Millie n’aime pas que les menhirs, elle aime aussi les canons

 

Les Invalides, c’est bath’ !


 

Publicités

33 réflexions sur “Millie n’aime pas que les menhirs, elle aime aussi les canons

  1. canon de beauté espiègle (et limite-limite salace)… mais bon, faut dire je m’y entends autant en culasse qu’en imparfait du subjonctif ^^

  2. – Observez ce canon cher Corningstone, ne voyez-vous rien de particulier ?
    – Ma foi non….
    – Il est royaliste !
    – Diable. Comment le voyez-vous ?
    – Des fleurs de lys y sont gravées.
    – Je ne vois rien.
    – Mais si. Regardez mieux.
    – Où cela ?
    – MAIS ! Pas là, imbécile !
    A ces mots, W. m’administra une énorme gifle qui me fit vaciller.
    « Bien. Quand vous aurez terminé vos gamineries, nous pourrons enfin résoudre l’énigme qui nous occupe ».
    « excusez-moi », lui répondis-je, penaud.

  3. W. était persuadé qu’Irena Adler cherchait à envoyer un message à la réacosphère. Mais lequel ?
    – C’est pourtant simple. Deux symboles : le menhir… le canon…
    – Oui…et ? répondis-je.
    – Vous ne comprenez pas ?
    Il me regardait en clignant de l’oeil.
    – Ah ! C’est ça ! Suis-je bête ! Le menhir ! Ah, énorme, le coup du menhir ! Et puis le canon !
    – Oui ! Absolument !
    – Ah ah ah ! Et que c’est salace !
    – Pardon ? fit W., cessant de rire.
    – Ah ah… eh bien… les symboles phalliques… Adler semble apprécier…hé hé… les hommes canon… dotés d’un…Enfin, vous voyez …
    W. me regarda d’un air qui hésitait entre la tristesse et le dégoût.
    – Mais de quoi parlez-vous pauvre andouille ?
    – Ce…Ce n’est pas ça..?, fis-je prudemment.

    W. m’ignora et continua ses réflexions à l’attention de Lord H. et la princesse Slupkowska, qui avait fait mine de ne pas entendre ma remarque :
    « Considérant que le menhir est un symbole identitaire ; que la fleur de lys est un symbole nationaliste, royaliste, je pense qu’Irena Adler envoie un message pour l’union des deux droites réactionnaires : identitaire et classique. Le coup de génie de l’affaire est de masquer le signal de cette insurrection par des symboles propices à égarer les esprits primaires. Lord H…, je suggère que vous demandiez au ministère de prendre les mesures nécessaires. »

    Je m’enfonçais en rougissant dans mon fauteuil, pendant que Lord H. demandait l’Intérieur.

  4. Dieu, quelle femme !
    Votre coiffure vous va à ravir !

    Mais si j’avais été là, je vous aurez conseillé de porter une grosse toque russe, astrakan, à la cosaque inclinée. Effet Irena Adler Raspoutina 1814 garanti, ou bien parfaite affiche du 5e volet des aventures d’Ilsa, qu’on appellera Irena pour l’occasion.
    Irena contre les Hussards, Irena la chatte des Invalides que sais-je encore ?

    Meleagre

  5. Chère Millie, je constates jours après jour que, comme les bons vin, les Dame se bonifient avec l’âge. Enfin, vous êtes jeunes !

    Spéciale dédicace à Nico de Montreuil : votre prose s’impose.

  6. Et l’écharpe, alors, Ariane ? pour ma part, sur ce cliché du moins, je la trouve on ne peut mieux assortie aux multiples nuances du bronze… comme si ces canons ne visaient qu’un seul objectif : se mettre au service du minois (pour ainsi dire éclatant, ce teint !)

    — au reste, je la trouvai parfaitement belle ainsi, avec son visage nacré et du même ton que sa main, sans aucune nuance d’incarnat, ce qui faisait que ses yeux semblaient de jais, ses lèvres de corail. — (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes)

  7. J’entends le mannequin à côté du Hussard qui grommelle

    « Petit-fils d’uhlan, fils d’uhlan et en … »

    Sinon, sachez que d’après certaines sourcesle canon que vous chevauchâtes lançait des anges: des boules frappés au chiffre du Roi avec deux L.

  8. Oué ! Aux poubelles de l’histoire de Caer, Nico !

    Non mais je suis pas la sainte Vierge, moi !

    Encore un qui m’a parlé comme à la Sainte Vierge uniquement parce que je pouvais lui être utile ; et encore ça c’est pas bien grave… Mais que cela se fasse en ternissant la crédibilité de mon blog et en me créant de nouveaux ennemis malgré moi, c’est trop fort ! On tend la main et voilà comme on est remercié !

    En fait, – hélas je l’ai compris trop tard ! -, si Nico s’est mis à la colle avec moi, c’est juste pour faire bisquer une gonzesse qui l’a plaquée. S’il est devenu antilibéral du jour au lendemain c’est parce que la gonzesse en question l’a plaqué pour un libéral-conservateur puriste. S’il est venu retourner sa veste sur CAER, enfin, c’est parce que le couple en question lit CAER ! – [Enfin, lisait. J’étais en relation jusqu’à récemment avec ces gens, qui à présent se retournent contre moi !].

    En effet, les tourtereaux ne lisaient plus le blog Nico depuis quelques temps, – pauvre chou ! – ; en fait ils refusaient catégoriquement tout contact avec lui… Il fallait bien pourtant qu’il leur fasse savoir ce qu’il avait sur le coeur ! ..Non ? ^^

    Oh comme tout cela est humain ! Comme tout cela est profondément compréhensible ! Mimi est une fille compréhensible, tout le monde le sait : son blog était donc le lieu tout-indiqué pour déverser un trop-plein de bile patiemment accumulé. :)

    Mis à part ça le bougre me respecte bien sûr toujours beaucoup, c’est évident ; il âdOore toujours énormément ce que je fais, cela va de soi, et il ne s’attendait sûrement pas à ce que tout cela vire mal… [je suppose donc qu’il croyait sérieusement que la fille reviendrait avec lui ; car sinon comment pouvait-il penser une seconde que cela ne virerait pas mal ?]- C’est même parce qu’il aime CAER à la folie qu’il l’a confondu avec un pot de chambre, en fait, je ne vois que ça.

    ***

    Le pire c’est que les gars comme Nico, ils se prennent pour des saints, vous savez, ils sont jamais responsables du mal qu’ils font, c’est ça qu’est bien pour eux. Vous l’entendrez encore clamer à qui veut l’entendre (mais qui d’autre que moi voudra l’entendre ? – d’autres « Saintes Vierges » qu’il prendra au piège de leur propre sensibilité à la flatterie, peut-être? ^^), vous l’entendrez encore clamer partout qu’il est une victime, c’est certain. – Une victime des femmes, le pauvre, il va en trouver de la compassion ! :D

    Moi je m’en fous, je veux bien être le bourreau. Qui fait l’ange fait la bête. Je l’ai déjà bien trop de fois, – pour m’être moi-même retrouvée plus qu’à mon tour d’un côté et de l’autre du manche de la lance de Longin – appris à mes propres dépens.

  9. Tout cela est faux, Millie, point par point.
    Je pourrais facilement le démontrer, en exposant les faits, la chronologie.
    Mais pour le faire, il faudrait que je fasse état d’échanges privés, de mails etc.
    Et je n’ai pas l’intention de me livrer à un déballage.

    Ce qui revient à dire aux yeux de ceux qui liront ceci, que j’ai « perdu », et que je me retrouve dans la position de l’imposteur démasqué.
    Eh bien tant pis, qu’il en soit ainsi.

  10. Bonjour à touches,

    Alors moi mine de rien j’en profite pour demander à quand le nouveau photos-reportage !?

    Suggestions pour quelque prochaine excursion : un plan avec des animaux… genre Millie rend visite à l’esprit de François le rhinocéros du zoo de Vincennes/ Dans la grande galerie de l’Evolution, Millie se glisse entre les défenses de Siam et ce afin de se mesurer à sa trompe/ Offre des fraises Tagada au diplodocus de la ménagerie du Jardin des plantes/ etc. etc.

    Au plaisir ^^

  11. Y’a pas de chronologie qui vaille, Nico. Faire bisquer ….., dire ce que tu avais sur le coeur à son compagnon, faire réagir violemment sur son blog, la rendre jalouse et odieuse envers moi alors qu’auparavant nous nous aimions bien, je ne dis pas que tu as fait tout ça avec préméditation mais tu l’as fait.

    Comme tu étais heureux de sortir de longs mois de souffrance muette et inutile, d’ouvrir enfin ta grande g. , et « relever enfin la tête »(sic), ce sont tes mots ! Il ne t’est jamais venu à l’idée qu’une simple question de politesse aurait dû te pousser à réfléchir à deux fois avant de venir régler tes vieux comptes perso sur mon blog ?

    – Les allusions à …. étaient limpides, en particulier dans ton premier texte ; je n’ai besoin de rien ni de personne pour le savoir. Epargne-moi ta correspondance et les dates, je sais que la correspondance entre elle et toi s’arrête bien avant notre rencontre. J’ai été moi-même transie d’amour suffisamment longtemps, au mépris de toute autre âme qui vive, pour quelqu’un qui ne voulait pas de moi, pour comprendre (sans excuser) ce qui t’a motivé (+/- inconsciemment) dans cette aventure avortée à la rédaction de Caer.

    L’absence de préméditation n’exclue pas la faute. Elle veut juste dire que tu t’es montré incapable de la moindre anticipation, ne serait-ce qu’en vue de protéger mon désir de paix et de respectabilité.

    @ Paracelse : Merci, cette remarque de ta part me touche. Il est vrai que j’étais embarrassée de ce que Nico était venu écrire sur mon blog, mais la raison que j’ai trouvée pour le virer est on-ne-peut plus valable.

    Je vous donne à lire une partie de la charge dont lui et moi faisons actuellement l’objet (une partie de la réacosphère passe avec nous à la moulinette de la colère de l’auteur, j’ai coupé les courts passages concernant Fromage+, Anarr, et tout le toutim) :

    [AUTOCENSURE : le texte en question est déjà online une fois, nulle besoin de l’y mettre en double]

    ***

    Tout cela est si profondément pénétré de moite intimité gastrique et de vieux règlements de comptes ! Où sont l’objectivité politique et le désintéressement que nécessitent les choses de la pensée, là-dedans ? Gonzesses que tout cela ! Affect & Humiliation à tous les étages, voilà ce que nous gagnons à la fréquentation des gens comme Nico & ….. !

  12. On dirait un photogramme colorisé d’un feuilleton de dramatique télé des années 1960, je parle pour le grain de la photo où votre main exécute un geste sans équivoque sur un canon en fonte, une sorte de naissance de la couleur

  13. Comment ça, Bof.^^ ? ^^

    Et moi qui tout bêtement pensais qu’outre les menhirs et les canons, Millie avait un faible pour les créatures pachydermiques, me suis lourdement trompé, allez savoir pourquoi…

    Presque plus sérieusement, tenez, en signature :

    « Paris, mai 1955, pendant le tournage du film L’histoire prodigieuse de la Dentellière et du Rhinocéros : Dali au zoo de Vincennes, peignant une version paranoïque-critique du célèbre tableau de Vermeer face au rhinocéros François. »

    Fin de citation, à vous les studios ^^

  14. @ John : d’accord, d’accord, lol ! Le mammouth du Jardin des Plantes, j’y songerai… ;)

    @ Memento Mouloud : Oui, évidemment que la photo avec le canon est la moins jolie de l’album. En fait elle était passablement floue, j’avais bougé, et je n’en possédais qu’une dans cette position (il avait fallu profiter d’un instant où les touristes et les gardiens se désintéressaient de ce côté-ci de la promenade ^^ ; une fois le cliché dans la boite, nous n’avons pas jugé bon d’insister) – j’admets l’avoir un peu retravaillée (moi-même, avec mes petites mains) sur un logiciel de traitement d’image pour la rendre davantage esthétique. Les autres, en revanche, que j’ai pris soin de rendre accessibles au-dessous (peut-être justement par souci d’honnêteté ^^), n’ont fait l’objet d’aucune retouche, l’atmosphère de cette après-midi parisienne-là de fin d’hiver, sa lumière blanchâtre et glacée (et pour tout dire peu flatteuse), y est même assez fidèlement rendue. ^^

  15. Et de grâce, si des fois vous décidiez de passer à l’acte, évitez de porter votre fameux t-shirt moulant I ♥ Sarah Palin ! c’est connu : le mammouth empaillé – de nature violemment inflammable et susceptible -, n’a pas le moindre sens de l’humour ^^

  16. Les touristes m’énervent aux Invalides. Moi je suis là comme un, con plein d’émotions, je dois ressentir la même chose qu’un chrétien qui met les pieds dans une église. Mais les autres ils passent devant des tombeaux de personnages qui ont carrément conditionnés notre Histoire, dont la simple vie à influencée celle de millions d’autres à une époque, des destins pas croyables à jamais plus prestigieux que ceux de Johnny Halliday et de Zizou réunis. Mais non ils se demandent juste où est-ce qu’ils vont casser la croûte et à quelle heure ils vont rentrer à l’hôtel. Ca m’a pourrit la journée.

    Même chose pour la Basilique Saint Pierre. Je m’attendais à un moment empreint de mysticisme, à ressentir une foi religieuse autour de moi dans le fief de la religion d’1,5 M d’humains. Bien sûr on en prend plein la gueule, c’est beau, grand, doré, mais j’avais plutôt l’impression qu’une bonne partie de la foule faisait comme si elle se baladait dans un magasin ikéa..

  17. Il faut y aller tôt le matin ou quand le temps est mauvais, bref quand la lumière est belle et qu’il y a peu de monde… c’est le b-a-ba, voyons ! ;)

    Pour la Basilique Saint-Pierre, c’est différent. C’est de toute évidence un endroit qui n’a jamais eu d’âme… c’est un grand hangar, et puis c’est tout.

    A Rome, – sans doute la plus belle ville du monde -, Dieu est assez présent ailleurs, pour ne pas aller le chercher là-bas. ;)

  18. (…) Nul doute, tout le monde se lèverait alors en fixant sur moi un index désapprobateur et en criant : tu n’es pas comme nous ! Tu n’es pas comme nous, tu n’es pas comme nous, tu n’es pas comme nous !
    Je réfléchissais à ça en buvant mon café, les yeux dans le vague. Vaines spéculations.
    Ma solitude, ça c’était une réalité. Je n’avais de lien avec personne. Voilà mon problème. Je revenais toujours à moi-même. Je n’avais de lien avec personne.
    À quand remontait la dernière fois que j’avais aimé quelqu’un, vraiment sincèrement ?
    Ça remontait à loin. Quelque part entre deux périodes de glaciation. Ça remontait à un passé historique et très lointain. Au jurassique. Ils avaient tous disparu maintenant. Les dinosaures, les mammouths, les tigres-sabres, et aussi les étudiants contestataires dans la fumée des gaz lacrymogènes. Ensuite était venue la société capitaliste hautement développée. Et dans cette société je m’étais retrouvé tout seul, abandonné.

    Murakami Haruki, Danse, danse, danse

Les commentaires sont fermés.