Réponses

.

Savez-vous que la racine du mot Raiponce, qui est un nom de plante, signifierait justement « racine » ? Chercher la réponse, n’est-ce pas tout simplement prendre un problème à la racine ? Chercher la réponse, n’est-ce pas la même chose que de poser la question ?

Ce n’est pas parce qu’on a des racines qu’on ne peut pas s’élever vers la lumière ! Voyez les plantes, c’est pourtant ce qu’elles font : elles puisent dans la terre la force de croître dans les airs, la terre pour elles n’est pas un moyen de retourner à la terre, mais de s’en extraire ! Tous les hommes qui aiment la terre ne sont pas forcément des brutes aux mains calleuses, que la terre salit, ce peuvent être des nobles aussi, des terriens de la race des seigneurs, à l’ancienne mode.

Verlaine qui aimait le rythme ternaire et les poésies aériennes, reniait-il pour autant les forces chthoniennes qui sont la matrice des grandes floraisons ?

Qui vous a dit que la terre, c’était sale ? – La terre est ce sur quoi nous posons les pieds, lorsque nous avons la tête dans les étoiles.

Il y a des gens qui sont fatigués de se poser des question évidemment, mais ne sont-ce pas justement ceux qui ont le plus cherché ? Doit-on leur préférer ceux qui ne désespèrent jamais car ils n’ont jamais eu de grands espoirs ?

Il y a une grande force d’intelligence en potentiel chez les amateurs de réponse : la force qui est en eux est une force de questionnement qui pourrait déplacer les montagnes, puisqu’ils ne peuvent effectivement trouver le repos tant qu’ils n’ont pas résolu les énigmes que la vie présentait à eux. Sherlock Holmes n’est-il pas le plus grand des amateurs de réponses ?

Il faudrait qu’y ait bien peu d’énigmes véritables en ce monde, pour qu’il soit à craindre que les amateurs de réponses obtiennent toujours satisfaction. Dans les faits, un amateur de réponses véritables (donc un véritable amateur de réponses) se reconnaît à ce qu’il est à jamais incapable de trouver la satisfaction.
C’est un Rolling-Stones.
Ceux qui trouvent la satisfaction sont des gens qui se satisfont d’ersatz de réponses, ce sont des fainéants et des esprits courts, dénués de curiosité véritable. Des tricheurs. Car les plus grandes questions de ce monde sont évidemment insolubles. Pas un enfant ne l’ignore. Chacun, dans le fond de son cœur, le sait.

Il est terriblement périlleux de chercher des réponses. C’est un coup à se lancer dans une Odyssée comparable à celle d’Ulysse. Il n’est rassurant que de s’en inventer.

Publicités