Gratuité

Ils sont tous là, je distingue leurs profils dans la pénombre… Ils sont tous là, ils me haïssent, je n’ai pas le droit de le penser mais je sais bien que c’est vrai. Ils veulent ma peau. Parce que je les ai aimés. Leurs femmes sont les pires… celles à qui j’ai le plus accordé, ce sont elles qui m’ont le plus déçu. Toutes les occasion de m’aider, elle les ont saisies pour me nuire… Je crois que je me suis retrouvée sacrifiée à partir du moment où elles ont compris que je n’avais ni argent ni entregent. Je paraissais grande ; elles ont cru que je devais cela, comme elles-mêmes, comme les autres femmes dans cette position, à un travail d’intrigue de tous les instants, ou à quelque ascendance illustre, ou je ne sais quelles relations haut-placées… Aussi longtemps qu’elles m’ont crue puissante, elles se sont dit que je pourrais leur être utile – ainsi elles ont cherché à se rendre utile. Mais quand elles ont vu que je n’avais ni besoin d’ « amies utiles », ni surtout de prédisposition à être utilisée, elles se sont servies de ma tête comme d’un marchepied. Parce que sans ça j’allais être pour elles un objet de chute. D’ailleurs, j’ai été pour elles un objet de chute. Si j’ai paru grande, à un moment donné, je n’ai jamais dû cet honneur à personne – et je ne me suis certainement pas compromise pour cela. Certains – si peu nombreux fussent-ils – ont célébré ce que j’étais, ce que je faisais, de façon désintéressée. C’est cela qu’elles croyaient impossible, c’est cela qui leur avait toujours été refusé, et à quoi on les avait convaincu, à force de réprimandes diverses et de frustrations, de renoncer : l’hommage de l’être. Parce qu’elles avaient renoncé à toute transcendance, elle avaient tout misé sur l’avoir. La réalité ne démentait pas, jusque là, que dans leur cynisme elles eussent accédé au stade le plus élevé de la raison. Puis je suis venue, et j’ai montré sans le vouloir qu’un autre rapport avec les hommes – non pas fondé sur la lutte, la rivalité, le chantage, mais la caresse, l’hommage, le pardon – était possible. Elles n’ont pas apprécié ces offrandes à mes pieds – si maigre fussent-elles ; ces offrandes qui en étaient vraiment, et non pas des rémunérations.

Publicités

2 réflexions sur “Gratuité

Les commentaires sont fermés.