De l’écriture… ;-)

 

On n’écrit pas des essais comme on écrit des chansons. Autant l’amour déçu est souvent un moment propice à l’écriture des poèmes, autant l’essayiste capable de changer de politique à seule fin d’en remontrer à un ennemi ou à une femme ne mérite que de chausser le chapeau  de bouffon et de faire s’esclaffer la cantonade.

On n’écrit pas avec le ressentiment et de désir de vengeance pour uniques moteurs ; on écrit pour s’avouer à soi-même ce en quoi on a toujours cru, même à ses propres dépens.

Il est aisé de confondre celui qui se meurt sous les coups d’autrui pour la beauté d’une idée et celui qui se meurt de n’avoir des idées que pour les beaux yeux d’autrui.

Publicités