneurs. Pis les autres, ben ma fois, faut les laisser n’être pas plus qu’il ne peuvent, c’est-à-dire des agneaux.

    M’enfin, vous voyez une jolie jeune fille aux mains blanches, au coeur simple et propre, vous n’allez pas la priver d’un bon beef-steak, qui lui donnera du rouge aux joues, sous prétexte qu’elle serait incapable d’entendre un petit veau pleurer sans demander à son père qu’il l’adopte ?

    Telle est l’humaine condition. Irréductiblement déchirante… et déchirée ; comme le voile d’Isis. :)

    « Pour le reste , il y a la rédemption . En serez-vous capable à mon égard ? »

    Lolol ! C’est n’imp’ ! De quoi je vous en voudrais, au juste ?
    Je ne suis qu’une grosse feignasse incapable de répondre dignement à tous ses gentils commentateurs. ‘Faut pas chercher plus loin une explication profonde à mon peu de présence en ces lieux. ;)

    • Ben justement , si une jeune fille veux un bout du mammouth , elle dois s’associer avec le chasseur . C’est le début de la civilisation , le début de la fin , le commencement du déclin de l’individu , la spécialisation .
      L’amour nous guette , tapis dans l’ombre , attendant son heure . Cette stratégie implacable qui veux que le « un » soit « couple » , puis tribu , puis civilisation , puis humanité .
      Je ne sait pas si c’est un lapsus , mais parler de « saigneurs » et d' »agneaux » , c’est très révèlateur .
      Il y a quelque jours , j’était un clochard , et maintenant je suis Seigneur , il y a de la promotion dans l’air …

  3. Discriminationg Sexiste !

     » qui ne suis pourtant qu’une femme, conçue pour donner la vie et non la mort, »

    Jusqu’à preuve du contraire, du moins chez les vertébrés, il faut être deux pour donner la vie.

    Comme si Maëté non plus n’avais jamais tué !

  4. Moi je suis conçue pour donner la vie et non la mort. Les autres, elles se débrouillent.

    Ceci dit j’ai conclu que j’étais prête, comme les femmes de l’A.T, si nous étions amenés à sombrer à nouveau dans des temps barbares et obscurs, à me saisir du couteau tendu par A.Naar. Que vous faut-il de plus à titre de preuve de ma bonne foi ?

    ***

    La délicatesse de nos mœurs occidentale, le fait que nous répugnions tous, pour la plupart, à la violence crue et à la fréquentation des morts et de la mort, fait tout de même beaucoup pour notre prestige, mine de rien. Je veux bien être utile à ma société et à ce en quoi je crois, mais je ne prétends pas non plus que c’est les servir que de m’avilir au contact du sordide et du sanguinolent. De même que le sordide rejaillit sur ceux qui le fréquentent, fut-ce pour le combattre, ou pour passer au travers, le manque de dignité/d’hygiène psychologique/de désinvolture/de grâce, que chez le « combattant du crime » peut provoquer un cohabitation trop prolongée avec le crime lui-même, est susceptible d’affecter n’importe quelle cause, aussi élevée soit-elle. [Qui fait l’ange – surtout l’ange exterminateur -, fait la bête, ne dit-on pas?]. La souillure de l’âme et des yeux n’est pas une vue de l’esprit : comme la chair, parce qu’humaines, elles sont corruptibles.

    Voilà à quoi ont toujours servies les grosses machineries procédurières et hiérarchisées des administrations, depuis que le monde est peuplé de cités et d’empires : à faire en sorte que le poids de toute cette culpabilité qu’engendre le fait d’élever des monuments à la gloire de l’homme, soit équitablement répartie sur tous les membres de la nation, et les fédèrent (les fédèrent « dans le péché » aurait dit R. Girard). A faire en sorte que seule une part infime de tout ce péché-à-gogo pèse sur les rondes épaules du pauvre bourreau, et à veiller à ce que son anonymat soit garanti. :)

    ***

    Il est particulièrement important que les femmes, qui sont les garantes de la continuation de l’espèce, soient écartées des basses-œuvres de la civilisation. Il est important que les femmes et les enfants soient préservés du mal, même si cela nécessite en apparence une certaine dose raisonnée d’hypocrisie, sinon les cochons sont mal gardés, tout fout le camp, et le tribalisme criard guette.

    ***

    Quant à Maïté, elle a tué des animaux. Le mythe d’Abel et Caïn explique bien justement quelle différence cruciale il y a entre le fait de tuer des animaux et des hommes. Non, même si le hippie en nous (ou le rousseauiste) voudrait le croire, nous ne sommes pas (que) des animaux. En tout cas, aux yeux du Dieu d’Abel et Caïn, selon toutes apparences, c’est ce qui en nous n’est fondamentalement pas animal qui compte.

  5. « Je ne sait pas si c’est un lapsus , mais parler de « saigneurs » et d’ »agneaux » , c’est très révèlateur . »

    Pas de lapsus ; enfin ! On appelle ça une métaphore filée. ;)

    « Si une jeune fille veut du mammouth […] L’amour nous guette , tapis dans l’ombre , attendant son heur . Cette stratégie implacable qui veux que le « un » soit « couple » , puis tribu , puis civilisation , puis humanité. »

    Exactement ! De l’un découle ex-ac-te-ment l’autre ! That’s life. Nous sommes faits ainsi. Nous avons même *besoin » que cela soit ainsi. ^^

    « Il y a quelque jours , j’était un clochard , et maintenant je suis Seigneur , il y a de la promotion dans l’air … »

    Ha ha ! Bien vu, très bien vu même… Je vois. Vous ne me laissez pas le choix. Je dois y revenir, comme j’ai promis n’est-ce pas, à cette vieille histoire de clochard… Pff… Quelle aliénation… :D

    • C’est bon , c’est bon … Je suis d’humeur à porter une pancarte « free hugs » et à dire bonjour aux flics aujourd’hui , alors je passe .
      Et le clochard , c’est Zarathoustra , Kerouac , le juif errant , le sage chinois , Bukowski , le hobo , Diogène Zo d’Axa … Il n’y a rien de déshonorant ! Tant que l’indépendance prime sur la respectabilité , ça me va .

  6. « Il me semble correct de « déléguer » uniquement quelque chose que l’on peut faire soi-même. »

    A ce rythme, en délégant ce que l’on sait faire, il ne nous resterait à faire par nous-mêmes tout ce dont on est incapables. Ça vous paraît logique, à vous?

    Ceci dit, ces deux articles sont très bons Madame Raiponce.
    Anthony a déchainé les passions sur ce coup.

      • @ A.narr : Meuh c’est très bien de déclencher du ramdam ! Je vous remercie humblement pour votre article qui m’a puissamment inspirée. Il est important que la réac-osphère honore sa réputation qui est de compter au sein d’elle-même plus de nuances politiques fondamentale, que ne saurait le faire l’échiquier politicien officiel et accrédité. :)

        @ +

      • @ Anthony « censorship » Naar: Ce n’est pourtant pas très étonnant compte tenu de la faiblesse de vos arguments et de votre lâcheté (cf suppression de mon long post qui critiquait point par point ce que vous essayiez de démontrer… ainsi que mon bannissement pur et simple de « votre » blog… Pas très « subtil », tout ça).

        Et honnêtement, le « Laissez-vous envahir par la haine », vous n’avez pas eu la moindre hésitation lorsque vous avez cliqué sur « publier » en relisant cette idiotie (euphémisme)?

        Cela étant dit, Raiponce, c’est un très bon billet!

        [Heimdal, merci pour le compliment, mais je ne tiens pas à ce que vous utilisiez les espaces dédiés aux commentaires de mon blog pour laver votre linge sale. Une telle attitude signale un certain manque de savoir-vivre, du côté de chez vous, qui n’augure rien de bon. Sachez, plus encore, que le droit de propriété est l’un des rares qui soit toujours demeuré unanimement défendu en Réacosphérie : chacun, encore heureux, y reste maître chez soi. Alors, si votre propre contribution au blog d’Anthony Naar vous semble tellement supérieure à son contenu, nous ne pouvons que vous enjoindre à retenir la mansuétude exagérée (pour ne pas dire pathologique) qui vous pousse à désirer continuer de vous abaisser à l’enrichir malgré tout. Cordialement. (Raiponce)]

      • « Une telle attitude signale un certain manque de savoir-vivre, du côté de chez vous, qui n’augure rien de bon »

        Je suis un commentateur régulier d’un certain nombre de blogs (sous le même pseudo) et je n’ai jamais eu de problèmes. Je ne manque pas de savoir-vivre, mais je comprends que le fait d’avoir été banni A VIE d’un blog vous fasse peur.

        « si votre propre contribution au blog d’Anthony Naar vous semble tellement supérieure à son contenu, nous ne pouvons que vous enjoindre à retenir la mansuétude exagérée (pour ne pas dire pathologique) qui vous pousse à désirer continuer de vous abaisser à l’enrichir malgré tout »

        A priori, ce n’est pas le blog d’Anthony Naar mais un blog dont il est co-auteur. Et j’apprécie énormément les autres auteurs.
        Comme j’apprécie énormément le blog de Nico de Montreuil qui m’a d’ailleurs fait découvrir le vôtre.

        Le problème du linge sale, c’est que, lorsque l’un des deux protagonistes estime plus intelligent de bannir un lecteur (même virulent) que de discuter, vous ne pouvez pas le laver en privé… Ce que j’aurais préféré faire. Mais vous avez raison, on est maître chez soi. J’ai eu le tort de n’être pas d’accord (mais alors pas du tout) avec lui. Tant pis pour moi.

        Compte tenu de vos remarques acerbes et, donc, de l’amitié que vous semblez porter à M. Naar, je me contenterai désormais, à l’instar de ce que je fais avec le blog de ce dernier, de vous lire et m’abstiendrai de tout commentaire.

        Cordialement,

  7. Excellent article.

    « Innocent châtié vaut mieux que crime sans châtiment »
    C’est dur…

    « Car l’innocent qu’on a châtié, plus fort encore que n’importe qui, criera dorénavant : « Justice ! » »
    … mais juste, et très bien vu !

    « L’expression « privé de jugement », en français, désigne deux choses : « privé d’intelligence » et « libéré ». »
    :)

    « je le prendrais le couteau… »
    C’est tout à votre honneur. Cela dit, il est préférable que des personnes dédiées à cette tâche s’en chargent.
    Parce que, quand l’Etat et l’ordre s’écroulent, ce ne se sont pas les âmes nobles qui prennent le couteau : elles sont trop rares. Ce sont les barbares.
    L’âme noble doit être prête à saisir le couteau, mais une société ordonnée se mesure à sa capacité d’éviter cette extrémité.

  8. Merci beaucoup, Nico ! :)

    Dites-moi, j’ai besoin de votre expertise – j’ai confiance en votre jugement. Que pensez-vous de l’article qui est à la Une actuellement ? Dois-je le garder, le remanier, ou le garder comme puits à idées, en privé, sur une planche de dissection ?

    • Je ne pense pas que votre fan neumbeurouane puisse être très objectif , mais le cloporte le trouve un peu lourd , trop de redites , trop d’approfondissement et pas assez d’élairage nouveaux par rapport à l’ancien . Le précédent était un locomotive puissante et phallique , celui-ci un wagon beaucoup trop chargé . Mais bon , je dit ça , je veux pas être privé de smileys …

  9. Merci Cloporte neumbeurre ouanne ! Je le savais confusément et j’avais besoin d’une confirmation ! Vous m’êtes bien utile, décidément….

    Voilà votre smiley :o)

  10. Ah bah vous voyez que Nico n’est pas mon fan ! ;)

    @ Nico : La nouvelle présentation vous plait ? Si vous voulez qu’une image de votre choix soit attribuée à votre profil, il faut que vous la téléchargiez dans votre interface Gravatar. ^^

      • C’est vrai ! :D

        Mais c’est pas grave… ^^

        Ce qui est important, c’est d’étoffer un peu votre profil « Gravatar » afin qu’il apparaisse à votre goût aux côtés des 2 miens. ^^

        ***

        J’ai trouvé, pour l’instant, une présentation plus classieuse qui diminue l’impact visuel de votre « carré rouge ».

        @ +++ [Et ne vous inquiétez pas, les débuts d’un blog collectif sont toujours laborieux ^^]

  11. Je n’ai rien a ajouter au commentaire de Nico de Montreuil, si ce n’est que le style est agréable.
    Par ailleurs, vous n’avez pas répondu à ma question. Je cherchais votre adresse mail sans la trouver. Où est-elle ?

  12. Merci Dartagnan.

    [Vos autres questions ont été résolues, j’ai éliminé notre échange parce qu’il n’intéresse pas mes lecteurs, veuillez cesser de me relancer à ce sujet, please.]

  13. Euthanasie, peine de mort, avortement…Je me demande sis tous ces gens qui militent pour ou contre sont prêts à mourir pour leurs idées…

    • Salutaire détachement. Après tout, il ne s’agit que d’une discussion. Il n’y a pas mort d’homme, hein.

Les commentaires sont fermés.