Je m’en vais.

Voilà, c’est décidé. J’abandonne la réacosphère.

J’avais quitté la gauche par déception – à l’époque, j’attendais beaucoup des hommes, je ne demandais qu’à croire tout un chacun sur parole, et les humanistes n’étaient jamais à la hauteur de leurs professions de foi en l’humanité -, mais après avoir fréquenté beaucoup de gens de droite, je me dois d’admettre que la majorité en est encore plus détestable et étriquée mentalement.

Je vous dis donc adieu à tous. Sans regret aucun. Et sans me retourner.

Je mets le cap sur des cieux plus cléments.

Tschüss à vous tous les affreux !

Publicités

61 réflexions sur “Je m’en vais.

  1. Peut-être reviendrez-vous sur votre décision. Si ce n’est pas le cas, je vous dis adieu. Dommage que vous en arriviez là.

    Une petite citation de Léon Bloy avant de vous laisser :

    « Je ne suis ni dreyfusard, ni anti-dreyfusard, je suis anti-cochons. »

    A méditer.

    • C’est tout médité, Sébastien.

      Je ne suis pas anti-cochons, sans quoi je n’aurais pas pu passer plus d’une semaine dans la réacosphère… ^^

      Quant à Léon Bloy, ce vieux fou (et Dieu sait combien j’ai de la tendresse pour les fous), c’est un martyr caractéristique du paradigme qui est le mien : il fut toute sa vie durant, et il le serait encore sans doute s’il était réincarné, incompris et méprisé des membres sa propre communauté d’élection (la communauté catholique).

      Pour ma part j’en ai assez de jouer à défendre ces pisse-froids de bigots contre leur gré ; ils ne me méritent pas. Et c’est réciproque sans doute. ^^

    • Tout-à-fait !

      Mais soit dit tout-à-fait entre nous, je quitte la droite mais ce n’est pas pour retourner à gauche.

      Là où je vais, les Justes me trouveront (je l’espère).

      Tenez, j’ai un coup d’ambition, là ; me prend l’envie de créer une troisième direction politique ! ;P

      • Que pensez-vous de « Troisième Voie » ? Ca claque, non ?

        Oh dites, j’en ai un de ces bol : j’apprends que « Troisième Voie » est libre. Il paraît qu’un ancien mouvement de ce nom vient d’être dissous.

        Curieux. Je ressens comme une envie subite de me mettre à la muscu… xD

      • Moi aussi quand j’ai vu ces derniers jours Ayoub le Magnifique, ces derniers jours, alors que je ne pouvais le voir, lui et ses mignons, en temps normal, j’ai subitement eu envie de me mettre à la musculation pour lui ressembler. Il a tout balayé, et ridiculisé tout les autres leaders dits nationalistes, par sa seule puissance vibratoire de Juste. Il a été chevaleresque, on ne savait même plus ce que ça pouvait vouloir dire, à force de gober les mesquineries et insultes de l’autre, là, Soral, le total bobo qui passe son temps à nous faire la leçon dans son canapé rouge… Ayoub m’a ému aux larmes ; cette rage d’en découdre pour protéger et défendre celui qui n’était même pas véritablement un des siens, ce qu’il n’avait strictement aucun intérêt personnel à faire… C’est facile, maintenant qu’on sait la vérité, après que les vidéos aient parlé, mais sur le coup, il a été le seul à prendre vraiment des risques, et à défendre la vérité. On aurait 300 types comme lui et Esteban, on en serait pas là où on en est actuellement, et Soral pourrait continuer d’aller défiler pour J-P Gaultier.
        Je ne crois donc pas que 3e voie soit sur le point de disparaître ; les adhésions prochaines vont plutôt exploser je crois. Dommage qu’ils ne soient qu’urbains, et qu’ils n’aient pas de département agriculture et alimentation, bureau de la Race, du peuplement et de la colonisation…

      • Blague à part, et même si vos bureaux de la préservation de la race et de la colonisation me glacent un peu d’effroi sur les bords, je vous suis 5/5 sur Serge Ayoub. Moi aussi je l’ai vu et entendu parler aujourd’hui. Forte impression. ^^

    • T’es un peu con quand même des fois. Je veux dire pour un génie. Lol

      – T’es le seul mec au monde qui me prenne systématiquement au sérieux quand je me mets à jouer le grand air de la tragédie antique, et je me rends compte que ça fait de toi un personnage puissamment ridicule.

      Tu sais, quand je dis à mon compagnon que je veux mourir ou partir ou devenir quelqu’un d’autre, il me répond : « Dis-donc toi, tu ne vas pas avoir tes règles ? » ou encore « Désolé, ce n’est pas le moment, je suis trop occupé ; ça n’est pas à un jour près de toute façon? » – Comme par magie, les problèmes métaphysiques prennent moins de place lorsqu’on ne leur en accorde pas. ^^

      Toi, avec ta soif de tableaux morbides et ta structure mentale de psy, tu serais fichu, soit-disant par compassion, de soigner un dépressif de lui-même, voire de le soigner de la vie.

      [NB (pour les lourdauds et les voyeurs) : je ne suis pas dépressive, je n’ai employé ce mot que pour la forme.]

  2. De toute façon, la plus belle femme du monde ne peut pas être une vulgaire bloggeuse de la réacosphère. Il est temps de transformer ce blog en blog-beauté maquillage. C’est là votre vraie place Millie.

    Et ces nichons ? Comment vont-ils ? On les verra un jour ou pas ?

      • Jamais ?!! Non, ça n’est pas possible. J’exige qu’ils soient photographiés par un professionnel avant que de ne flétrir. Ce sont des fruits mûrs dont mes yeux souhaitent goûter la saveur. TU ES LA JOCONDE !!! Je pourrais mourir heureux après cela. Je t’aime.

  3. Halphas a raison, mais qu’en partie. Le monde virtuel n’est pas digne de toi ; il faut le laisser à ceux qui ne disposent pas des moyens véritables qui leur permettraient de sortir de l’ordinaire, et qui y tentent leur chance comme ils le peuvent, sur la base de la seule illusion. Le monde virtuel dans son ensemble donc, et pas seulement celui lié à la réacosphère. N’as-tu jamais rêvé d’être fermière/ménagère Millie, dans une aventure coloniale d’un nouveau genre ? Je me permets de soumettre à ton attention deux manuels, en espérant qu’ils te foudroient : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58391190
    http://archive.org/details/cihm_59150

    • Une aventure coloniale d’un nouveau genre… LOL !

      Quelle est encore cette étrange invention ?

      Développez, svp, j’aimerais bien savoir quelle grosse blague crade vous avez encore en tête. ^^

      • Je suis navré mais je vais beaucoup te décevoir ; je n’avais vraiment aucune blague crade en tête en te soumettant cette idée d’aventure coloniale d’un nouveau genre. Je cherche réellement une femme pour aller conquérir des terres, et j’ai statistiquement pas moins de chance de trouver sur Internet avec des originales intelligentes, qu’avec les ordinaires de la vie réelle. Maintenant, c’est vrai que j’ai beaucoup écouté aujourd’hui la chanson juive « Quand je t’aime », de Didier Barbelivien, que j’apprécie tout particulièrement. Mais les paroles du refrain ne me conviennent pas. En pensant à toi, ce serait plutôt :
        « Quand, je t’aime,
        Tous mes gestes, me ramènent,
        À tes lèvres, ou à tes seins,
        À l’amour, avec toi… »

      • Ahem… $)

        Avoue que tu as particulièrement apprécié ma dernière publication (la première partie d’une petite fable ^^). Hu hu !

        Attends-toi quand même à des revers… ^^

        NB : non je ne m’enfuierai évidemment pas avec vous dans un pays lointain. Je suis aujourd’hui une épouse fidèle et une mère comblée. :)

  4. Tu quittes la réacosphère mais y es-tu jamais entrée ? Et d’ailleurs qu’est-ce que c’est la réacosphère ? La gauche est comme plongée dans un bain d’acide, même plus corrodée mais littéralement en voie de dissipation, la droite est le grand collecteur de tous les égouts et du reste ; comme d’habitude le chaos ambiant a déjà son filtre à disposition d’où sortent toutes les renaissances depuis que l’Antiquité a disparu. Finalement tu ne te demandes pas comment traverser cette vie, tu le fais et c’est très bien

    • Je ne sais pas quoi te répondre, M.M. C’est tout-à-fait ça. [Prolo de la Lite m’a fait la même remarque concernant mes adieux à une « réacosphère » dans laquelle je ne me suis jamais intégrée. ^^] Merci pour la remarque finale. :)

  5. Ce qui me fascine chez vous, Millie.

    C’est que vous trouvez le temps de vous occuper d’un blog littéraire AINSI que de votre nouveau né.

    A moins que vous nous cachiez une nounou africaine, il y a un problème d’ubiquité quelque part.

    Non ?

    Bien à vous.

    • Non connard.

      Un bébé de son âge dort au moins 2x 1h30 en journée et est en mesure de jouer un petit peu seul. Quand j’ai besoin d’écrire, je parviens parfois (pas autant que je voudrais, rassure-toi) à caser un peu de temps pour moi entre deux vaisselles et une lessive (quand le repas est prêt évidemment), avant qu’elle ne se réveille… Cela te choque peut-être ?

      Peut-être ton enfant est-il un petit monstre, la mienne est sage comme une image : elle a toujours fait ses nuits, sourit tout le temps, ne se plaint jamais sans raison. Peut-être parce qu’elle n’a pour ainsi dire jamais quitté sa mère plus de deux ou trois heures d’affilées depuis sa naissance ? Peut-être est-elle moins flippée que ces pauvres gosses qu’on ballotte constamment de la nounou à la garderie en passant par la grand-mère et qui ne voient jamais leur mère que lorsqu’elle est totalement épuisée, le soir, au retour de son travail, en coup de vent ?

      Voilà ce que je voulais dire dans mon article : il y a trop de gens de ton bord politique qui ne reculent devant aucune bassesse quand il s’agit d’atteindre l’ennemi supposé dans ce qu’il a de plus cher. Vous êtes de la race des bons cathos de naguère qui donnaient volontiers des coups de pieds dans le ventre des institutrices lorsqu’elles venaient travailler enceintes, sous prétexte de trouver ça inconvenant (protection des valeurs familiales oblige). En cela vous ne valez pas mieux que ces petites sangsues d’antifa.

      En réalité je n’aurais jamais dû te répondre, c’est une erreur de ma part : rien ne me force à évoquer ma vie privée ici, en le faisant je prends le risque de faire croire à mon lectorat que me demander des comptes sur ma vie privée est une chose acceptable et banale.

      Tiens ça c’est pour ta culture G, espèce de gros bas-du-front :

      http://books.google.fr/books?id=EvqOU2hvQIwC&pg=PA62&lpg=PA62&dq=soupe+poireaux-pommes+de+terre+duras&source=bl&ots=a45m-qD1eo&sig=5uGk3EzaOuGFVgB2t0O1MVgSMis&hl=en&sa=X&ei=pyrVUcj0OszHPeC7gKAK&ved=0CDYQ6AEwAQ#v=onepage&q=soupe%20poireaux-pommes%20de%20terre%20duras&f=false

  6. Moi ce ne sont pas vos seins que je voudrais voir Maîtresse, parce que je les ai déjà vu (en photo je précise) mais vos pieds. Ca vous pouvez les prendre en photo et les mettre, ou me les envoyer, non, Maîtresse?

  7. Mohacs t’es un mytho. Tu ne me feras pas croire que tu as vu le Sein Graal en photo.
    Ceci étant dit, je souscris à l’idée de la photo des pieds.

    • Oui, avec les orteils vernis, deux pieds nus, une prise d’en haut et une autre de la plante, plus d’autres avec des sandales à haut talons s’il vous plaît Maîtresse. Vous ferez beaucoup d’heureux.

      • Non mais jamais de la vie. Je ne comprends pas le fétichisme des pieds, ça me dépasse. Je dois même avouer trouver ça un peu pathétique… N’y pensez même pas.

      • Pas de vernis, par pitié, puisque on a dit les pieds « nus ».

        Nul fétichisme chère Millie, c’est juste qu’il n’y a rien de plus beaux, complexes et délicat qu’un pied et une cheville féminine.

        Ça ne sera jamais excitant comme un téton, mais c’est ça qui est d’autant plus troublant. Le pied n’est pas juste « sexuel ». C’est un tableau, un mécanisme d’horlogerie de chair et d’os.

        Nous voulons.

  8. Alors ça Maîtresse ce n’est pas gentil du tout. On n’a droit à rien : pas les seins, pas les pieds… (même pas la peine de penser à la chatte, du coup) et puis ce n’est pas parce que ça vous déplaît que vous devenez nous imposer vos goûts. Moi je suis amoureux de vos pieds, j’aurais pas le droit parce que « vous trouvez ça pathétique »? Voudriez-vous d’un monde où tout le monde aime et désaime les mêmes choses? NOn, de toute évidence. Alors donnez-nous ce que nous vous demandons si humblement. Ce sera une expérience enrichissante pour vous, vous verrez.

    • Autrefois il y avait des photos de moi à disposition du public, sur le web. De jolies photos « normales », élégantes… je veux dire ni pornographiques, ni en pièces détachées (comme celles que vous réclamez).

      J’aimais bien que l’on me regarde et qu’on me trouve jolie – après tout la beauté est une chose fragile, précieuse, parce qu’éphémère : on ne sait pas pourquoi le ciel fait un tel don, et puis ensuite le reprend. Ma mère me disait, quand j’étais enfant, que j’étais belle. Sans malice aucune, parce qu’elle avait du plaisir à me le dire. Et moi j’étais heureuse de l’entendre… Aujourd’hui encore lorsque quelqu’un d’autre me fait ce compliment, j’en ressens de la joie. Cela est tout naturel. Où est le mal ? Honni soit qui mal y pense ! Cent fois.
      Moi je n’y vois rien de mal en tout cas, parce que je n’ai pas de la merde dans la tête.

      Mais c’est à cause de gens comme vous, de gros dégueulasses dans votre genre, que j’ai été contrainte de retirer mes photos du web. J’en suis venue à me terrer dans mon coin avec pour seul espoir de cesser de faire parler de moi en termes pornographiques sur la toile. Vous n’avez pas idée combien les photomontages qui ont circulé sur l’Organe m’ont choquée et fait de la peine. J’en ai été malade.

      Vous pensez peut-être que vos mots crus sont des hommages… Parce que vous êtes un homme laid, sans doute, qui n’a jamais reçu de compliment sur son physique, ni jamais fait parler de lui comme d’une personne désirable et charmante; vous vous figurez que si vous étiez une femme, vous seriez flatté d’être l’objet de ce type d’attentions-là. Vous vous trompez : il y a quelque chose de diabolique, et même de tragique, à susciter des vagues massives de violence sexuelle pure à chaque fois que l’on ose faire preuve d’une once de coquetterie.

      • Mille excuses Maîtresse j’ignorais qu’il s’agissait de photomontages.

        Vous avez raison Maîtresse je suis très laid, mais d’une laideur irrémédiable, aussi la seule vie sentimentale que je puisse avoir est dans la soumission à la beauté absolue de certaines femmes. Vous Maîtresse alliez le charme à l’intelligence mais aussi à la sensibilité, sensibilité qui fait cruellement défaut à vos principales concurrentes, ce qui m’a éloignée d’elle. Elles sont d’une telle hauteur que j’ai fini par m’éperdre dans un vertigineux effroi. Chez vous il y a toujours, récurrente, cette petite interrogation plus ou moins métaphysique qui éclot dans un nouvel article et qui prouve votre humanité. Je vous aime, Maîtresse, de très hegélienne façon : j’aime voir vos idées se répandre, se disperser, s’extérioriser dans l’existence immédiat du web, et ma nature, quelque peu vile comme vous venez de l’épingler, se dilue et ne s’anéantit de l’avènement de votre esprit. Pour cela vous m’êtes indispensable, et j’espère que vous me garderez à titre de témoins de ce qui a été et n’est plus, car la vérité des choses n’est pas leur durée contingente et morte, non, la réalité véritable des choses et des idées, c’est leur sens rationnel et leur efficacité nécessaire, Maîtresse.

      • « à cause de gens comme vous, de gros dégueulasses dans votre genre »

        Hé ! Ho ! PADAMALGAME !!!

        Moi, je vous trouve supérieurement belle et je n’ai jamais apprécié les photomontages dont vous avez été l’objet (justement parce qu’il ne sont que des montages et pas la réalité).
        Seule la réalité m’intéresse.
        En laissant filtrer certaines photos de vous, vous saviez que vous feriez naitre excitation et frustration dans les esprits de certains hommes. Maintenant que je sais qu’une telle beauté existe je n’ai plus qu’une quête, (dérisoire et pathétique j’en conviens, mais une quête quand même) : vous voir telle que la nature vous a faite, sans plus d’étoffe pour couvrir.

        C’est une obsession dont vous seule avez la clé.

      • Vous causez bien, mon cher M’harcelle… Vous êtes très-certainement l’homme le plus brillant dont j’aie jamais croisé la route. Dommage que vous soyiez aussi un tel pervers !

        Des fois vous me faites un peu peur, je vous l’avoue.

      • En particulier ce texte, sur FL – L’indésiré, je crois – il m’a donné des frissons dans le dos… Quand c’est vous qui écrivez ce genre de choses, ça ne fait pas le même effet que quand c’est XP.

      • N’empêche, vous n’auriez pas fabriqué ces photomontages, peut-être oserais-je encore aujourd’hui afficher de temps à autre mon image sur le net… Vous n’avez pas l’impression de servir une vision-du-monde (et surtout de la femme) typiquement puritaine, en vous conduisant ainsi ? Car c’est paradoxalement à cause de votre vice (et celui de vos semblables) que je me retrouve aujourd’hui sur le web comme une moukère voilée – moi qui étais pourtant si peu prédisposée à cela !

        Les hommes seraient restés courtois avec moi, je n’aurais pas besoin aujourd’hui de faire tant d’efforts pour les tenir à distance, et mes échanges avec eux seraient plus détendus, plus tendres… C’est de votre faute si nous faisons les bêcheuses : on dirait qu’il n’y a pas d’autre moyen pour vous tenir en respect !

      • « et ma nature, quelque peu vile comme vous venez de l’épingler »

        Personne n’est totalement limité par sa propre nature, car la nature humaine a ceci de particulier qu’elle n’a pas seulement trait au naturel, mais aussi à son contraire. Vous avez tous pouvoirs sur votre vice, comme chacun de nous. Le vice n’est qu’une source d’énergie brute qu’il s’agit de domestiquer, corseter, canaliser. Laissé à l’état naturel, il ne vaut rien.

  9. « N’empêche, vous n’auriez pas fabriqué ces photomontages, peut-être oserais-je encore aujourd’hui afficher de temps à autre mon image sur le net… »

    Hey mais c’est pas moi, madame !

    « je me retrouve aujourd’hui sur le web comme une moukère voilée – moi qui étais pourtant si peu prédisposée à cela ! »

    C’est amusant car me revient en mémoire une photo sur laquelle vous portiez un tchadri.
    C’était en fait un sombre présage. Et me voici puni et aveugle.

    • Euh.. c’était un tchadri fabriqué de toute pièce avec un T-shirt masculin noir XXL. ^^

      J’avais mis cette image, à l’origine, pour illustrer mon blog (depuis fermé) intitulé « Millie une nuit ».

      Une blague, quoi.

      ***

      Pour revenir à vos propos d’hier, vous vous plaignez de ce que les autres femmes se comportent ou vous traitent d’une manière inhumaine… D’un côté je vous rejoins : les femmes qui font partie de l’espèce humaine, et sont donc par-là même /aussi/ des hommes (l’inverse n’étant pas vrai : toutes les femmes sont des hommes, en revanche aucun homme n’est une femme), oublient trop souvent qu’elles ne sont pas dispensées par leur sexe de travailler à atteindre l’idéal humain auquel elles aspirent pour leurs contemporains mâles. Les garçons ont tendance à croire qu’ils naissent Hommes (au sens noble du terme) – ils naissent avec la prétention d’être traités comme tels – alors qu’on ne nait pas Homme, il faut mériter cette dignité : on le devient. Les filles ont tendance à croire qu’elles n’ont pas besoin d’aspirer à devenir des Hommes, au sens humaniste du terme, et elles sont également dans l’erreur.

      Cependant, parce que je vous connais, je peux aussi vous faire remarquer une chose : votre façon de traiter autrui, en elle-même, à bien des égards, est proprement inhumaine… Peut-être les femmes qui vous rabaissent comme un chien ne font-elles simplement que vous rendre la monnaie de votre pièce ? [Peut-être du moins est-ce ainsi qu’elles le ressentent : « Si tu me blesses, je te blesse en retour, un point c’est tout ».] Je sais que vous vous soumettez vous-même depuis toujours – cent fois – aux questionnements et aux épreuves mortifiantes auxquels vous entendez soumettre les autres. Et vous vous croyez autorisé à cela par le bon vieil aphorisme biblique : « Aime ton prochain comme toi-même. » Je suppose que les anciens qui ont écrit la Bible postulaient que les hommes étaient tous de bon vieux narcisses jouisseurs des familles qui ne désiraient jamais rien tant que s’arroger toujours à eux-mêmes la meilleure part de tous les plaisirs, or l’espèce humaine et ses mœurs ont dû évoluer quelque peu depuis : à mon avis nous avons gagné en vice. Aujourd’hui les gens comme vous qui s’aiment si peu, ou plutôt qui s’aiment d’un amour si vache, ne devraient jamais, ô grand jamais, se sentir légitimés par leur propre masochisme à rendre coup sur coup à leur prochain les offenses qu’ils se font constamment à eux-mêmes et à leur propre dignité d’humain. Imaginez que tous les hommes capables de se sacrifier pour une cause juste se sentent autorisés, par amour de leur prochain, à le sacrifier également, au nom des mêmes idéaux ? La loi morale se retrouverait cul-par-dessus tête !

      Voilà mon point de vue.

  10. En vous lisant j’ai parfois l’impression que vous me prenez pour une de vos vieilles connaissances. Il est probable qu’il y ait erreur sur la personne.
    Bien que le portrait psychologique que vous dressez soit assez juste.

Les commentaires sont fermés.