Le lointain et le prochain

Philippe Muray a fait remarquer qu’aujourd’hui l’homme occidental avait une passion pour le lointain, telle que son prochain pouvait crever la dalle dans la pièce à côté sans qu’il ne s’en émeuve outre-mesure.

Voilà qui à première vue rend les Évangiles caduques. Pour Jésus le grand tort originel des hommes n’est-il pas de ne toujours penser qu’à leur gueule ? Et ne leur dit-il pas qu’ils seraient de meilleurs gens s’ils allaient se saigner aux quatre veines pour le bien-être du premier galeux venu ?

C’est ainsi du moins qu’on s’accorde aujourd’hui de tous côtés à interpréter la parole du Christ. D’ailleurs, une lecture rapide des Evangiles nous amène facilement à de telles conclusions. Pourvu qu’on ait mauvais fond ou qu’on soit mu par de mauvaises intentions, on n’y trouve jamais qu’une exhortation à s’aller faire trouer la paillasse au nom de principes abstraits qui ne nourrissent personne.

Quand on songe aux origines de notre décadence actuelle, que bien des réacs aujourd’hui identifient à une maladie morale auto-immune spécifique aux peuples les plus fortement imprégnés de christianisme : l’exotisme d’un Châteaubriant, les rêves d’Orient d’un Nerval, d’un Flaubert, l’universalisme exalté d’un Diderot, on songe volontiers que nos grands hommes se sont offerts, pour leur plaisir, le luxe d’un voyage en esprit hors de leurs préjugés de caste et de leurs barrières culturelles, et nous ont laissé à nous, leurs héritiers, de payer le billet retour. Alors que les anciennes voies de la civilisation sont désormais en partie détruites, que nous sommes exilés, asservis, dans un monde où la France d’où nos Pères sont partis conquérir le monde, n’existe pour ainsi dire plus, alors que nous sommes déjà bien moins riches, la possibilité d’acheter le billet-retour en question ne va pas de soi – d’autant plus que ces Pères, bien loin de nous languir d’eux, parce qu’ils nous ont laissé tant de dettes, nous les haïssons secrètement.

J’ai entendu dire que la France était morte désormais, et que c’était tant mieux. Car l’universalisme à la Française ne pouvait mener l’Occident qu’à sa ruine : en dispersant ses force-propres au service des forces de ses ennemis… en encombrant ses bras, alors qu’ils devraient être en train de manier le bouclier et l’épée, de soucis moraux par trop luxueux, dont ses adversaires se passent fort bien… en crucifiant, enfin, pour dire les choses crûment, la civilisation elle-même sur la croix qu’elle vénère.

Voilà ce que j’entends partout, chez les gens qui réfléchissent. « Jamais on n’a été aussi chrétien qu’aujourd’hui en Occident ! » Voilà ce qui chez ceux qui craignent de voir l’Occident mourir, semble aller de soi.
.

**************************************************************

Moi, ce que je voudrais qu’on fasse, c’est qu’on étudie un peu au cas par cas ces gauchistes qu’on dit porter la croix du Christ sur leurs frêles épaules… Je voudrais qu’on observe pour de bon les ressors qui meuvent ces gens supposément trop-excellents, qu’on postule alourdis par un héritage catho excessivement pesant. Je voudrais qu’on se penche un peu sur la nature réelle de ces hommes de gauche dont leurs adversaires politiques soutiennent qu’ils se saignent aux quatre veine au bénéfice de leurs ennemis. Font-ils vraiment cela ? Bigre ! Sont-ils alors vraiment des saints ?

.

Chez les RESF

Monsieur et madame X. sont des militants d’extrême gauche, ils ont derrière eux deux vies consacrées au militantisme écologiste, au syndicalisme et à la pédagogie (sur la ligne de Philippe Meirieu). A présent qu’ils sont à la retraite, il aident, avec RESF, des Roms à s’installer en France et à obtenir des papiers.

Que Jésus a-t-il dit ? 5.43 Vous avez appris qu’il a été dit: Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi. 5.44 Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis*

Qui monsieur et madame X. considèrent-ils comme leurs ennemis ? – Certainement pas les Roms ! Accepteraient-ils qu’on leur dise qu’en aidant les Roms, ils aident des gens qui les haïssent profondément et qui détruiraient volontiers, s’ils le pouvaient, leur civilisation et tout ce qu’ils aiment ? Non, ils ne l’accepteraient pas ! Dès-lors, peut-on dire qu’en aidant les Roms, ils ont ce mérite plus-que-parfaitement chrétien d’aimer et d’aider en connaissance de cause ceux qui sont de toute éternité leurs ennemis ? Non, bien-évidemment.

.

Chez les Antifa

Tels jeunes gens sont des « Antifa », des chasseurs de skins. Ils se disent « de gauche », c’est-à-dire pour la tolérance et contre l’intolérance. En conséquence de quoi on les voit se déplacer en meute dans les banlieues des villes, des barres de fer à la main, car ils sont à la recherche des intolérants pour leur casser la gueule.

Cela, ce sont les paroles de Jésus : Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous? Les publicains aussi n’agissent-ils pas de même? 5.47 Et si vous saluez seulement vos frères, que faites-vous d’extraordinaire? Les païens aussi n’agissent-ils pas de même? 5.48 Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait.
Quand Jésus parle ainsi, ce qu’il fustige, c’est la grégarité, n’est-ce pas ?

Or qu’y a-t-il au monde de plus grégaire qu’un Antifa ? L’Antifa, au nom de sa lutte pour la tolérance, ce qui est un comble, s’accorde tout à lui-même, y compris le droit d’intolérer, et refuse tout, jusqu’à ses droits les plus élémentaires d’être humain, à celui qu’il considère comme l’ennemi de sa conception pour le moins socialement codée (cabalistique, pourrait-on même dire) de ce qu’est la tolérance. Si cela n’est pas le comble de l’hérésie !

Avez-vous seulement déjà vu un Antifa serrer la main à un skin pour lui dire bonjour ?

.

F. Hollande vs E. Todd
.

http://www.dailymotion.com/video/xjz0gs_todd-vs-hollande-ko-en-moins-d-une-minute_news

Hollande : La vraie identité du Parti Socialiste, et des socialistes européens, puisque pour faire l’Europe il faut quand même le faire avec d’autres, c’est d’organiser un continent capable d’assurer l’échange, parce qu’on n’est pas là simplement pour empêcher les plus pauvres que nous de faire venir leurs produits, parce que si c’est ça le protectionnisme, pas pour nous ! Parce qu’est-ce que ce serait comme conception, finalement, de la solidarité à l’égard du Sud, si par rapport à des produits fabriqués par le Sud…

Todd : Ça c’est la rhétorique habituelle de gauche pour ne rien faire !

Hollande : Non ! non ! Je pense que c’est quand même très important de défendre…

Todd : …de défendre le sous-prolétariat indien, c’est vrai. Mais ça n’est pas ce qu’attend votre électorat.

Hollande : Enfin ! Je suis désolé, mais je crois qu’on a aussi une mission internationaliste, on n’est pas là, simplement, pour être des protecteurs de nos propres…

Todd :…citoyens !

.

Osera-t-on prétendre, chez les réacs&companie, qu’un François Hollande, lorsqu’il défend les intérêts des chinois ou des indiens au lieu de défendre ceux du peuple qui l’a élu à la Présidence de la République, osera-t-on dire que François Hollande en l’occurrence se conduit d’une manière « trop-chrétienne » ?!

  • Mais à ceux-là qui oseront prétendre une telle chose, je les renvoie encore une fois à la parole de Jésus : Vous avez appris qu’il a été dit: Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi. 5.44 Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis

Qui sont les vrais ennemis de monsieur Hollande ? Sont-ce les chinois ou les indiens, en vérité ? Que nenni ! Ses véritables ennemis, ceux qu’il a réellement lieu de craindre, ce sont, en vrac : l’UMP, le FN, ses rivaux du PS, les électeurs qui ne le rééliront pas.. etc.

Les chinois et les indiens – surtout ceux qui trempent dans la Phynance internationale – apprécient sans doute davantage la politique de monsieur Hollande que ne l’appréciera jamais aucun français. Ce sont donc peut-être eux, figurez-vous, ses seuls et derniers amis.

  • Bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent,

Qui sont ceux qui haïssent François Hollande, le maltraitent et le persécutent ?

– LES FRANCAIS bien sûr ! – Les français qu’il devrait pourtant, en dépit de cela, au nom du Christ, aimer.

CQFD

  • 5.46 Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous? Les publicains aussi n’agissent-ils pas de même? 5.47 Et si vous saluez seulement vos frères, que faites-vous d’extraordinaire? Les païens aussi n’agissent-ils pas de même?

A présent revoilà le grand passage des Evangiles contre la grégarité.

Savez-vous seulement comment fonctionnent les partis politiques comme le PS ? Ils fonctionnent en vase clos. Les gens de gauche ne discutent qu’entre gens de gauche, et ne font la guerre qu’entre eux également. Ils ne fréquentent pour ainsi dire JAMAIS leurs véritables opposants. Et c’est bien-là l’un de leur plus grand tort, et sans doute l’origine primordiale de leur grande « déconnexion » des réalités.

Au PS, comme dans tous les partis politiques, c’est le grand règne de l’entre-soi.

A présent pourquoi un nul tel que François Hollande a-t-il été choisi par ses pairs pour être mis à la tête du PS ? Pas parce que c’était le plus intelligent, ni parce que c’était celui qui avait le plus d’idées personnelles, bien au contraire. La raison pour laquelle François Hollande se retrouve aujourd’hui à cette place qui ne lui convient pas, ce n’est pas parce qu’il est très-aimé et très-aimable, mais parce qu’il est suffisamment insignifiant, « politique » au sens négatif du terme, c’est-à-dire doué pour la cautèle, pour ne jamais s’être fait trop d’ennemis dans son propre parti. Si François Hollande se retrouve chef de l’Etat actuellement, c’est donc précisément parce qu’il est l’être grégaire par excellence !
.

***

.

Melle X. a  des parents qui sont des Citoyens du Monde. Ils n’ont jamais mis d’argent de côté pour lui financer ses études mais ils ont des rêves plein la tête. Elle entend des « réacs » dire que les gens de gauche pèchent à force de trop ressembler à Jésus. Vu de l’extérieur, peut-être cela paraît-il vraisemblable, ou logique, puisque les gauchistes ont tendance à prendre la défense de gens qui sont effectivement les ennemis de l’Occident. Cependant les parents de Melle X. n’aiment pas trop entendre parler de l’Occident : ils se considèrent en effet avant tout comme des Citoyens du Monde.

Melle X. de son côté n’a pas vraiment l’impression d’avoir été élevée par de dignes héritiers de la parole de Jésus, puisque lorsqu’il lui est arrivé de parler de Jésus à ses parents, ils se sont moqués d’elle avec leurs amis, ils l’ont tournée en ridicule et lui ont dit qu’elle faisait sa crise d’adolescence.

Melle X. ne ressemble pas à ses parents. Parfois – souvent, même -, en Occident, des parents engendrent des enfants qui ne leur ressemblent pas. Ce n’est pas la règle générale de par le monde, mais ça l’est presque chez nous. Ce n’est pas si étonnant, si l’on y songe, pour des gens qui placent le libre arbitre et le droit de disposer librement de soi-même au-dessus de tout. Il faut bien se souvenir que l’Occident s’est construit sur cette idée primordiale que devenir un Homme-réalisé, pour un individu, consistait à se faire l’égal des demi-Dieux antiques, l’égal d’un Ulysse, en affrontant et en vainquant les divers déterminisme qui l’aliènent – ce que les anciens appelaient le Fatum.

Melle X. est à proprement parler « différente », simplement parce qu’elle est indépendante d’esprit. Mais ne lui a-t-on pas toujours dit par ailleurs qu’il fallait absolument être « différent » pour être quelqu’un de bien ? Ce n’est pas par esprit de contradiction qu’elle est devenue indépendante d’esprit, bien au contraire. Si elle est devenue un beau jour un esprit libre et anticonformiste, c’est avant tout parce que ses parents de gauche lui ont toujours appris qu’il fallait l’être. Pourquoi à présent qu’elle a réalisé ce vœu que ses parents avaient autrefois formulé pour elle –  qu’elle soit douée d’esprit critique – faut-il qu’elle en souffre autant ?

Jésus aussi a dit avoir souffert non parce qu’il avait été désobéissant à ses maîtres, les prêtres et les Prophètes, mais au contraire parce qu’il avait trouvé le moyen d’obéir à leurs lois bien mieux qu’eux-mêmes ne savaient le faire.

Melle X. a parfois eu l’impression, bien qu’elle soit leur fille biologique et légitime, que si elle se mettait à penser franchement différemment de ses parents, ils ne la regarderaient plus du tout comme leur enfant, mais comme une étrangère.

Car la véritable famille de monsieur et de madame X., c’est leur famille politique.

Cela lui est déjà plusieurs fois momentanément arrivé avec eux. Après coup on effaçait tout, y compris ce qu’elle avait dit, et tout recommençait comme avant, on retournait dans le mensonge sirupeux et rose… Ce pourquoi elle a souvent préféré revenir sur ses propos et laisser la place au doute, plutôt que de persévérer dans ce en quoi son cœur croyait… C’est ainsi qu’elle a pris l’habitude de laisser à répétition le poison du doute systématique saccager tous ses maigres efforts de construction personnelle.

Melle X. est à présent quasi constamment plongée dans un doute métaphysique très profond, dans lequel elle abîme son esprit et se perd. Et elle fait cela afin de conserver un semblant de lien affectif avec sa maman. Pour que sa maman continue de la regarder comme avant, comme sa digne héritière et son enfant prodigue. Hélas, cela ne lui vaut rien. Elle fait l’enfant, elle joue les convalescentes, pour ne pas faire peur à sa maman, mais en jouant à cela, elle redevient peu à peu pour de bon une enfant, et devient peu à peu réellement malade…

Il ne fait pas bon être l’ennemi et l’Etranger métaphysique de ces gens-là.

Depuis qu’elle exprime des opinions un peu divergente des leurs, cependant qu’elle habite encore dans la maison de ses parents, Melle X. est l’objet de dénigrements constants et on la traite comme une enfant et une malade, alors qu’elle est pourtant majeure depuis peu. Melle X. ne trouve pas d’emploi car dans la région où elle habite il n’y a pas d’emploi pour les jeunes. Melle X. dit qu’il faut protéger le Made in France pour sauvegarder des emplois en France, mais quand elle dit cela ses parents lui font les gros yeux.

Ses parents se disent inquiets pour la santé de Melle X. qui s’enferme dans sa chambre, ne fait rien comme tout ne monde et ne suit aucun chemin balisé. Pour les rassurer, Melle X. a accepté d’être suivie par un psy, chez lequel elle se rend toutes les semaines.

Melle X. a confié au psy qu’elle écrivait sur le net. Elle lui a dit qu’elle fréquentait un forum d’obédience catho d’extrême-droite et qu’elle se faisait un peu maltraiter par ces gens-là. Elle a donné pour explication d’un tel phénomène, que ces gens étaient issus de milieux très différents du sien. Ayant reçu une éducation toute-différente, ils ne peuvent pour la plupart pas comprendre son parcours à elle, et ses motivations. Elle a aussi justifié sa persévérance dans une telle voie en arguant qu’elle préférait encore cette maltraitance-là à celle dont elle était victime dans sa propre maison. A la différence de ses parents, ces gens étant des étrangers et originellement des ennemis, leur mépris et leur méchanceté – à eux – est au moins partiellement défendable.

Elle a dit enfin que ses ennemis avaient au moins le mérite de ne pas lui dire que ses propos étaient dénués de sens, et de parler le même langage qu’elle. Alors que les parents de Melle X. ne lui laissent jamais ne serait-ce que développer ses idées : ils s’arrêtent au vocabulaire.

Le psy a froncé les sourcils, il s’est gratté la tête, et il a demandé à Melle X. : « Mais enfin, pourquoi restez-vous à fréquenter ces gens, puisqu’ils vous détestent ? » Melle X. a répondu en citant les Evangiles :

5.43 Vous avez appris qu’il a été dit: Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi. 5.44 Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, 5.45 afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. 5.46 Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous? Les publicains aussi n’agissent-ils pas de même? 5.47 Et si vous saluez seulement vos frères, que faites-vous d’extraordinaire? Les païens aussi n’agissent-ils pas de même? 5.48 Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait.

Le monsieur psychologue a écarquillé les yeux puis hoché la tête avec déception. Il a dit que ça n’allait pas du tout. Il s’est même mis un peu en colère et a dit à Melle X. qu’elle n’était pas sérieuse. Il lui a finalement proposé de faire venir ses parents dans son cabinet pour discuter d’un éventuel internement en clinique psychiatrique. Histoire d’éloigner quelques temps Melle X. de sa famille et qu’elle y voie plus clair.

.

Publicités