De l’athéisme_01

Is this the ultimate prayer ?

Tell me, you good ol’ school catholic girls.

..
..

Je vous donne à méditer ces quelques réflexions hypocrites typiques d’une certaine catégorie de femmes de la bonne-société catho’ française… la catégorie de celles qui, jusque dans leurs comportements les plus puérilement narcissiques, continuent à s’imaginer – fortes qu’elles sont de telle ou telle notion abstraite issue d’un catéchisme biaisé – qu’elles suivent le « droit chemin » :

..

« Il faut être charitable avec les pauvres. »

[La phrase est déclamée bien haut et sur le ton du mépris, par une « grande-dame » imbue de ses supposées vertus, par exemple pour blesser quelqu’un qui n’est pas vraiment pauvre, en le traitant comme tel…
– ou bien alors la
dame se vante-t-elle en présence de « ses » pauvres, de leur faire la charité : à cette occasion, elle leur fait bien sentir l’inféodation hiérarchique (et même religieuse) vis-à-vis d’elle, qu’une telle situation de dette implique pour eux…]

..

« Mais que vont donc penser les gens ? »
« Ah ! Qu’ai-je donc fait pour mériter ça ? »

[Des réflexions qui tombent généralement au moment où la « grande dame » se sent personnellement offensée par le malheur de l’un de ses proches/d’une amie (au lieu de compatir), parce qu’elle se figure que la honte qui découle dudit malheur est susceptible de rejaillir sur elle et sur sa réputation.]
..

« As-tu vu celle-là, comme elle a mauvais genre ? »

[Une telle remarque aura selon toute probabilité été inspirée par la jalousie, et aura été adressée à une femme qui n’est pas du même milieu.
– Car s’il n’y avait pas de jalousie en jeu, la « grande dame » se serait contentée de se montrer « charitable » pour la pauvresse… Les pauvresses en effet ne sont agréables à fréquenter pour ces dames que si celles-ci ne disposent d’aucun avantage naturel sur elles.]
..

« Oh vraiment ? Un chalet au bord de la mer ? Où ça ? A **** ? Un héritage ? Quelle chance ! Oh, quelle chance alors ! Une chance inouïe ! » *moue agacée*

[Voilà l’expression vulgaire d’une jalousie irrépressible portant sur la bonne fortune d’un(e) autre, en particulier si la personne en question était jusque-là considérée comme inférieure socialement.]

..

« Oh, ma chérie ! Tu es magnifique ! »

[Compliment qui n’est jamais donné par l’une de ces femmes à une autre femme lorsque celle-ci est réellement magnifique.]

..etc.
..
..
Oui, je persiste et signe : la proportion hénaurme de vicieuses que compte la population catho’ bon-chic bon-genre française est à vous dégoûter sérieusement d’aller visiter les églises aux heures prévues pour les messes, – c’est-à-dire lorsqu’elles en sont pleines.

Publicités