Chronique de mes haines ordinaires_01

Bonjour cher lecteur,

Voici venue une nouvelle rubrique sur Caer, qui risque de faire couler du pixel noir!

En avant-première, vous voici livré un premier échantillon de ces passagères colères, (changeantes hargnes et furtifs courroucoucoux) qui m’animent en société tout au long de l’année (qu’il grise ou qu’il verdoie), dans notre petit monde virtuel.

Place au fight !

_________________________________________________________________________

Nous sommes dans une brasserie parisienne, un tableau magnifique est accroché au mur, que voilà :

Un boutonneux de 40 ans (comme d’hab’)  vient s’asseoir à la table d’Irena, compulser ses albums et déclamer un mauvais poème de son cru. Irena est atterrée.

Irena Adler Ok vous aimez mes photos, david, on a compris. Mais svp, ne m’écrivez pas de poèmes. Les mauvais vers me suscitent tant de mépris que je devrais vous virer+bloquer.

David se barre sans qu’on ait à l’y forcer. En arrive un deuxième, le même en plus con.


David2 Violente femme?
Irena. Il serait plus opportun de ne pas écrire à David ce que vous pensez de ses vers dans un espace semi-publique. Ce garçon vous écrit un poème ; bon, mauvais, cela a-t-il une si grande importance? Une chose est sûr le reste de la terre n’a pas à le savoir.
Je ne vous écris pas de poème érotique et je ne m’excuse pas pour mes fautes d’orthographes.

David2 D’ailleurs, quelques images un peu plus contemporaines ne desserviraient pas votre album. Aujourd’hui, nous sommes le 15 mars 2011.


Irena Adler Pff… écoutez, si je devais avoir des sentiments chrétiens vis-à-vis de tous les gros lourdauds qui viennent « tenter le coup », sans courtoisie réelle ni raffinement, sur mon fb de « petite gonzesse border-line », non seulement je serais pas rendue, mais y’aurait sans doute quelques vilains pour en profiter (y’en a même encore – des plus méchants que moi – que ma propre « méchanceté » supposée n’arrête pas, vous savez).

C’était pas un poème érotique et le gars n’était pas un pouet’. Vous en faites pas, je sais faire la différence, quand même…

Le monde, surtout internautique, est plus cruel que vous ne pensez, pour les petite pépètes qui se dévoilent. Plus je me dévoile, plus je dois muscler mon maniement du bâton, sinon je risque gros, vous savez. – [J’ai de vrais ennemis sur le net, moi.]

Ensuite, des David, y’en a un certain nombre, dans le monde… et rien que dans mes contacts, y’en a sans doute plusieurs. Qui voulez-vous que ça intéresse, duquel il s’agit, à présent que celui-là a supprimé son com’ ?

Irena Adler « D’ailleurs, quelques images un peu plus contemporaines ne desserviraient pas votre album. »

De quoi parlez-vous ?
Ma photo de profil date d’avant-hier, je crois. Je l’ai prise dans l’ascenseur de mon immeuble, en revenant de faire les courses. L’ascenseur date sûrement des années 80, pas moi. 


David2 Vous me plaisez bien Irena. Vous êtes vives.

« D’ailleurs, quelques images un peu plus contemporaines ne desserviraient pas votre album. »

Je parle des œuvres d’art représentées. Vous êtes jeune. Vous montrez de belles choses mais un peu surannées, je trouve. Vous habitez Paris tout de même. Il y a des squats, il y a des galeries, des centres d’art, des ateliers où il se passe des choses aujourd’hui même. Montrez-les nous.

David2 Mea culpa…

Je viens de regarder un peu plus les photos de votre profil. Il y a effectivement quelques œuvres contemporaines. Toutefois, vous n’avez pas l’air de beaucoup apprécier l’art contemporain, ce que je peux comprendre. Toutefois, nous vivons aujourd’hui et des choses intéressantes sont tout de même proposés ici et là.

Au regard de vos photos personnelles, je dois dire que vous êtes très jolie.

 

Irena Adler « Il y a des squats, il y a des galeries, des centres d’art, des ateliers où il se passe des choses aujourd’hui même »

Oh mon Dieu ! Un vieux con de gôôôôôôôche !Je ne fréquente pas les squats, voyez-vous. Je n’aime pas les garçons qui portent des dread-locks, parce qu’ils sentent mauvais. Je n’aime pas le reggae, parce que c’est de la musique pour drogués – si l’on ne fume pas, elle est abrutissante et insipide. Je n’aime pas non plus la « street-culture », parce que c’est un mensonge de la prétendre culture (au sens Levi-Strauss-ien) alors qu’elle n’est que barbarie décérébrée et pan-racaillerie. Je ne suis pas une droguée, je ne suis pas une alcoolique non plus. Je vis sainement, en femme-au-foyer, avec mon compagnon, français de souche, tout comme moi, avec qui j’ai une relation stable et je compte bien dans l’avenir fonder une famille. Je n’aime pas les endroit où « on dit que ça se passe », parce que c’est précisément là qu’il ne se passe jamais rien, en vérité. Je n’aime pas la mode, je n’aime pas l’argent, je n’aime pas les sociétés enj…vées jusqu’à la lie, je n’aime pas les mœurs dissolues des gens qui s’ennuient, je n’aime pas les gens qui s’ennuient de la vie en général car c’est une offense faite à Dieu et pire encore une faute de goût, je n’aime pas ce que « les gens » appellent « l’amour », car ils n’entendent par là en général que de la névrose et de l’hystérie, je n’aime pas l’art contemporain, mon rêve est de détruire une FIAC à grands coups de cutter dans les éternels « carrés jaunes sur fond jaune » à la con, et de dire au tribunal que mon geste incompris est une œuvre d’art, je préfère les galeries marchandes où l’on vend de la viande et du poisson à celles où l’on vend du Rothko, parce que c’est exactement le même type de lieu, à ceci près que les bouchers et les poissonniers ne sont pas des voleurs, j’habite à Paris mais je sors rarement de chez moi, pour ne pas trop me lasser de Paris d’une pat, et aussi pour ne pas trop déprimer, parce c’est globalement une ville sans âme, remplie de bourgeois méprisants ou pervers, lassés de tout sauf de détruire ce qui est moins pourri qu’eux. 

Quand aux choses surannées, je vis parmi elles, je suis une chose surannée, et les choses surannées vous emmerdent.

15 mars, 10:38 · · 3 personnes

 

David2 Message croisés

Réponse à votre longue déclamation se terminant par une insulte

Bof…

Fainéantise intellectuelle… Soft faschsime….Provincialisme….Peur…Repli sur soi-même…En phase avec la France Marinée contemporaine

Je vous trouvez vive…Je commence à vous trouver ennuyeuse et déjà fatiguée pour votre jeune âge.

Quant à Dieu, il est mort il y a bien longtemps déjà.

 

Irena Adler C’est vous qui êtes ennuyé, ennuyeux, et fatigant, et fatigué. Nuance.

Et c’est la vie en moi à présent que vous appelez « mort », parce que je ne suis pas à proprement parler ce que vous vous imaginiez être la jeunesse.Mais regardez-là un peu, la jeunesse de gauche : elle est vieille. Ou plutôt elle est exsangue, à force de se faire pomper l’âme et le sang par les croulants cramés aux UVs qui avaient 20 printemps en mai 68. 

Mai 68, printemps des vieux ; automne 2010 (grèves qu’on a déjà oubliées) : automne des jeunes.

Votre concept de la jeunesse est un concept prédateur, qui vous sert uniquement à vous convaincre que vous pouvez rester jeune, juste en ayant des idées et des préoccupations « de jeune », alors que le feu sacré ça n’est pas du tout ça.

Quand à Dieu, il est Ressuscité (aussi), monsieur.

Et lui et moi nous vous saluons bien.

15 mars, 10:53 · · 1 personne

Irena Adler – « Bof » –

Tout un résumé !


David2 Quel vie en vous ? La vie diminuée, amputée, faible, ascétique…. Ah oui, j’oubliais… l’Amour de la vie. Mais l’amour de quelle vie exactement?

L’Amour ou la haine de la vie avec un grand V, la vie qui accepte le hasard et le tragique avec joie ou celle qui condamne et avorte à coup d’aiguille à tricoter dans les poubelles de Dublin?
David2 Quant au Bof, il répondait à « vieux con » et « vous emmerdent ».

Évidemment, pour attendre l’idéal ascétique et la vie dépréciée, il est vrai qu’il faut nécessairement passer par toutes les injures et toutes les violences ; le fer, le sang et les clous bien sûr…


Irena Adler Quid de la vôtre, de colère, de vilénie, de bassesse, de faiblesse caractérisée, de volonté de blesser, à mon égard ?

***
« la vie qui accepte le hasard et le tragique avec joie ou celle qui condamne et avorte à coup d’aiguille à tricoter dans les poubelles de Dublin? »Pardon ? 

Je ne comprends même plus où vous voulez en venir… Vous croyez vraiment que je suis du genre à être pro-avortement ? :/

Vous croyez vraiment que je me fais l’ennemie du hasard et du tragique ?


David2 Je ne veux pas vous blessez. Vous m’avez insulté, je vous le rappelle, alors que je notez simplement que les œuvres d’art que vous montriez me semblez un peu passéiste alors que vous semblez être jeune pleine de fraîcheur.

L’insulte ne menant nul part, nous nous sommes peut-être rendu nul part.

 

Irena Adler Mais c’est vous de nous deux le plus aigre, mon vieux. C’est vous qui maniez le couteau, ici, qui cherchez la plaie.

Moi je tiens un discours politique, je défends mes valeurs, j’assure les bases sur lesquelles j’ai envie de construire quelque chose de pérenne et de *viable*. Vous, ne proposez *que* de (re-)détruire tout cela. Vous, ne proposez que de détruire tout ce pourquoi je trouve la vie digne d’être vécue, ou plus humblement encore tout ce comment j’envisage qu’elle puisse continuer paisiblement pour moi. Et ne remplacez cela par rien, à part votre haine des petites gens qui assument au jour le jour leur joie humble et forte dans les petites choses, et acceptent de ne pas brûler en permanence le phœnix émotionnel qui est en eux (comme en chacun de nous)… Là, en vous, elle vous dévore d’une haine qui ne dit pas son nom, cette aigreur-vôtre contre ceux qui survivent, quand la mienne dit son nom, donc n’est pas (par définition) une pure haine – mais aussi un don, une volonté d’éclairer. Que vous reste-t-il, dans votre rage de détruire ceux qui prétendent simplement vivre sans céder systématiquement aux appels langoureux des miroirs aux alouettes libéraux-libertaires? Il vous reste la défense des faiblesses des faibles (quand je voudrais moi leur donner de la force en leur disant qu’on peut s’affranchir du regard de la société), il vous reste la défense des raisons de mourir des morts (quand nous autres qui résistons si souvent à l’appel du suicide passons pour les lâches, dans cette affaire, alors que d’un simple point de vue philosophique, les lâches sont ceux qui abandonnent le combat au lieu de boire l’amertume de la Condition Humaine jusqu’à la lie – qui est, sachez-le, la plus grande des Anarchistes fiertés… En sorte que c’est vous, qui êtes profondément morbide… mon vieux. 

Irena Adler Je vous ai dit :

« Quand aux choses surannées, je vis parmi elles, je suis une chose surannée, et les choses surannées vous emmerdent. »Je vous ai écrit un beau texte (désolée pour la vanité). 

Et vous m’avez piétinée.

Il n’y a pas de mots pour dire combien le défaut de noblesse qui est vôtre me dépasse.

Nous avons assez parlé, à présent. Je n’ai pas l’intention de retirer quoi que ce soit, et bien au contraire, notre échange m’a profondément affermie dans mon dédain et ma pitié de vous. Vous avez fourni d’excellents motifs, aujourd’hui, à ma haine ordinaire, mais n’en serez pas pour autant remercié, car ne valez pas en tant qu’individu le commencement d’un mot de moi.

A présent, vous allez disparaître de mon paysage, et vous vous souviendrez de moi en tant que personne à part entière ; alors que de votre côté, serez dans ma mémoire bientôt fondu dans la masse informe de ce que la Bourgeoisie-Bohème a de pire, dont vous aurez joué aujourd’hui un simple second-rôle d’échantillon représentatif, sans plus, ni moins.

15 mars, 13:48 · · 2 personnes

La suite ICI

Publicités

28 réflexions sur “Chronique de mes haines ordinaires_01

  1. Même les dialogues de Platon ont leur François Pignon . Je vous imagine en charentaises (de goût évidemment !) avec vos deux ordinateurs fabriquer de toutes pièces vos cons , je trouve qu’ils se ressemblent souvent …
    Mais les gens de gauche se ressemblent aussi assez fréquemment , c’en est même troublant , alors tout est possible .
    Quand au « street-art » , le temps fera son oeuvre . L’équivalent de cette « fée verte » serait peut-être un trip au L.S.D. peint à la bombe , héhéhé . Seules les choses démodables peuvent être à la mode , pas l’intemporel . La mode , l’éternelle réssurection du ringard . Qui aurait imaginé Brassens , Brel et cie réellement durer ? Ils était eux aussi classés comme chansonniers , eux aussi populaires …
    Les choses qui se vendent sont forçément de mauvais goût , donc ce qui ne se vend pas , ou entre « connaisseurs » bobos ne peut être qu’une chose de goût . Logique binaire inparable assez courante .

    « Voyez , maximilien , cette artiste est si provoquant ! Cette Croix en cannettes de bières , que le message est subversif ! La religion en tant que marchandise ! Opium du peuple ! »
    Le sculpteur , derrière : « Euh non , je voulais surtout symboliser l’incarnation du désir de divin propre à l’homme incarné dans la chose terrestre la plus basique , le mortel et l’éphèmère qui tend au Divin et l’Eternel . »
     » Ah mais oui , c’est ce que je voulais dire , mais quand même il y a une critique de la société de comsommation , non ? Au fait , c’est combien ? »
    La vision de la jeunesse chez les 68-ards m’a toujours amusé . Ce qui est jeune deviendra vieux , ce qui est vivant deviendra mort . Cette volonté de « rester jeune » est profondément morbide , fixer un type d’homme pré-établi , qui ne bouge pas , ca sent l’inceste , le refus de grandir , d’évoluer . Donc de la mort et du tragique .
    « Nous quand on était jeunes , on a fait la révolution , il faut faire pareil ! »
    Ah oui ? Vos parents on souvent fait la guerre ou fondé un famille , pourquoi n’avez vous pas fait de même alors ? Curieux comme discours révolutionnaire , « faîtes pareil que nous » , non ?

  2. Ils se ressemblent certainement, mes « vieux cons de gôôôôche », mais me prêter l’invention de ce beau spécimen-là, c’est m’accorder trop de talent, et pas assez à Celui qui, en coulisse, tire toute ficelle… ;)

    « La vision de la jeunesse chez les 68-ards m’a toujours amusé . Ce qui est jeune deviendra vieux , ce qui est vivant deviendra mort . Cette volonté de « rester jeune » est profondément morbide , fixer un type d’homme pré-établi , qui ne bouge pas , ca sent l’inceste , le refus de grandir , d’évoluer . Donc de la mort et du tragique .
    « Nous quand on était jeunes , on a fait la révolution , il faut faire pareil ! »
    Ah oui ? Vos parents on souvent fait la guerre ou fondé un famille , pourquoi n’avez vous pas fait de même alors ? Curieux comme discours révolutionnaire , « faîtes pareil que nous » , non ? »

    Héééééé oui !

    Tous bâtis sur le même modèle, à présent, que je vous dis. Ah les rances ! Qu’ils ont mal vieilli ! Ils ont mangé leur pain blanc…

    ***

    A propos de l’art con’ (tant pourri), en revanche, je n’ai qu’une seule réponse à vous faire, et ce sera celle-ci :

    http://lord-baudricourt.over-blog.com/article-face-of-time-70042228.html

    ROFLOL

  3. hellmao comme je vous piffe, millie etc. !!

    ah si j’avais pas moi-z-aussi passé 40 springs et un (tout) petit bouton passager je vous dit pas où sur ma tronche de mimi cake wallon, que j’étais bon à rien que pour votre pinéale poète aux blanches tempes très peu à peu comme j’ai dormi, guillaume apolitique au cheval court, sang pur sang moi-je etc. peut-être vous ferais-je le coucou de la peine sèche ^^^, vous demanderais-je des nouvelles de vos harengs etc., etc.

    Mes paupières sont lourdes
    Mon corps s’engourdit
    C’est pas le chlore
    C’est pas la chlorophylle

    trêves de veille, je vous laisse, bien à nous mon p’tit…

  4. >trêves de veille

    profitons du soleil ! (adage du jour signé le curé)

    houlà-là-là Bourré !! moi j’dis faut pas (trop) se moquer des handicapés patronymiques, davantage encore quand vous risquer de nous attirer le plus grand délateur d’ivrognes communistes de l’internet , avec vos révélations, là ^^

  5. You’re right !

    Sur toute la ligne, John !

    [Je viens de faire un saut chez Bouteille à l’Amer. C’est pas beau ce qu’il se passe chez M.M. Pas beau du tout. Je vais lui en toucher deux mots. Faut que certains com’s disparaissent…]

  6. merci ma bichette ! (même si je promets sur la tête de la mère pétronne m’en tamponner le derche d’avoir raison ou pas…)

    alors je connaissais pas cette bouteille, l’ai trouvé presque tout seul comme un grand googelor, encore merci pour l’info, me suis fendu le coing comme une baleine de parasol à la lecture des commentaires (pour le reste chuis dieux merci pas assez intelligent, ouf !) ^^

    Tout votre univers n’est qu’un décors de sitcom que vous vous construisez parce qu’il est confortable.*

    rhho ! suitant d’un trans-genre d’origine transalpine (d’huitre) quui porte (pour l’heure) un pseudo de gamer, ça doit faire trop bobo à l’ego de ce mr mouloud

    franchement, Eraserette ! tu fais encore et tjrs de la peine à tes gènes, paxson et moi on t’a déjà dit ça jadis au minimum mille et une fois… et puis pense à ta maman, merde, tu crois que ça la botte de repasser tous ces marcel i ♥ xp ?

    va plutôt te rincer la bouche et raser les aisselles avant d’ouvrir ton guichet, petit employé d’bureau

    ah l’étau d’intérêts de la banque du foutre, tout un programme n’est)ce pas ?

    vois-tu, rien que pour tout ce mal dégueulasse que tu as fait à mon P’tit, tu mérites autant de morts lentes que possible en rêve et ce jusqu’à la fin de tes jours

    * j’adore la fonction italique de wordpressssssss

  7. Stop ! Pas toucher à eux !

    Mimi les protège, ce sont ses « Oomu », ses « monstres de la forêt du Fukaï » à elle…

    Mon mode de vie n’est pas négociable, c’est comme ça ! :)

    ***

    Là dessus je vais effectivement prendre le soleil.

    Rdv à Tolbiac, brasserie « Le Coche », pour les maniaques que ça intéresserait de me rencontrer. ;)

  8. puté, le coup des « soyez modernes, vivez un peu, allez dans les squats », c’est magique, déjà quand j’étais ado les squats étaient complétement démodés (et sales), il y a encore des gens pour croire qu’on y fait vivre l’art, et la révolution? Mais qui sont ces gens? D’ou viennent-ils? Comment vivent-ils?

  9. Ce sont des vieux, Ariane ! Roflol ! Ils sont incroyables ; je ne savais même plus qu’il était possible d’être ‘démodé’ à ce point-là. ;)

    Au fait merci pour vos compliments sur mes diverses tenues vestimentaires ; cela m’a bien fait plaisir mine de rien. J’étais débordée par les com’s à l’époque, ça me tapait sur le système. Mais j’y ai mis bon ordre, comme vous voyez. ;)

  10. Cher Irena Adler

    Dans l’un de vos commentaires sur Bouteillalamer,

    http://bouteillealamer.wordpress.com/2011/03/16/stalker-et-xp-derouillent-jean-raspail-et-le-camp-des-saints/

    Vous parlez d’un supposé « hacker » du forum de L’Organe qui aurait sévi chez vous sous le nom de « Grodion »…

    Sur le moment ça m’a fait rigolé, mais comme je viens moi-même de me faire censurer sur Blogger par les bons soins d’un enculé de délateur, ça me fait plus rire du tout

    J’aimerais que vous me disiez à quel contributeur de L’Organe vous fait penser à ce fameux « Grodion ».

    Aussi quand vous parlez du forum de L’Organe, il faudrait savoir de quel forum vous causez: il y a en plusieurs (dont un dissident appelé L’Orgul) et d’autres qui ont été plusieurs fois censurés.

    http://leplusgrandforum.forumgratuit.tv/
    http://www.forumlorgane.com/

    J’aimerez avoir votre avis sur la question.

    Merci bien.

  11. Hello Bollock !

    Oh, je n’accuse personne ; parce que je ne connais personne du côté de chez vous, (et ne désire d’ailleurs personne connaître). On m’a juste parlé d’un certain « Concombre masqué » qui avait fait des siennes, par le passé, dans le petit monde des blogouneurs.

    Mon Grodion est 1. un hacker expérimenté (donc un geek) ; 2. un geek d’un certain âge, doté d’une véritable érudition ; 3. un érudit, certes, mais avec un vocabulaire de charretier, à faire se dresser les cheveux du Diable sur la tête, et un obsédé sexuel notoire.

    Les types comme celui-là ne courent pas nos rues virtuelles. Cela me ferait pencher pour l’un des vôtres,

    Bien à vous.

  12. Vous avez raison de ne pas vous aventurer sur le forum de L’Organe.

    D’une part parce que c’est une des pires épaves du Net (les geeks du célèbre 15/18 de JV.COM nous appellent le 4Chan franchouillard) et parce qu’il possède un fort contenu addictif.

    Alors là, c’est très drôle que vous parliez du Concombre Masqué vu qu’il s’agit d’un des plus gros fouteur de merde qui ait sévi chez nous, un de nos anciens contributeurs a même perdu son boulot du fait sa malveillance extrême !

    Le pire, c’est qu’il correspond en tout points au portrait que vous dressez de Grodion ! Dingue…

    Pour votre gouverne, sachez que le Concombre est aussi professeur de l’EN converti à l’islam.

    Sinon d’où tenez-vous l’information comme quoi Grodion pourrait être le Concombre ?

    Envoyez-moi un mail si vous ne pouvez publier vos sources ici.

    PS: je suis Bollocks

  13. Raiponce, puisque vous parlez de moi ici, qui plus est en des termes peu amènes, faites-moi au moins l’honneur d’un droit de raiponce (que c’est fin !).

    Chère amie, pourquoi croire que je suis un geek ? Pire, un geek vieux ! Quel manque criant de jugement.

    Alors que je suis si jeune ! Collégien ou lycéen, qu’importe ? Je suis de toute manière premier de ma classe. Les autres élèves me tapent peut-être à la récré et volent tous les jours mon goûté (brique de candy’up à la vanille, biscuits BN fourrés au chocolat et banane pour le transit), mais je m’en fiche, j’ai un avenir doré moi (cadre supérieur bien soumis et bien lâche au sein d’une grande boîte internationale, à 5500 euros/mois) et pas eux : « question de QI tout ça » (comme dirait Vertumne, dont le sien de QI est de 83).

    Tiens, en parlant de Q(i), je vous cède bien volontiers, ma chère Raiponce, que je suis un obsédé sexuel. J’aime m’introduire chez les gens en douce, chercher dans la commode de Madame et renifler à plein nez les petites culottes…c’est la gaule de marbre quand j’ai la chance de dénicher le linge sale du dimanche soir. Pourquoi me juger sévèrement ? Le Demon dog le faisait bien lui et pourtant on lui déroule l tapis rouge : pfff, « question de style tout ça » (comme dirait Hordalf-Joker 100 % agrumes, dont le sien de style ressemble à du Doumbi Fakoly version terroir ardennais).

    Cependant, tout cela, mes penchants libidineux, je l’avoue sans craindre de heurter le moins du monde votre sensiblerie -si bien connue dans le milieu dissolu des coins les plus sombres de la Fafounésphère. A quoi bon s’inquiéter de votre jugement toujours sévère et péremptoire ? Je ne suis plus attiré par vous. Voilà c’est dit. Je ne suis plus attiré, ni par vos appâts (qui hier encore faisaient saliver mon slip, rien qu’en vous imaginant en sailor fuku) ni par vos doucereux textes (qui ne sont plus désormais pour moi que salmigondis frustres, aussi longs et moisis que l’intestin d’un sumotori à la retraite).

    Bullocks,

    j’aime beaucoup votre sens de la mesure et votre sûreté de jugement hâtif : je suis « Concombre masqué » dites-vous, issu d’un obscur forum pour geeks à binocles ? Sincèrement, vous avez pas fini non ? J4ai pas qque ça à foutre mon vieux.

    Bon, admettons. Pour vous faire plaisir, vu votre dépression consécutive à la fermeture de votre blog (quel choc ! Quel malheur !). Donc admettons, suivons vos propos, je suis enseignant dans l’EN et converti à l’islam ? out ça en même temps, ça fait pas un peu beaucoup ?

    En deux phrases vous m’avez assassiné ! Vous avez fait de moi un déchet de la société, une épave ! Pire qu’un lépreux ou un sidaïque putréfiés en phase terminale ! Me voilà un converti musulman prof d’éducation civique au collège Léo Fränkel de la banlieue de Dunkerque ! Quel destin de merde. Je comprends que je sois obligé de remplir le temps libre de ma triste et minable vie en me muant en geek obsédé et frénétique, voguant de blog d’élite en blog d’élite. C’est qu’ils se prennent pas pour de la merde nos amis les blogards ! « On est l’élite ! » Ouais, ouais, l’élite comme tu dis… Je fréquente l’élite surtout quand je vais faire caca (je lis plus Madame Figaro quand je coule un bronze sur le trône, j’ai arrêté l’abonnement, trop cher) : le meilleur moment je pense.

    M’enfin quel plaisir de vous lire quand même, même en étant constipé.

    Mecs, juste un truc pour finir : tout ça là, tous ces mots agités ici et là, les « obsédé sexuel », le « concombre », le « masqué », les « bullocks »… ça a un petit côté salace qui ne me déplaît pas dis donc!, quand on additionne le tout et qu’on remet à l’endroit bien comme y faut : ça fait très SM party masquée, avec usage de godemichet en concombre, pour respecter le thème de la soirée : « Nevermind the vegan bollocks ». Strictement réservée aux fonctionnaires de l’EN. En période de corrigés du bac.

  14. le concombre masqué s’appelle patrick fuchs et travail à l’inserm, tolbiac. c’est une grande gueule gauchiste qui se prends pour un intello, mais un simple coup de fil suffit à le calmer, testé et approuvé!!

  15. Oui @tata, je suis bel et bien Patrick Fuchs (donc juif avec un nom pareil ! Aïe aïe aïe donnez, donnez, donnez-moi !) et je suis un gauchiste léniniste-stalinien et situasioniste (puisque juif) à col Mao. Les murs de ma chambre sont tapissés de posters à la gloire de Robert Hue.

    Dans la salle de repos de l’Inserm, durant les très nombreuses et très longues pauses (on est fonctionnaires ou on ne l’est pas hein) face à la machine à café au moment de boire le déca à 1 euro, je débats souvent avec Laurence, Bruno ou Françoise de politique, de justice sociale, de discrimination et de vacances scolaires. Enfin « débattre » est un grand mot : soliloque serait plus approprié. Ils boivent mes paroles et se disent « ouaw qu’est-ce qu’il est intelligent Patrick ! ». J’ai déjà chopé 2 ou 3 secrétaires quadra aux cheveux teints en rouge juste en parlant CAC 40 et pétition pour une interdiction du nucléaire, alors c’est cool. Ma vie se passe bien…sauf que… Mec, y’a juste qui me chiffonne. Un truc que je comprends pas, que j’arriverai jamais à comprendre : pourquoi, malgré mes discours gauchistes quotidiens et les fascicules FO-NPA-WWF que je distribue par milliers, toutes mes harangues, toute ma sueur dépensée, pourquoi tous mes collègues de boulot votent toujours Sarko ?…

    Des fois je pleure tellement ça me rend triste. Un peu de réconfort ne me ferait pas de mal en ces temps malheureux. @Tata, puisque tu as mon numéro passes-moi un coup de fil histoire de papoter un peu, pour remonter mon moral en berne. J’attends avec impatience ton appel poto, même si je me vanterai pas de parler à des tatas.

  16. Millie, Millie ô Millie…. Peut-on vraiment renoncer à vous ?… J’essaye, je n’y arrive pas. Ne me jetez pas la pierre, ou alors au cours d’un rituel SM si ça vous dit (soirées échangistes de l’Inserm tous les premiers jeudis soirs du mois, à Tolbiac sud, vous serez la bienvenue).

    Bon en vrai j’étais juste venu voir si vous aviez posté de nouvelles photos de vous. Puisqu’après avoir peu goûté le roman-photo sur la Russie avec votre long manteau et vos bottes en caoutchouc, c’est le printemps en France, et je me suis dit « avec ce beau soleil, elle a du tester la jupe courte et le haut léger, c’est sûr, comme elle est joueuse »… Pas encore, dommage. C’est pour bientôt je l’espère.

    Pour finir je vous offre ce beau poème de Ted Gauthier, mon préféré, que je relis et relis quand je rêve de vous :

    Je bande trop dans ma culotte
    Je sors mon vit qui décalotte
    Son champignon.
    Être à midi, seul dans ma chambre,
    En tête à tête avec son membre,
    C’est du guignon !

    Mon jacquemart me bat le ventre ;
    Dans quelque chose il faut que j’entre,
    Cul, bouche ou con.
    Mais je ne vois pas ma voisine
    Lançant son œillade assassine
    De son balcon.

    En vain Coco dresse sa huppe :
    Dans la maison pas une jupe,
    Pas un bonnet.
    La pine au poing, pose équivoque,
    À défaut de con, je t’invoque,
    Veuve Poignet.

    Grande Vénus masturbatrice,
    Solitaire consolatrice
    Des amoureux,
    Puisque je manque de maîtresse
    Accorde au moins à ma détresse
    Tes plaisirs creux.

    Prête-moi cette main adroite
    Qui sait, d’une caresse étroite,
    Saisir l’engin,
    Et fait jouer la pompe à sperme
    Entre ses doigts qu’elle referme
    Comme un vagin.

    Enseigne-moi, j’y suis novice,
    Ce jeu que Tissot nomme vice,
    Ce jeu caché
    Que Cupidon enfant pratique,
    Épointant sa flèche érotique
    Loin de Psyché.

    Les pieds appuyés au chambanle,
    Lentement d’abord je me branle,
    Et puis presto :
    Je développe mon extase,
    Ponçant mon pilier de la base
    Au chapiteau…

    …j’arrête-là le poème, j’ai déjà envoyé la sauce. Inutile de continuer. Et puis la littérature c’est pour les pédés.

  17. Onze-mille vierges ?? Waw, le rêve ! Onze-Millie vierges je signe de suite !

    En tant que converti musulman, j’ai droit qu’à 72 vierges. C’est quoi cette discrimination ? Et en plus je dois d’abord massacrer du kafir pour pouvoir enfin goûter à mes rosières en burka, sur un lit de miel. Être musulman c’est pas une vie, je redeviens juif moi.

    Patrick Fuchs, de Tolbiac.

  18. Millie, comme ce sont les autres qui me définissent, relisez-les : ils ont décidé que j’étais un concombre masqué du nom de Patrick Fuchs converti à l’islam et travaillant à l’Inserm. Et gauchiste grande gueule qui fait sous lui au téléphone, avec ça.

    Millie, pour vous je réponds, les yeux dans les yeux, la main dans la main, mes lèvres sur vos lèvres, ma b…. euh…euuhm , non je ne suis pas musulman. Je suis juif. Et je sais que vous êtes philosémite, merci pour votre grand coeur. On a beaucoup souffert ach’, votre commisération vous honore.

    Je sais aussi que vous avez un faible pour les êtes chétifs, les sourcils en accent circonflexe et l’esprit vif. Des sosies de Woody Allen jeune quoi. Coup de chance, je suis juif et malingre : mon style émo devrait aussi vous plaire je pense. M’en fiche qu’on me fasse des réflexions à propos de ça au bureau de l’Inserm, je viens bosser habillé comme je veux et je les emmerde ces Sarkozystes.

    Je suis votre Woody Allen et vous êtes ma Annie Hall.

    Au fait, pourquoi cette question ? Vous n’aimez pas les musulmans ? Moi non plus du reste, même si comme le rappelle Bullocks plus haut je me suis converti à cette religion.

    Comme tout Mahométan, j’ai deux faiblesses : je désire en secret ce qui st interdit. Mes amours et mon vin ! Je crève quand je ne les ai pas près de moi ! Et converti, j’y mets du zèle !

    Ma Annie Hall, ma Annie Hall,
    ma gnôle, gnôle !
    Ou êtes-vous ?!

    Ma chère, votre Woody Allen l’a mauvaise…

  19. Takyya ?

    Oui.

    Je suis juif-arabe. Patrick-Bilal Fuchs. Enseignant-chercheur à l’Inserm et gauchiste-émo. Combattant vaillamment pour un Califat mondial de baiseurs de chameaux.

    Je suis un peu le Franck Ribery de l’élite du net quoi. Est-ce à dire que Millie est ma Zahia ? Humm, Millie en blonde décolorée et bikini dévoilant de généreux dons du ciel, ça peut le faire…

    Takyya essayer Millie !

  20. Déjà, quelqu’un qui sait que le singulier de kuffar est kafir est suspect.
    Ça fait des années que les bivouac et compagnie se branlent sur des vidéos d’al-qaradawi & friends et ils ne sont toujours pas capables d’appliquer la règle.

    On peut être allé à l’université et trainer sur les forums de l’Organe?

Les commentaires sont fermés.