Pondus meum amor meus ; eo feror, quocumque feror

*

Je veux que la nostalgie de l’amour me glace les chairs et les entrailles, qu’elle fasse crisser mes dents et fendille mes os. Je veux le souvenirs des joies que je n’ai pas connues et qu’il me vienne mordre au sein comme un enfant fantôme.

Je veux ce démon des envies inextinguibles qui assaille les cœurs pauvres, je veux qu’il sème en moi le prurit du ressentiment envers tous ceux à qui j’ai trop donné.

Je veux renaître plus bête encore qu’humaine. Et chanter le pâle contemporain des autres comme mon paradis perdu. Je veux que Dieu me regarde avec dépit. Que je sois celle qui Lui a tout volé : les vices des vertus que je n’ai pas & les vertus des vices que j’ignore. Qu’on dise de moi : « elle reçut davantage que son dû et ne s’en satisfît point ». Que Yéhova pris au piège de mes tissages de fil blanc, perde patience et s’empourpre ! Que mes parents ne soient jamais déçus d’avoir désespéré ! Et que le Jugement Dernier me trouve parfaitement indifférente. Amen.

par Irena Adler, lundi 31 octobre 2011, 22:05
Publicités

7 réflexions sur “Pondus meum amor meus ; eo feror, quocumque feror

  1. ça va, c’est pas trop grandiloquent ! ^^
    « All you need is luv », hein ? ;)
    Bernanos écrivait, je crois : il est facile de se haïr (et de se prendre au sérieux), la grâce est de s’oublier.
    bises et prenez bien soin de vous.

  2. Crisse

    Provient de Christ.

    * « Crisse de cave ! » (espèce d’imbécile)
    * « Ça fait crissement mal ! » (ça fait très mal)
    * « Toé, mon p’tit crisse ! » (toi, mon petit garnement)
    * « J’m’en crisse ! » (je m’en fous)

    à part ça, c’est bien beau, vraiment, vous m’avez fichu et la trouille (les dents de lait fantômes, brrr…) et le spleen (déjà que j’ai perdu le lien indiquant que Julien Doré est en vérité l’arrière-arrière-petit-neveu de Ygor Yanka…)

    je vous dis pas merci, ma fille ^^

  3. J’ai aussi beaucoup aimé ce texte.
    Je crois que c’est mon préféré de toi.

    « Les vices des vertus & les vertus des vices » m’a un peu
    surpris venant de toi en revanche..tu sembles abhorrer
    tout ce qui relève du monisme dialectique.

    Merci :)

Les commentaires sont fermés.