Fame je vous aim

C’est marrant, ces tordus qui disent me trouver du talent… toujours des tordus. Par trois fois j’ai rencontré un type qui voulait me rendre célèbre…. par trois fois il est venu à l’idée du gars qu’il fallait absolument me montrer à poil à tout le monde pour arriver à cette fin. Curieuse association d’idée. Les bas esprits se rencontrent ?

Le dernier a tout tenté pour me séduire, des centaines de poème, une œuvre entière centrée sur ma personne, des promesses de bonheur de toutes sortes… Un autre m’avait proposé d’office une place de rédacteur dans son journal, et de me faire éditer par sa nouvelle boite d’édition. Mais pas une seule fois il n’est venu à l’idée de ces types-là de défendre mon talent en public. Pas une seule fois on n’aura, en public, pris fait et cause pour moi, au risque de se griller socialement, – en intervenant par exemple dans une conversation où l’on me traitait de folle, où l’on disait que ce que j’écris est dénué de signification.

Soit-disant que lorsqu’on se serait grillé avec moi, alors on ne pourrait plus me servir de rien. Soit disant qu’il aurait fallu un mec fort à mes côtés, qui maîtrise le jeu social, un mec populaire, qui n’ait pas les mêmes défauts que moi, afin qu’il puisse servir « ma » cause. « Ma cause », un bien grand mot. Comment ne leur est-il jamais venu à l’esprit, à ces répugnants séducteurs, que j’aurais préféré mille fois rencontrer sur terre un garçon capable de se mettre avec moi contre le reste du monde, que de devenir célèbre par la voie des égouts ?

Publicités