LE PEUPLE (1846) _ Jules Michelet

Le Peuple, de Jules Michelet, 1846.

« Un jour le peuple sera populaire. »
Jules Renard

.

L’heure est grave. J’ai trouvé qui gisait déjà à-demi rongé par la poussière d’oubli, un grand texte excessivement actuel, un grand texte qui nous disait déjà toute la Vérité sur notre temps il y a un siècle et demi, une vérité qui nous avait jusque-là été rendue inaccessible et illisible par les divers illusionnismes (langagiers, mémoriels) au pouvoir, et que nous commençons juste à redécouvrir grâce à cette grande machine à accélérer l’émulation intellectuelle qu’est le net.
Ici, sur le web, les divers commentateurs de fortune mandatés par les organismes qui scannent les vieux ouvrages ou qui les référencent pour les vendre, nous disent de ce texte des choses fort amusantes : l’un nous prévient que cet ouvrage est vraiment très confus, tous conviennent de ce que Michelet y tient des propos obsolètes, que la façon-même dont il parle est datée, que ses concepts sont abstraits comme s’ils avaient séjourné sous l’eau d’un monde englouti, que Michelet n’est que le témoin partial et excentrique d’une façon de penser l’Histoire qui n’a tout simplement plus lieu d’être… les divers vulgarisateurs qui tiennent des pages, des blogs, aussi enthousiastes soient-ils à l’idée de nous faire découvrir Michelet, suppriment pour plus de commodité les passages qui leur paraissent les plus douteux, les moins lisibles, et demandent par avance qu’on excuse l’auteur pour certaines de ses positions que nous ne pouvons QUE trouver arbitraires et nauséabondes… Fort heureusement, le monde de rosières acculturées qui s’exprime encore à travers ces barbares critiques, le monde des années 90 et des primes années 2000, cette chape de ouate imbibée de chloroforme qui nous avait fait croire un temps que la fin des temps était proche, est un bouchon de cérumen qui s’en va. Ouf’ !

.

Ce qui suit est une copie fidèle du texte intégral, à partir de la page 248 du livre jusqu’à la fin du chapitre VI.

.

text-separator3

248 PLUS D’ASSOCIATIONS EN FRANCE.

Ici, mon cœur m’échappe, et ma plume s’arrête… Je dois avouer que la patrie, la famille, y profiteront peu maintenant. Les associations du filet n’existeront bientôt plus que dans l’histoire ; elles sont déjà remplacées, sur plusieurs points de la côte, par ce qui remplace tout… par la banque et par l’usure.

Grande race des marins normands, qui la première trouva l’Amérique , fonda les comptoirs d’Afrique, conquit les deux Siciles, l’Angleterre! ne vous retrouverai-je donc plus que dans la tapisserie de Bayeux?… Qui n’a le cœur percé, en passant des falaises aux dunes, de nos côtes si languissantes à celles d’en face qui sont si vivantes, de l’inertie de Cherbourg à la brûlante et terrible activité de Portsmouth ?… Que m’importe que le Havre s’emplisse de vaisseaux américains, d’un commerce de transit, qui se fait par la France, sans la France, parfois contre elle?

Pesante malédiction! punition vraiment sévère de notre insociabilité! Nos économistes déclarent qu’il n’y a rien à faire pour la libre association. Nos académies en effacent le nom de leurs concours. Ce nom est celui d’un délit, prévu par nos lois pénales… Une seule association reste permise, l’intimité croissante entre Saint-Cloud et Windsor.

210 ASSOCIATIONS AGRICOLES QUI SE DISSOLVENT.

Le commerce a formé quelques sociétés, mais de guerre, pour absorber le petit commerce, détruire les petits marchands. Il a nui beaucoup, gagné peu. Les grosses maisons de commandite qui s’étaient créées dans cet espoir, ont peu réussi. Elles ne sont pas en progrès; dès qu’il s’en forme une nouvelle, les autres souffrent et languissent. Plusieurs sont déjà tombées, et celles qui subsistent ne tendent point à s’accroître.

Dans les campagnes, je vois nos très-anciennes communautés agricoles du Morvan, de Berri, de Picardie, qui peu à peu se dissolvent et demandent séparation aux tribunaux. Elles avaient duré des siècles; plusieurs avaient prospéré. Ces couvents de laboureurs mariés qui réunissaient ensemble une vingtaine de familles, parentes entre elles, sous un même toit, sous la direction d’un chef qu’elles élisaient, avaient pourtant sans aucun doute de grands avantages économiques. [Mais vraisemblablement elles gênaient trop les deux sentiments qui caractérisent notre époque, l’amour de la propriété personnelle, et celui de la famille.]

250 LA FRANCE EST-ELLE MOINS SOCIABLE ?

Si, de ces paysans, je passe aux esprits les plus cultivés, je ne vois guère d’esprit d’association dans la littérature. Les hommes les plus naturellement rapprochés par les lumières, par l’estime et l’admiration mutuelle, n’en vivent pas moins isolés. La parenté du génie même sert peu pour rapprocher les cœurs. Je connais ici quatre ou cinq hommes qui sont certainement l’aristocratie du genre humain , qui n’ont de pairs et de juges qu’entre eux. Ces hommes qui vivront toujours, s’ils avaient été séparés par les siècles, auraient regretté amèrement de ne point s’être connus. Ils vivent dans le même temps, dans la même ville, porte à porte, et ils ne se voient point.

Dans un de mes pèlerinages à Lyon, je visitai quelques tisseurs, et à mon ordinaire, je m’informai des maux, des remèdes. Je leur demandai surtout s’ils ne pourraient, quelle que fût leur divergence d’opinions, s’associer dans certaines choses matérielles, économiques. L’un d’eux, homme plein de sens, et d’une haute moralité, qui sentait bien tout ce que j’apportais dans ces recherches de cœur et de bonne intention, me laissa pousser mon enquête plus loin que je n’avais fait encore. « Le mal, disait-il d’abord, c’est la partialité du gouvernement pour les fabricants. — Et après? — Leur monopole, leur tyrannie, leur exigence… — Est-ce tout? » II se tut deux minutes, et dit ensuite, avec un soupir, cette grave parole : « II y a un autre mal, monsieur, nous sommes insociables. »

Ce mot me retentit au cœur, me frappa comme une sentence. Que de raisons j’avais de le supposer juste et vrai! que de fois il me revint!… « Quoi ! me disais-je, la France, le pays renommé entre tous pour la douceur éminemment sociable de ses mœurs et de son génie, est-elle immuablement divisée, et pour jamais?… S’il en est ainsi, nous reste-t-il chance de vivre, et n’avons-nous pas déjà péri, avant de périr?… L’âme est-elle morte en nous? Sommes-nous pires que nos pères, dont on nous vante sans cesse les pieuses associations? 1

[1 – La nécessité seule, de ses chaînes d’airain, avait lié les anciennes associations barbares (V. dans mes Originet, les formes terribles du sang bu, ou versé sous la terre, etc.), la nécessité, dis-je, et la certitude de périr, si l’on restait désuni. — Dans les associations monacales, l’amitié est sévèrement défendue, comme un vol qu’on fait à Dieu (V. Michelet, Bitt. de Fr., t. V. p. 12, note). —La barbarie du compagnonnage, et sa tentative même pour se réformer (V. A. Perdiguier), nous fait assez connaître ce qu’étaient les associations industrielles du moyen âge. La confrérie, née du danger, et de la prière (si naturelle à l’homme en danger), haïssait certainement l’étranger plus qu’elle ne s’aimait elle-même. La bannière du saint patron la ralliait, et de la procession elle la menait au combat. C’était bien moins fraternité que ligue et force défensive, souvent offensive aussi, dans les haines et jalousies de métiers.]

252 LA FRANCE EST-ELLE MOINS SOCIABLE?

L’amour, la fraternité, sont-ils donc finis en ce monde ?

Dans cette pensée si sombre, résolu, comme un mourant, à bien tâter si je mourais, je regardai sérieusement non les plus hauts, non les derniers, mais un homme, ni bon, ni mauvais, un homme en qui sont plusieurs classes, qui a vu, souffert, qui, certainement d’esprit et de cœur, porte en lui la pensée du peuple… Cet homme qui n’est autre que moi, pour vivre seul et volontairement solitaire, il n’en est pas moins resté sociable et sympathique.

Il en est ainsi de bien d’autres. Un fond immuable, inaltérable de sociabilité, dort ici dans les profondeurs. Il est tout entier en réserve; je le sens partout dans les masses, lorsque j’y descends, lorsque j’écoute et observe. Mais pourquoi s’étonnerait-on si cet instinct de sociabilité facile, tellement découragé aux derniers temps, s’est resserré, replié?… Trompé par les partis, exploité par les industriels, mis en suspicion par le gouvernement, il ne remue plus, n’agit plus. Toutes les forces de la société semblent tournées contre l’instinct sociable !… Unir les pierres, désunir les hommes, ils ne savent rien de plus.

Le patronage ne supplée nullement ici à ce qui manque à l’esprit d’association. L’apparition récente de l’idée d’égalité a tué (pour un temps) l’idée qui l’avait précédée, celle de protection bienveillante, d’adoption, de paternité. Le riche a dit durement au pauvre: « Tu réclames l’égalité, et le rang de frère? eh bien, soit ! mais dès ce moment, tu ne trouveras plus d’assistance en moi; Dieu m’imposait les devoirs de père; en réclamant l’égalité, tu m’en as toi-même affranchi. » 1

[1 – L’effort du monde et son salut, sera de recouvrer l’accord de ces deux idées. Fraternité- paternité, ces mots inconciliables dans la famille, ne le sont nullement dans la société civile. Elle trouve, je l’ai déjà dit, le modèle qui les accorde, dans la société morale que chaque homme porte en lui. Voir la fin de la seconde partie.]

Chez ce peuple, moins qu’aucun autre, on ne peut prendre ici le change. Nulle comédie sociale, nulle déférence extérieure, ne peut faire illusion sur sa sociabilité. Il n’a pas les manières humbles des Allemands. Il n’est point, comme les Anglais, toujours chapeau bas, devant ce qui est riche ou noble. Si vous lui parlez, et qu’il réponde honnêtement, cordialement, vous pouvez croire qu’il accorde vraiment cela à la personne, fort peu à la position.

254 LE FRANÇAIS A BEAUCOUP D’INDIVIDUALITÉ, ET NE SE CONTENTERA PAS D’UNE SOCIÉTÉ NÉGATIVE, COOPÉRATIVE.

Le Français a passé par bien des choses, par la Révolution, par la guerre. Un tel homme à coup sûr est difficile à conduire, difficile à associer. Pourquoi? précisément parce que, comme individu, il a beaucoup de valeur.

Vous faites des hommes de fer dans votre guerre d’Afrique, une guerre très-individuelle qui oblige sans cesse l’homme à ne compter que sur soi; nul doute que vous n’ayez raison de les vouloir et former tels, à la veille des crises qu’il nous faut attendre en Europe. Mais aussi, ne vous étonnez pas trop, si ces lions, à peine revenus, gardent, tout en se soumettant au frein des lois, quelque chose de l’indépendance sauvage.

Ces hommes, je vous en préviens, ne se prendront à l’association que par le cœur, par l’amitié. Ne croyez pas que vous les attellerez à une société négative où l’âme ne sera pour rien, qu’ils vivront ensemble, sans s’aimer, par économie et par douceur naturelle, comme font, par exemple à Zurich, les ouvriers allemands. La société coopérative des Anglais, qui s’unissent parfaitement pour telle affaire spéciale, tout en se haïssant, se contrecarrant dans telle autre où leurs intérêts diffèrent, elle ne convient pas davantage à nos Français. Il faut une société d’amis à la France ; c’est son désavantage industriel, mais sa supériorité sociale, de n’en pas comporter d’autres. L’union ne se fait ici ni par mollesse de caractère et communauté d’habitudes, ni par âpreté de chasseurs qui se mettent, comme les loups, en bande pour une proie. Ici, la seule union possible, c’est l’union des esprits.

Il n’est guère de forme d’association qui ne soit excellente, si cette condition existe. La question dominante, chez ce peuple sympathique, est celle des personnes et des dispositions morales. « Les associés s’aiment-ils? se conviennent-ils? » voilà ce qu’il faut toujours se demander en premier lieu. 1

[ 1 Dans l’association, la forme est importante sans doute, mais elle ne vient qu’en seconde ligne. Rétablir les anciennes formes , les corporations, les tyrannies industrielles, reprendre les entraves pour mieux marcher, défaire l’œuvre de la Révolution, détruire à la légère ce qu’on a demandé pendant tant de siècles, cela me paraît insensé. — D’autre part, imaginer que l’État qui fait si peu ce qui est de son ressort naturel, pourrait remplir la fonction de fabricant, de marchand universel, qu’est-ce autre chose que de remettre toute chose au fonctionnaire; ce fonctionnaire est-ce un ange? investi de cet étrange pouvoir, sera-t-il moins corrompu que le fabricant ou le marchand? Ce qui est sûr, c’est qu’il n’aura nullement leur activité. — Quant a la communauté, trois mots suffisent. La communauté naturelle est un état très-antique, très-barbare, très-improductif. La communauté volontaire est un élan passager, un mouvement héroïque qui signale une foi nouvelle, et qui retombe bientôt. La communauté forcée, imposée par la violence, est une chose impossible à une époque où la propriété est infiniment divisée, nulle part plus impossible qu’en France. — Pour revenir aux formes possibles d’association, je crois qu’elles doivent différer selon les différentes professions, qui, plus ou moins compliquées, exigent plus ou moins l’unité de direction; — et différer aussi telon les différents pays, selon la diversité des génies nationaux. Cette observation essentielle que je développerai un jour pourrait être appuyée sur un nombre immense de faits. ]

256 IL LUI FAUT UNE SOCIÉTÉ D’ÂMES.

Des sociétés d’ouvriers se formeront, et elles dureront, s’ils s’aiment ; des sociétés d’ouvriers — maîtres, qui, sans chefs, vivront en frères, mais il faut qu’ils s’aiment beaucoup.

S’aimer, ce n’est pas seulement avoir bienveillance mutuelle. L’attraction naturelle des caractères, des goûts analogues, n’y suffirait pas. Il faut y suivre sa nature, mais de cœur, c’est-à-dire toujours prêt au sacrifice, au dévouement qui immole la nature.

Que voulez-vous faire en ce monde sans le sacrifice ? (1)… Il en est le soutien même; le monde, sans lui, croulerait tout à l’heure. Supposez les meilleurs instincts, les caractères les plus droits, les natures les plus parfaites (telles qu’on n’en voit pas ici-bas), tout périrait encore sans ce remède suprême.

[ (1) Nulle époque n’en a montré de tels exemples. Dans quel siècle a-t-on vu de si grandes armées, tant de millions d’hommes, souffrir, momir, sans révolte, avec douceur, en silence? ]

237 NULLE SOCIÉTÉ D’ÂMES SANS LE SACRIFICE.

« Se sacrifier à un autre! » Chose étrange, inouïe, qui scandalisera l’oreille de nos philosophes. « S’immoler à qui? à un homme, qu’on sait valoir moins que soi; perdre au profit de ce néant une valeur infinie. » C’est celle, en effet, que chacun ne manque guère de s’attribuer à lui-même.

Il y a là, nous ne le dissimulons point, une véritable difficulté. On ne se sacrifie guère qu’à ce qu’on croit infini. Il faut, pour le sacrifice, un Dieu, un autel… un Dieu, en qui les hommes se reconnaissent et s’aiment… Comment sacrifierions-nous? Nous avons perdu nos dieux!

Le dieu Verbe, sous la forme où le vit le moyen âge , fut-il ce lien nécessaire? L’histoire tout entière est là pour répondre : Non. Le moyen âge promit l’union, et ne donna que la guerre. Il fallut que ce Dieu eût sa seconde époque, qu’il apparût sur la terre, en son incarnation de 89. Alors, il donna à l’association sa forme à la fois la plus vaste et la plus vraie, celle qui, seule encore, peut nous réunir, et par nous, sauver le monde.

France, glorieuse mère, qui n’êtes pas seulement la nôtre, mais qui devez enfanter toute nation à la liberté, faites que nous nous aimions en vous!

CHAPITRE IV.

La Patrie.

Les nationalités vont-elles disparaître?

Les antipathies nationales ont diminué, le droit des gens s’est adouci, nous sommes entrés dans une ère de bienveillance et de fraternité, si l’on veut comparer ce temps aux temps haineux du moyen âge. Les nations se sont déjà quelque peu mêlées d’intérêts, ont copié mutuellement leurs modes, leurs littératures. Est-ce à dire pour cela que les nationalités s’affaiblissent? Examinons bien.

Ce qui s’est affaibli bien certainement, c’est, dans chaque nation, la dissidence intérieure. Nos provincialités françaises s’effacent rapidement. L’Ecosse et le Pays de Galles se sont rattachées à l’unité Britannique. L’Allemagne cherche la sienne, et se croit prête à lui sacrifier une foule d’intérêts divergents qui la divisaient jusqu’ici.

259 LES PROVINCIALITÉS DISPARUES AU PROFIT DE LA NATIONALITÉ QUI VA SE FORTIFIANT.

Ce sacrifice des diverses nationalités intérieures à la grande nationalité qui les contient, fortifie celle-ci, sans nul doute. Elle efface peut-être le détail saillant, pittoresque, qui caractérisait un peuple aux yeux de l’observateur superficiel; mais elle fortifie son génie, et lui permet de le manifester. C’est au moment où la France a supprimé dans son sein toutes les Frances divergentes, qu’elle a donné sa haute et originale révélation. Elle s’est trouvée elle-même, et, tout en proclamant le futur droit commun du monde, elle s’est distinguée du monde plus qu’elle n’avait fait jamais.

On peut en dire autant de l’Angleterre; avec ses machines, ses vaisseaux, ses quinze millions d’ouvriers, elle diffère aujourd’hui de toutes les nations bien plus qu’au temps d’Elisabeth. L’Allemagne qui se cherchait à tâtons aux dix-septième et dix-huitième siècles, s’est enfin découverte en Goethe, Schelling et Beethoven; c’est depuis lors seulement qu’elle a pu sérieusement aspirer à l’unité.

Loin que les nationalités s’effacent, je les vois chaque jour se caractériser moralement, et, de collections d’hommes qu’elles étaient, devenir des personnes. C’est le progrès naturel de la vie. Chaque homme, en commençant, sent confusément son génie; il semble dans le premier âge que ce soit un homme quelconque; en avançant, il s’approfondit lui-même, et va se caractérisant au dehors par ses actes, par ses œuvres; il devient peu à peu tel homme, sort de classe, et mérite un nom.

261 UNE ÂME DE PEUPLE A BESOIN D’UN CORPS, D’UN LIEU.

Pour croire que les nationalités vont disparaître bientôt, je ne connais que deux moyens : 1° ignorer l’histoire, la savoir par formules creuses, comme les philosophes qui ne l’étudient jamais, ou encore par lieux communs littéraires, pour en causer, comme les femmes. Ceux qui la savent ainsi, la voient dans le passé comme un petit point obscur, qu’on peut biffer, si l’on veut. — 2° Ce n’est pas tout; il faut encore ignorer la nature autant que l’histoire, oublier que les caractères nationaux ne dérivent nullement de nos caprices, mais sont profondément fondés dans l’influence du climat, de l’alimentation, des productions naturelles d’un pays, qu’ils se modifient quelque peu, mais ne s’effacent jamais. — Ceux qui ne sont ainsi liés ni par la physiologie ni par l’histoire, ceux qui constituent l’humanité, sans s’informer de l’homme ni de la nature, il leur est loisible d’effacer toute frontière, de combler les fleuves, d’aplanir les montagnes. Cependant, je les en préviens, les nations dureront encore, s’ils n’ont l’attention de supprimer les villes, les grands centres de civilisation, où les nationalités ont résumé leur génie.

Nous avons dit vers la fin de la seconde partie, que si Dieu a mis quelque part le type de la Cité politique, c’était, selon toute apparence, dans la Cité morale, je veux dire dans une âme d’homme. Eh bien! que fait d’abord cette âme, elle se fixe en un lieu, s’y recueille, elle s’organise un corps, une demeure, un ordre d’idées. Et alors, elle peut agir. — Tout de même, une âme de peuple doit se faire un point central d’organisme; il faut qu’elle s’asseoie en un lieu, s’y ramasse et s’y recueille, qu’elle s’harmonise à une telle nature, comme vous diriez les sept collines pour cette petite Rome, ou pour notre France, la mer et le Rhin, les Alpes et les Pyrénées; ce sont là nos sept collines.

C’est une force, pour toute vie, de se circonscrire, de couper quelque chose à soi dans l’espace et dans le temps, de mordre une pièce qui soit sienne, au sein de l’indifferente et dissolvante nature qui voudrait toujours confondre. Cela, c’est exister, c’est vivre.

262 LA PATRIE LUI EST UN MOYEN DE RÉALISER SA NATURE.

Un esprit fixé sur un point ira s’approfondissant. Un esprit flottant dans l’espace, se disperse et s’évanouit. Voyez, l’homme qui va donnant son amour à toutes, il passe sans avoir su l’amour; qu’il aime une fois et longtemps, il trouve en une passion l’infini de la nature et tout le progrès du monde.

[La patrie (la mairie, comme disaient si bien les Doriens) est l’amour des amours. Elle nous apparaît dans nos songes comme une jeune mère adorée, ou comme une puissante nourrice qui nous allaite par millions… Faible image! non-seulement elle nous allaite, mais nous contient en soi : In ei movemur et sumus.]

La Patrie, la Cité, loin d’être opposées à la nature, sont pour cette âme de peuple qui y réside l’unique et tout-puissant moyen de réaliser sa nature. Elle lui donne à la fois et le point de départ vital et la liberté de développement. Supposez le génie athénien, moins Athènes, il flotte, il divague, se perd, il meurt inconnu. Enfermé dans ce cadre étroit, mais heureux, d’une telle Cité, fixé sur cette terre exquise où l’abeille cueillait le miel de Sophocle et de Platon, le génie puissant d’Athènes, d’une imperceptible ville, a fait en deux ou trois siècles, autant que douze peuples du moyen âge en mille ans.

.

L’EVANGILE ETERNEL

.

NULLE ÂME, NULLE ÂME DE PEUPLE NE PÉRIRA.

Le plus puissant moyen de Dieu pour créer et augmenter l’originalité distinctive, c’est de maintenir le monde harmoniquement divisé en ces grands et beaux systèmes qu’on appelle des nations, dont chacun ouvrant à l’homme un champ divers d’activité, est une éducation vivante (1). Plus l’homme avance, plus il entre dans le génie de sa patrie, mieux il concourt à l’harmonie du globe; il apprend à connaître cette patrie, et dans sa valeur propre, et dans sa valeur relative, comme une note du grand concert; il s’y associe par elle; en elle, il aime le monde. La patrie est l’initiation nécessaire à l’universelle patrie.

L’union avance ainsi toujours sans péril d’atteindre jamais l’unité, puisque, toute nation, à chaque pas qu’elle fait vers la concorde (2), est plus originale en soi. Si, par impossible, les diversités cessaient, si l’unité était venue, toute nation chantant même note, le concert serait fini; l’harmonie confondue ne serait plus qu’un vain bruit. Le monde, monotone et barbare, pourrait alors mourir, sans laisser même un regret.

[ (1) Tout concourt à cette éducation. Nul objet d’art, nulle industrie, même de luxe, nulle forme de culture élevée, n’est sans action sur la masse, sans influence sur les derniers, sur les plus pauvres. Dans ce grand corps d’une nation, la circulation spirituelle se fait, insensible, descend, monte, va au plus haut, au plus bas. Telle idée entre par les yeux (modes, boutiques, musées, etc.), telle autre par la conversation, par la langue qui est le grand dépôt du progrès commun. Tous reçoivent la pensée de tous, sans l’analyser peut-être, mais enfin ils la reçoivent.

(2) A mesure qu’une nation entre en possession de son génie propre, qu’elle le révèle et le constate par des œuvres, elle a de moins en moins besoin de l’opposer par la guerre à celui des autres peuples. Son originalité, chaque jour mieux assurée, éclate dans la production, plus que dans l’opposition. La diversité des nations qui se manifestait violemment par la guerre, elle se marque mieux encore, lorsque chacune d’elles fait entendre distinctement sa grande voix; toutes criaient sur la même note, chacune fait maintenant sa partie; il y a peu à peu concert, harmonie, le monde devient une lyre. Mais cette harmonie, à quel prix ? au prix de la diversité. ]

NULLE NATION NE PÉRIRA.

Rien ne périra, j’en suis sûr, ni âme d’homme, ni âme de peuple; nous sommes en trop bonnes mains. Nous irons, tout au contraire, vivant toujours davantage, c’est-à-dire fortifiant notre individualité, acquérant des originalités plus puissantes et plus fécondes. Dieu nous garde de nous perdre en lui!… Et si nulle âme ne périt, comment ces grandes âmes de nations, avec leur génie vivace, leur histoire riche en martyrs, comble de sacrifices héroïques, toute pleine d’immortalité, comment pourraient-elles s’éteindre? Lorsqu’une d’elles s’éclipse un instant, le monde entier est malade en toutes ses nations, et le monde du cœur en ses fibres qui répondent aux nations… Lecteur, cette fibre souffrante que je vois dans votre cœur, c’est la Pologne et l’Italie. (1)

La nationalité, la patrie, c’est toujours la vie du monde. Elle morte, tout serait mort. Demandez plutôt au peuple, il le sent, il vous le dira. Demandez à la science, à l’histoire, à l’expérience du genre humain. Ces deux grandes voix sont d’accord. Deux voix? non, deux réalités, ce qui est et ce qui fut, contre la vaine abstraction.

J’avais là-dessus mon cœur et l’histoire; j’étais ferme sur ce rocher; je n’avais besoin de personne pour me confirmer ma foi. Mais j’ai été dans les foules, j’ai interrogé le peuple, jeunes et vieux, petits et grands. Je les ai entendus tous témoigner pour la patrie. C’est là la fibre vivante qui chez eux meurt la dernière. Je l’ai trouvée dans des morts… J’ai été dans les cimetières qu’on appelle des prisons, des bagnes, et là, j’ai ouvert des hommes; eh! bien, dans ces hommes morts, où la poitrine était vide, devinez ce que je trouvais… la France encore, dernière étincelle par laquelle peut-être on les aurait fait revivre.

NULLE NATION NE PÉRIRA, QU’ADVIENDRAIT-IL DU MONDE ?

Ne dites pas, je vous prie, que ce ne soit rien du tout que d’être né dans le pays qu’entourent les Pyrénées, les Alpes, le Rhin, l’Océan. Prenez le plus pauvre homme, mal vêtu et affamé, celui que vous croyez uniquement occupé des besoins matériels. Il vous dira que c’est un patrimoine que de participer à cette gloire immense, à cette légende unique qui fait l’entretien du monde. Il sait bien que s’il allait au dernier désert du globe, sous l’équateur, sous les pôles, il trouverait là Napoléon, nos armées, notre grande histoire, pour le couvrir et le protéger, que les enfants viendraient à lui, que les vieillards se tairaient et le prieraient de parler, qu’à l’entendre seulement nommer ces noms, ils baiseraient ses vêtements.

Pour nous, quoiqu’il advienne de nous, pauvre ou riche, heureux, malheureux, vivant, et par delà la mort, nous remercierons toujours Dieu, de nous avoir donné cette grande patrie, la France. Et cela, non pas seulement à cause de tant de choses glorieuses qu’elle a faites, mais surtout parce qu’en elle nous trouvons à la fois le représentant des libertés du monde et le pays sympathique entre tous, l’initiation à l’amour universel. Ce dernier trait est si fort en la France, que souvent elle s’en est oubliée. Il nous faut aujourd’hui la rappeler à elle-même, la prier d’aimer toutes les nations moins que soi.

Sans doute, tout grand peuple représente une idée importante au genre humain. Mais que cela, grand Dieu, est bien plus vrai de la France ! Supposez un moment qu’elle s’éclipse, qu’elle finisse, le lien sympathique du monde est relâché, dissout, et probablement détruit. L’amour qui fait la vie du globe, en serait atteint en ce qu’il a de plus vivant. La terre entrerait dans l’âge glacé où déjà tout près de nous sont arrivés d’autres globes.

J’eus, à ce sujet, un songe affreux en plein jour, que je suis forcé de conter. J’étais à Dublin, près d’un pont, je suivais un quai; je regarde la rivière, et je la vois traîner faible et étroite entre de larges grèves sablonneuses, à peu près comme on voit la nôtre du quai des Orfèvres ; je crois reconnaître la Seine. Les quais même ressemblaient, moins les riches boutiques, moins les monuments, les Tuileries, le Louvre, c’était presque Paris, moins Paris. De ce pont descendaient quelques personnes mal vêtues, non, comme chez nous, en blouse, mais en vieux habits tachés. Ils disputaient violemment, d’une voix âcre, gutturale, toute barbare, avec un affreux bossu en haillons que je vois encore ; d’autres gens passaient à côté, misérables et contrefaits…

Une chose, en regardant, me saisit, me terrifia, toutes ces figures étaient françaises. .. C’était Paris, c’était la France, une France enlaidie,abrutie, sauvage. J’éprouvai ace moment combien la terreur est crédule; je ne fis nulle objection. Je me dis qu’apparemment il était venu un autre 1815, mais depuis longtemps, bien longtemps, que des siècles de misère s’étaient appesantis sur mon pays condamné sans retour, et moi, je revenais là pour prendre ma part de cette immense douleur. Ils pesaient sur moi, ces siècles, en une masse de plomb; tant de siècles en deux minutes !.. Je restai cloué à cette place et ne marchai plus… Mon compagnon de voyage me secoua, et alors je revins un peu… Mais je ne retirai pas tout à fait de mon esprit le terrible songe, je ne pouvais me consoler; tant que je fus en Irlande, j’en gardai une tristesse profonde, qui me revient tout entière, pendant que j’écris ceci.

.

CHAPITRE V.

La France.

Le chef d’une de nos écoles socialistes disait, il y a quelques années: « Qu’est-ce que c’est que la Patrie?»

Leurs utopies cosmopolites de jouissances matérielles, me paraissent, je l’avoue, un commentaire prosaïque de la poésie d’Horace: « Rome s’écroule, fuyons aux îles fortunées », ce triste chant d’abandon et de découragement.

Les chrétiens qui arrivent après, avec la patrie céleste, et l’universelle fraternité ici-bas, n’en donnent pas moins, par cette belle et touchante doctrine, le coup mortel à l’Empire. Leurs frères du nord viennent bientôt leur mettre la corde au col.

DANGER DU COSMOPOLITISME.

Nous ne sommes point des fils d’esclave, sans patrie, sans dieux, comme était le grand poète que nous venons de citer; nous ne sommes pas des romains de Tarse, comme l’apôtre des gentils; nous sommes les Romains de Rome, et les Français de la France. Nous sommes les fils de ceux qui par l’effort d’une nationalité héroïque, ont fait l’ouvrage du monde, et fondé, pour toute nation, l’évangile de l’égalité. Nos pères n’ont pas compris la fraternité comme cette vague sympathie qui fait accepter, aimer tout, qui mêle, abâtardit, confond. Ils crurent que la fraternité n’était pas l’aveugle mélange des existences et des caractères, mais bien l’union des cœurs. Ils gardèrent pour eux, pour la France, l’originalité du dévouement, du sacrifice, que personne ne lui disputa; seule, elle arrosa de son sang cet arbre qu’elle plantait. L’occasion était belle pour les autres nations de ne pas la laisser seule. Elles n’imitèrent pas la France dans son dévouement; veux-t-on aujourd’hui que la France les imite dans leur égoïsme, leur immorale indifférence, que n’ayant pu les élever, elle descende à leur niveau?

Qui pourrait voir sans étonnement le peuple qui naguère a levé le phare de l’avenir vers lequel regarde le monde, voir ce peuple aujourd’hui traîner la tête basse dans la voie de l’imitation… Cette voie, quelle est-elle? nous ne la connaissons que trop, bien des peuples l’ont suivie: c’est tout simplement la voie du suicide et de la mort.

Pauvres imitateurs, vous croyez donc qu’on imite?… On prend à un peuple voisin telle chose qui chez lui est vivante; on se l’approprie tant bien que mal, malgré les répugnances d’un organisme qui n’était pas fait pour elle; mais c’est un corps étranger que vous vous mettez dans la chair; c’est une chose inerte et morte, c’est la mort que vous adoptez.

Que dire, si cette chose, n’est pas étrangère seulement et différente, mais ennemie! si vous l’allez chercher justement chez ceux que la nature vous a donnés pour adversaires, qu’elle vous a symétriquement opposés? si vous demandez un renouvellement de vie à ce qui est la négation de votre vie propre? Si la France, par exemple, se mettant à marcher au rebours de son histoire, de sa nature, s’en va copier ce qu’on peut appeler l’anti-France, l’Angleterre.

Il ne s’agit point ici de haine nationale, ni de malveillance aveugle. Nous avons l’estime que nous devons avoir pour cette grande nation britannique; nous l’avons prouvé en l’étudiant aussi sérieusement qu’aucun homme de ce temps. Le résultat de cette étude et de cette estime même, c’est la conviction que le progrès du monde tient à ce que les deux peuples ne perdent point leurs qualités dans un mélange indistinct, que ces deux aimants opposés agissent en sens inverse, que ces deux électricités, positive et négative, ne soient jamais confondues.

DANGER POUR LA FRANCE D’IMITER L’ANGLETERRE.

L’élément qui, entre tous, était pour nous le plus hétérogène, l’élément anglais, est celui précisément que nous avons préféré. Nous l’avons adopté politiquement, dans notre constitution, sur la foi des doctrinaires qui copiaient sans comprendre; — adopté littérairement, sans voir que le premier génie que l’Angleterre ait eu de nos jours, est celui qui l’a le plus violemment démentie. — Enfin, nous l’avons adopté, ce même élément anglais, chose incroyable et risible, dans l’art, dans la mode. Cette raideur, cette gaucherie, qui n’est point extérieure, ni accidentelle, mais qui tient à un profond mystère physiologique, c’est là ce que nous copions.

J’ai sous les yeux deux romans, écrits avec un grand talent. Eh bien! dans ces romans français, quel est l’homme ridicule? le Français, toujours le Français. L’Anglais est l’homme admirable, la Providence invisible, mais présente, qui sauve tout. Il arrive juste à point pour réparer toutes les sottises de l’autre. Et comment?… c’est qu’il est riche. Le Français est pauvre , et pauvre d’esprit.

L’ANGLETERRE EST RICHE

Riche! est-ce donc là la cause de cet engouement singulier? Le riche (le plus souvent l’Anglais), c’est le bien aimé de Dieu. Les plus libres, les plus fermes esprits ont peine à se défendre d’une prévention en sa faveur… Les femmes le trouvent beau, les hommes veulent bien le croire noble. Son cheval étique est pris pour modèle par les artistes. Riche! avouez-le donc, c’est le secret motif de l’admiration universelle. L’Angleterre est le peuple riche; peu importent ses millions de mendiants. Pour qui ne s’informe point des hommes, elle présente au monde un spectacle unique, celui du plus énorme entassement de richesses qui ait été fait jamais. Triomphante agriculture, tant de machines, tant de vaisseaux, tant de magasins pleins et combles, cette bourse maîtresse du monde,… l’or coule là, comme de l’eau.

Ah ! la France n’a rien de semblable; c’est un pays de pauvreté. L’énumération comparée de tout ce que possède l’une, de tout ce que l’autre n’a pas, nous mènerait vraiment trop loin. L’Angleterre a bonne grâce de demander en souriant à la France, quels sont donc après tout les résultats matériels de son activité, ce qui reste de son travail, de tant de mouvements, d’efforts ?

 ET LA FRANCE EST PAUVRE. POUROUOI?

La voilà, cette France, assise par terre, comme Job, entre ses amies, les nations, qui viennent la consoler, l’interroger, l’améliorer, si elles peuvent, travailler à son salut.

« Où sont tes vaisseaux, tes machines, dit l’Angleterre? — Et l’Allemagne: « Où sont tes systèmes? N’auras-tu donc pas au moins, comme l’Italie, des œuvres d’art à montrer? »

Bonnes sœurs qui venez consoler ainsi la France, permettez que je vous réponde. Elle est malade, voyez-vous; je lui vois la tête basse, elle ne veut pas parler.

[Les produits matériels de la France, les résultats durables de son travail, ne sont rien en comparaison de ses produits invisibles. Ceux-ci furent le plus souvent des actes, des mouvements, des paroles et des pensées. Sa littérature écrite (la première pourtant, selon moi), est loin, bien loin au-dessous de sa parole, de sa conversation brillante et féconde. Sa fabrication en tout genre n’est rien près de son action. Pour machines, elle eut des hommes héroïques; pour systèmes des hommes inspirés. « Cette parole, cette action, ne sont-ce pas choses improductives? » Et c’est la précisément ce qui place la France très-haut. Elle a excellé dans les choses du mouvement et de la grâce, dans celles qui ne servent a rien. Au-dessus de tout ce qui est matériel, tangible, commencent les impondérables, les insaisissables, les invisibles. Ne la classez donc jamais par les choses de la matière, par ce qu’on touche et qu’on voit. Ne la jugez pas, comme une autre, sur ce que vous remarquez de la misère extérieure. C’est le pays de l’esprit, et celui par conséquent qui donne le moins de prise à l’action matérielle du monde.]

PARCE QU’ELLE A EU LE GÉNIE DU SACRIFICE.

Si l’on voulait entasser ce que chaque nation a dépensé de sang, et d’or, et d’efforts de toute sorte, pour les choses désintéressées qui ne devaient profiter qu’au monde, la pyramide de la France irait montant jusqu’au ciel… Et la vôtre, ô nations, toutes tant que vous êtes ici, ah ! la vôtre, l’entassement de vos sacrifices, irait au genou d’un enfant.

Ne venez donc pas me dire: « Comme elle est pâle, cette France !…» Elle a versé son sang pour vous.. — « Qu’elle est pauvre! » Pour votre cause, elle a donné sans compter (1)… Et n’ayant plus rien, elle a dit : « Je n’ai ni or, ni argent, mais ce que j’ai, je vous le donne… » Alors elle a donné son âme, et c’est de quoi vous vivez.(2)

[(1) J’écris ici, en l’affaiblissant, une pensée qui m’assaillit les premières fois que je passai la frontière. Une fois notamment que j’entrais en Suisse, j’en fus blessé au cœur. — Voir nos pauvres paysans de la Franche-Comté si misérables, et tout à coup, en passant un ruisseau, les gens de Neufchâlel, si aisés, si bien vêtus, visiblement heureux! — Les deux charges principales qui écrasent la France, la dette et l’armée, qu’est-ce au fonds? deux sacrifices qu’elle fait au monde autant qu’à elle-même. La dette, c’est l’argent qu’elle lui paie pour lui avoir donné son principe de salut, la loi de liberté qu’il copie en la calomniant. Et l’armée de la France? c’est la défense du monde, la réserve qu’il lui garde, le jour où les Barbares arriveront, où l’Allemagne cherchant toujours son unité qu’elle cherche depuis Charlemagne, sera bien obligée ou de nous mettre devant elle, ou de se faire contre la liberté l’avant-garde de la Russie.]

LA FRANCE A EU LE GÉNIE DU SACRIFICE.

« Ce qui lui reste, c’est ce qu’elle a donné… » Mais, écoutez-bien, nations, apprenez, ce que sans nous, vous n’auriez appris jamais : « Plus on donne, et plus on garde! » Son esprit peut dormir en elle, mais il est toujours entier, toujours près d’un puissant réveil.

Il y a bien longtemps que je suis la France, vivant jour par jour avec elle depuis deux milliers d’années. Nous avons vu ensemble les plus mauvais jours, et j’ai acquis cette foi que ce pays est celui de l’invincible espérance. Il faut bien que Dieu l’éclaire plus qu’une autre nation, puisqu’en pleine nuit, elle voit quand nulle autre ne voit plus; dans ces affreuses ténèbres qui se faisaient souvent au moyen âge et depuis, personne ne distinguait le ciel; la France seule le voyait.

Voilà ce que c’est que la France. Avec elle, rien n’est fini; toujours à recommencer.

[(2) Non, ce n’est pas le machinisme industriel de l’Angleterre, ce n’est pas le machinisme scolastique de l’Allemagne, qui fait la vie du monde; c’est le souille de la France, dans quelque état qu’elle soit, la chaleur latente de sa Révolution que l’Europe porte toujours en elle.]

Quand nos paysans gaulois chassèrent un moment les Romains, et firent un empire des Gaules, ils mirent sur leur monnaie le premier mot de ce pays (et le dernier) : Espérance.
.

CHAPITRE VI.

La France supérieure, comme dogme, et comme légende.
— La France est une religion.

L’étranger croit avoir tout dit, quand il dit en souriant: « La France est l’enfant de l’Europe. »

Si vous lui donnez ce titre, qui devant Dieu n’est pas le moindre, il faudra que vous conveniez que c’est l’enfant Salomon qui siège et qui fait justice. Qui donc a conservé, sinon la France, la tradition du droit?

– Du droit religieux, politique et civil; la chaise de Papinien, et la chaire de Grégoire VII.

Rome n’est nulle autre part qu’ici. Dès saint Louis, à qui l’Europe vient-elle demander justice ? – le pape, l’empereur, les rois?…

La papauté théologique en Gerson et en Rossuet, la papauté philosophique en Descartes et en Voltaire, la papauté politique, civile, en Cujas et Dumoulin, en Rousseau et Montesquieu, qui pourrait la méconnaître? Ses lois, qui ne sont autres que celles de la raison, s’imposent à ses ennemis même. L’Angleterre vient de donner le Code civil à l’île de Ceylan.

LA PAPAUTÉ DE LA FRANCE

Rome eut le pontificat du temps obscur, la royauté de l’équivoque. Et la France a été le pontife du temps de lumière.

Ceci n’est pas un accident des derniers siècles, un hasard révolutionnaire. C’est le résultat légitime d’une tradition liée à toute la tradition depuis deux mille ans. Nul peuple n’en a une semblable. En celui-ci, se continue le grand mouvement humain (si nettement marqué par les langues), de l’Inde à la Grèce, à Rome, et de Rome à nous.

Toute autre histoire est mutilée, la nôtre seule est complète; prenez l’histoire de l’Italie, il y manque les derniers siècles; prenez l’histoire de l’Allemagne, de l’Angleterre, il y manque les premiers. Prenez celle de la France; avec elle, vous savez le monde.

Et dans cette grande tradition il n’y a pas seulement suite, mais progrès. La France a continué l’œuvre romaine et chrétienne. Le christianisme avait promis, et elle a tenu. L’égalité fraternelle, ajournée à l’autre vie, elle l’a enseignée au monde, comme la loi d’ici-bas.

SON PRINCIPE PLUS HUMAIN, SA TRADITION PLUS SUIVIE.

Cette nation a deux choses très-fortes que je ne vois chez nulle autre. Elle a à la fois le principe et la légende, l’idée plus large et plus humaine, et en même temps la tradition plus suivie.

Ce principe, cette idée, enfouis dans le moyen âge sous le dogme de la grâce, ils s’appellent en langue d’homme, la fraternité.

Cette tradition, c’est celle qui de César à Charlemagne, à saint Louis, de Louis XIV à Napoléon, fait de l’histoire de France celle de l’humanité. En elle se perpétue, sous forme diverse, l’idéal moral du monde, de saint Louis à la Pucelle, de Jeanne d’Arc à nos jeunes généraux de la Révolution; le saint de la France, quel qu’il soit, est celui de toutes les nations, il est adopté, béni et pleuré du genre humain.

« Pour tout homme, disait impartialement un philosophe américain, le premier pays, c’est sa patrie, et le second, c’est la France. » — Mais combien d’hommes aiment mieux vivre ici qu’en leur pays! Dès qu’ils peuvent un moment briser le fil qui les tient, ils viennent, pauvres oiseaux de passage, s’y abattre, s’y réfugier, y prendre au moins un moment de chaleur vitale. Ils avouent tacitement que c’est ici la patrie universelle.

ELLE EST LA FRATERNITÉ VIVANTE

Cette nation, considérée ainsi comme l’asile du monde, est bien plus qu’une nation; c’est la fraternité vivante. En quelque défaillance qu’elle tombe, elle contient au fond de sa nature ce principe vivace, qui lui conserve, quoi qu’il arrive, des chances particulières de restauration.

Le jour où, se souvenant qu’elle fut et doit être le salut du genre humain, la France s’entourera de ses enfants et leur enseignera la France, comme foi et comme religion, elle se retrouvera vivante, et solide comme le globe.

Je dis là une chose grave, à laquelle j’ai pensé longtemps, et qui contient peut-être la rénovation de notre pays. C’est le seul qui ait droit de s’enseigner ainsi lui-même, parce qu’il est celui qui a le plus confondu son intérêt et sa destinée avec ceux de l’humanité. C’est le seul qui puisse le faire, parce que sa grande légende nationale, et pourtant humaine, est la seule complète et la mieux suivie de toutes, celle qui, par son enchaînement historique, répond le mieux aux exigences de la raison.

Et il n’y a pas là de fanatisme ; c’est l’expression trop abrégée d’un jugement sérieux, fondé sur une longue étude. Il me serait trop facile de montrer que les autres nations n’ont que des légendes spéciales que le monde n’a pas reçues. Ces légendes, d’ailleurs, ont souvent ce caractère d’être isolées, individuelles, sans lien, comme des points lumineux, éloignés les uns des autres1. La légende nationale de France est une traînée de lumière immense, non interrompue, véritable voie lactée sur laquelle le monde eut toujours les yeux.

ELLE PEUT S’ENSEIGNER COMME DOGME ET COMME LÉGENDE

L’Allemagne et l’Angleterre, comme race, comme langue et comme instinct, sont étrangères (1) à la grande tradition du monde, romano-chrétienne et démocratique. Elles en prennent quelque chose, mais sans l’harmoniser bien avec leur fond qui est exceptionnel; elles le prennent de coté, indirectement, gauchement, le prennent et ne le prennent pas. Observez bien ces peuples, vous y trouverez, au physique, au moral, un désaccord de vie et de principe que n’offre pas la France, et qui (même sans tenir compte de la valeur intrinsèque, en s’arrêtant à la forme et ne consultant que l’art), doit empêcher toujours le monde d’y chercher ses modèles et ses enseignements.

[ (1) Pour parler d’abord du grand peuple qui semble le plus riche en légendes, de l’Allemagne, celles de Siegfried l’invulnérable, de Frédéric Barberousse, de Goetz À La main de fer, sont des rêves poétiques qui tournent la vie dans le passé, dans l’impossible et les vains regrets. Luther, rejeté, conspué de la moitié de l’Allemagne, n’a pu laisser une légende. Frédéric, personnage peu Allemand, mais Prussien (ce qui est tout autre), Français de plus et philosophe, a laissé la trace d’une force, mais rien au cœur, rien comme poésie, comme foi nationale.

Les légendes historiques de l’Angleterre, la victoire d’Edouard III et celle d’Elisabeth, donnent un fait glorieux plutôt qu’un modèle moral. Un type, grâce à Shakespeare, est resté très-puissant dans l’esprit anglais, et il n’a que trop influé : c’est celui de Richard III. — II est curieux d’observer combien leur tradition s’est brisée facilement; il semble par trois fois qu’on y voit surgir trois peuples. Les ballades de Robin Hood et autres, dont se berçait le moyen âge, finissent avec Shakespeare; Shakespeare est tué par la Bible, par Cromwell et par Milton, lesquels s’effacent devant l’industrialisme et les demi-grands hommes des derniers temps… Où est leur homme complet où puisse se fonder la légende?]

La France, au contraire, n’est pas mêlée de deux principes. En elle, l’élément celtique s’est pénétré du romain, et ne fait plus qu’un avec lui. L’élément germanique, dont quelques-uns font tant de bruit, est vraiment imperceptible.

Elle procède de Rome, et elle doit enseigner Rome, sa langue, son histoire, son droit. Notre éducation n’est point absurde en ceci. Elle l’est en ce qu’elle ne pénètre point cette éducation romaine du sentiment de la France; elle appuie pesamment, scolastiquement sur Rome qui est le chemin, elle cache la France qui est le but.

ET FONDER PAR L’ENSEIGNEMENT LA RELIGION DE LA PATRIE.

Ce but, il faudrait dès l’entrée, le montrer à l’enfant, le faire partir de la France qui est lui, et par Rome, le mener à la France, encore à lui. Alors seulement notre éducation serait harmonique.

Le jour où ce peuple, revenu à lui-même, ouvrira les yeux et se regardera, il comprendra que la première institution qui peut le faire vivre et durer, c’est de donner à tous (avec plus ou moins d’étendue, selon le temps dont ils disposent) cette éducation harmonique qui fonderait la patrie au cœur même de l’enfant. Nul autre salut. Nous avons vieilli dans nos vices, et nous n’en voulons pas guérir. Si Dieu sauve ce glorieux et infortuné pays, il le sauvera par l’enfance.

 

 

 

Publicités

Faire le point sur les égorgeurs du Levant, _ puisqu’il le faut.

Lu chez Woland :

Si H. L. Mencken avait su…

J’étais sur le point de remplacer la devise de ce blog par cette citation de Mencken que j’aime beaucoup et qui dit « tout homme normal doit, parfois, être tenté de se cracher dans les mains, de hisser le drapeau noir et de commencer à trancher des gorges »… Je me suis ravisé en réalisant que c’est exactement ce que les petits rigolos de l’Etat Islamique font.

Ils nous auront vraiment tout salopé ces enfoirés.

.

Oui mais ils tranchent quelles gorges, ces débiles-profonds ? Les gorges de leurs pauvres, de leurs faibles d’esprits, de leurs coreligionnaires, des petits commerçants qui ouvrent leur devanture le mauvais jour, des dubitatifs de passage qui ont posé la mauvaise question, des bonnes femmes qui vont le nez au vent, qui sont tenues coupables d’avoir été désirées, de gens qui n’ont rien fait à part leur disconvenir ou désobéir à je ne sais quels préceptes religieux aberrants de leur cru… des préceptes au demeurant que je vois bien évoluer toutes les semaines en pire, au gré des décisions toujours plus arbitraires du Calife…

Qui sont ces égorgeurs du Levant ? Des gens qui veulent être Saigneurs à la place des Saigneurs, Tyrans à la place des Tyrans, Calife à la place du Calife, mais qui ne remettront jamais en cause l’injustice des mauvais gouvernements, ni la tyrannie en elle-même et pour elle-même.

Qu’ont-ils donc en commun avec nos révolutionnaires français ? – Nos révolutionnaires ont certes commis des crimes monstrueux, ils se sont certes vautrés dans le sang, mais souvenons-nous tout de même qu’ils l’ont fait mus par des intentions qui en grande partie étaient bonnes – et même naïves. Certes, l’enfer est pavé des bonnes intentions. Ça ne veut pas dire pour autant qu’il ne faille plus n’en avoir que de mauvaises…

Ces gens-là, au Moyen-Orient, lèvent le drapeau noir au nom de Dieu et contre l’humanité elle-même, au mépris de l’humanité qui est à l’intérieur d’eux-mêmes. Ils ne le font pas au nom de celle-là !

Que vaut-il mieux, des gens qui nient la possibilité-même de l’humanisme ? Ou des petites gens qui, à l’image de la grenouille, ayant à un moment donné voulues se faire plus grosses le bœuf, s’étant laissés aveugler par la lumière brillante mais trompeuse de concepts philosophiques très pointus – trop pointus pour eux -, en sont venus à commettre l’irréparable pour la seule dérisoire raison qu’ils avaient à un moment donné développé un espoir fou : rendre immédiatement le monde plus fraternel, plus juste, plus généreux, meilleur ?

Les islamistes sont des gens de l’obscurité, des obscurantistes, pas des partisans de la Lumière… ils ne se battent pas pour découvrir la vérité sur quoi que ce soit : pour eux il n’y a rien à découvrir, leur vérité étant une vérité révélée. Ils se moquent bien de ceux qui argumentent posément de ce qui est vrai et de ce qui est faux.

Il n’y aura jamais d’argumentaire qui tienne fasse à ces gens qui sont des brutes d’avant-la-parole.

Ces gens sont des gens qui croient qu’on peut avoir raison sans jamais réfléchir, ni réactualiser sa pensée, ni se poser des questions nouvelles : mais uniquement en suivant des règles (parfois totalement floues, et cependant indiscutables), écrites (mais mal écrites) dans un vieux livre à auteurs multiples qui ressemble à un patchwork, et dont la plupart des soit-disant vérités-révélés demeurent (pour les esprits encore vivants) sujettes à interprétations.

Ces gens ne vivent pas dans le réel mais dans un livre. Ils appartiennent aux origines obscures du monde, où la peuple n’écrivait pas, mais pensait que « tout était écrit ».

Ils ne veulent pas de la civilisation : ils combattent la civilisation. Ils ne veulent pas du progrès : ils croient toute possibilité de progrès humain impossible. Pourtant l’Histoire leur démontre qu’ils ont tort.

L’homme s’est parfois montré capable, au moins à échelle individuelle, d’échapper à sa « nature » profonde, qui était basse, et d’accéder à un vrai et moral libre-arbitre, de faire preuve de grands actes de bravoure sacrificiels et de grande générosité. L’homme est capable de travailler sur lui-même et d’accéder à un sentiment aigu de ce que serait une vraie noblesse d’âme !

Or ces gens et leur dogme religieux n’exploitent rien de ce qui est potentiellement grand, beau et généreux en l’homme, ils n’exploitent aucunement sa volonté de bien-faire : ils n’exploitent que ses pulsions les plus meurtrières et les plus mortifères. Ils n’exploitent en l’intellect-même de leurs partisans aucune véritable qualité : ils demandent uniquement à leurs plus grands supposés « savants » et à leurs étudiants les plus assidus, de faire preuve d’une infinie soumission à la « Vérité Révélée », c’est-à-dire qu’ils ne leur demandent rien d’autre que la servilité intellectuelle la plus crasse.

Quel rapport y-a-t’il entre eux et le Waldgänger qui, persécuté par un monde de faux-semblants où des illusions dangereusement spirituelles se font passer pour la Vérité (où même des illusionnistes retirent son droit de Cité à la Vérité, par pure vanité, par pure envie), se réfugie dans l’ombre pour y préserver de la vulgarité générale, de la méchanceté, une Connaissance supérieure, inaccessible au vulgus pecum bestial ?

Quel rapport y-a-t’il entre le djihadiste et le Loup des Steppes de Hermann Hesse ? L’un veut tout saloper à n’importe quel prix… Quand l’autre ne sait juste comment sauvegarder ce qu’il a de plus précieux – sachant que tout ce qui est vraiment précieux est vulnérable et fragile ! – et s’arme comme il peut contre une meute de moutons anthropophages qui l’assiège. Des millénaires d’évolution les séparent !

.

.

Lu chez Culturalgangbang :

Le porno de masse

Le porno, aujourd’hui, ne sert plus à bander mais à ricaner, à discuter, à socialiser… ou à faire de l’art. Sorti du placard où l’on planquait les cassettes VHS, il est partout et n’est plus choquant, ni transgressif, ni même excitant… il a tristement envahi le quotidien pour devenir « amusant ». On en rit à une tablée de collègues, hommes et femmes confondus, sans que gêne ou confusion n’affleure.

Le porno est devenu inoffensif, c’est-à-dire normal. Il faut en rire, et notamment avec les femmes. Personne ne doit s’en offusquer. Surtout pas elles. Et alors qu’elles se disent « blessées » par une publicité de femme-objet ou « outrées » par les conceptions d’un Zemmour, elles ne doivent pas voir comme oppressant qu’un collègue mâle leur mette sous le nez une vidéo où elles avalent un pénis jusqu’à la garde.

A l’heure de l’égalité des sexes, l’homme et la femme font partie de la même bande d’amis, boivent des bières ensemble et sont en quelque sorte de simples « potes » qui baisent… Alors pourquoi pas partager le hard ?

[…]

La diffusion générale du porno doit permettre à ces femmes d’intéruioriser ce qu’il convient d’offrir aux hommes. L’environnement imprégné de porno exerce une certaine pression sociale pour se normaliser. A la fin, l’homme de Cro-Magnon n’aura plus à traîner la femme par les cheveux pour l’emmener satisfaire ses envies : c’est elle qui lui tendra sa crinière. Elle se comportera comme une traînée pour mieux ressembler à Rihanna.

Mais bien sûr, ne le dites pas : vous seriez affreusement pudibond, puritain, moralisateur… Voire même on vous reprocherait de vous mêler des affaires des autres. Chacun est libre. Si vous n’aimez pas, vous n’avez qu’à ne pas regarder.

Porno grand public. Porno de masse. C’est cela qui menace la dignité et le respect de la femme, bien plus que le port du voile ou le sexisme soi-disant omniprésent.

.

« Porno grand public. Porno de masse. C’est cela qui menace la dignité et le respect de la femme, bien plus que le port du voile ou le sexisme soi-disant omniprésent. »

D’accord pour dire que le sexisme est loin d’être omniprésent dans notre société. Même si par bien des aspects, bien des féministes sont misogynes, car elles (et ils) détestent profondément la féminité (et même en ont peur). Le féminisme pèche en ce qu’il équivaut souvent à une haine de la féminité à l’intérieur de la femme, et à une politique systématique d’éradication d’icelle, dans une perspective de « virilisation » et d’endurcissement de l’individu féminin. Les féministes sont rarement des gens très sentimentaux, vous observerez par vous-même… Bien des hommes ayant une certaine façon-de-voir puritaine, bien des hommes ayant peur de la féminité, ayant été élevés comme pour faire de bons petits curés, trouvent leur compte dans le féminisme, qui peut être employé par eux comme une façon d’ « hygiéniser » la femme en la rendant plus semblable à l’homme, donc perçue par eux comme moins « dangereuse ».

En réalité les hommes (des manipulateurs et des faibles, en général) qui ont peur de la Femme et qui ne demandent qu’à l’assujettir et à la museler pour qu’elle prenne moins de place, trouveront toujours une façon d’arriver à leurs fins. Le féminisme est pour eux une arme supplémentaire. Hier en Occident; les femmes étaient assujetties surtout physiquement à la « loi du phallus » (mais on peut dire sans risque de se tromper qu’en leur for intérieur beaucoup étaient plutôt libres – car elles se savaient dans les fers). Aujourd’hui, un nombre considérable d’entre elles le sont psychiquement, car elles identifient mal où se trouvent les sources réelles de leurs diverses aliénations – le plus souvent elles participent elles-même activement à ces divers dogmes qui les aliènent – et d’autant qu’elles ne se méfient pas, car elles se croient libres (la bonne blague!).

C’est à l’aune de telles constatation que certains musulmans prétendent que le voile « libère » la femme. Une telle affirmation peut paraître idiote à première vue, c’est-à-dire vu de l’extérieur, mais il faut rendre à César ce qui lui appartient, il y a tout de même une logique interne à l’œuvre là-dedans. Les musulmans font partie de ces hommes à la fois « manipulateurs et faibles » qui ont peur de la femme, car ce sont (tout comme les protestants et les juifs) des puritains, des gens avides de pureté, qui cherchent à « hygiéniser » la vie. Leur solution pour remédier à leur peur de la féminité est toute simple : considérant que la féminité est dangereuse pour l’homme et par extension pour la société, c’est-à-dire qu’elle est à proprement parler un « monstre », ils ont décidé qu’il valait mieux éviter de la « monstrer » en place publique, où de toute façon elle était en danger de mort, car exposée à la juste vindicte des hommes et de la société, et qu’il valait mieux à tout prendre, pour lui conserver une existence, la « mettre à l’ombre », la cacher, comme on cache un produit toxique dans un bocal ou comme on cache dans des vêtements ses parties intimes. En quelque sorte, le musulman dit aux femmes : « Pour vivre heureuses, vivez cachées ».

Si le musulman avait raison, il devrait s’ensuivre une chose toute simple : ses femmes non seulement devraient être effectivement heureuses, mais aussi et surtout (ce dont serait assez facile de s’assurer à mon avis si c’était effectivement le cas), devraient être des parangons de féminité. Selon le principe du musulman, sa femme, en étant conservée « intacte » dans sa féminité sous le voile, est censée être plus ontologiquement « Femme » que la femme-qui-fait-l’homme de l’Occident. Or, que voit-on, lorsque les « voilées » s’expriment ? On voit des femmes qui n’ont pas l’habitude peut-être de soigner leur apparence et de se surveiller en public, en tout cas des femmes en général très arrogantes, avec des voix de crécelles, parlant fort et ne sachant pas se tenir, disant tout haut sans pudeur certaines choses fort intimes ou susceptibles de choquer ou blesse… C’est là mon œil d’observateur qui transcrit ses sensations, rien de plus. Mais je fais confiance curieusement à mon œil d’observateur.

La vraie féminité épanouie, supposément « dangereuse », si elle existe et n’est pas qu’un mythe, il faudrait sans doute se la représenter sous la forme d’une odalisque au bain : cette rêverie d’Orient typiquement romantique de chez nous. … Indolence, douceur, « eau qui dort », esprit à-demi ensommeillé, présence presque surréaliste d’un rêve en marche lente, aimable félin aux griffes rentrées, fille de Poséidon en liaison directe et involontaire avec des forces primordiales qu’il faut flatter pour ne pas qu’elles se déchaînent…

Depuis quand n’a-t-on pas vu venir d’Orient ce genre de fille-là ?

Le voile islamique ne semble donc non seulement pas une solution, mais plus encore il semble bien être un mensonge lui-aussi. Une hypocrisie de plus au service de la haine et de la vantardise des idéologues.

.

Voulez-vous savoir ce qu’est le mal de l’Occident ?

En Occident, il y a des gens bien, il y a des gens qui ne demandent qu’à apporter leur humble petite contribution, à apporter leur petite pierre à l’édifice civilisationnel, pour la beauté du geste, et par foi en la civilisation, il y a des gens qui pensent bien et droit, qui aiment le bon-sens, sans arrière-pensée, qui ne sont mus que par des bonnes intentions et qui réfléchissent toujours aux conséquences de leurs pensées et de leurs actes.

Et puis il y a toute une gangue de merde humaine autour de ceux-là, qui cherche comme une foule de cancres ligués contre une poignée de bons élèves, qui cherche de toutes ses force à les faire taire et à les étouffer. Une gangue composée d’espèces de « sceptiques » jaloux, qui ne vivent que pour prouver que la perfection n’est pas de ce monde, qui n’existent que pour décourager toute personne s’efforçant de faire au mieux, et de devenir meilleure que les autres… Ils agissent ainsi parce que les gens de bien leur font honte, sans doute… honte de leurs propres incapacités, de leurs propres erreurs.

La gangue de ceux qui se confortent les uns les autres dans l’idée qu’on ne peut rien attendre de bon de l’homme, voilà ce qui étouffe les âmes libres qui tentent de conserver leur intégrité.

Voulez-vous savoir quel dogmes par excellence correspondent à cette définition ? Que vous le vouliez ou non, moi je vais vous le dire. Ceux qui par excellence ne veulent pas croire qu’on puisse attendre quelque chose de bon de l’Homme*, ceux qui par excellence sont sceptiques et défaitistes vis-à-vis de l’Homme*, ce sont ceux qui ont en commun de lire la Bible au pied-de-la-lettre : les protestants, les juifs et les musulmans. CQFD.

.

*Dans « l’Homme », j’inclus bien sûr la femme, puisque la femme appartient au genre humain.

Causer à Futura_Science

Walter White, à la pointe du traitement contre le cancer...

Walter White, à la pointe du traitement contre le cancer…

.

En surfant ce matin on est tombé sur un article de Futura Science. On a eu envie d’y répondre… On se sait pas, on a peut-être une chance d’y être lu, peut-être même d’aider quelqu’un, enfin, de servir à quelque chose… Non pas qu’on ne serve à rien IRL… Mais enfin on a toujours rêvé de faire quelque chose de sa plume… On n’est pas qu’un mammifère, hein… On est aussi une bête à plume… Un ornithorynque, vous dites ?

.

Voici l’Article :

.

Les dépressions à répétition sont neurotoxiques

Les personnes qui ont connu au moins deux épisodes dépressifs exécutent plus lentement des tâches cognitives courantes nécessitant attention, concentration et rapidité. D’où l’intérêt de prévenir les rechutes dans cette maladie « neurotoxique ».

[…]

Ce sont les conséquences de ces rechutes à répétition qui inquiètent les médecins et chercheurs. S’il est maintenant prouvé qu’il existe un ralentissement psychomoteur chez les personnes déprimées (c’est d’ailleurs l’un des critères de diagnostic de la maladie), rien n’indiquait jusqu’alors que cette altération pouvait persister après l’épisode dépressif.

Des performances altérées à partir de deux dépressions

Pour en savoir plus, des chercheurs de l’Inserm ont mené une étude chez plus de 2.000 patients ayant connu entre un et plus de cinq épisodes dépressifs au cours de leur vie. Afin d’évaluer leurs capacités cognitives, ils ont mesuré la rapidité à exécuter un test simple (le TMT : Trail Making Test) qui consiste à relier des cercles numérotés et placés dans le désordre sur une feuille. Le test a été effectué deux fois chez chacun des patients : pendant l’épisode dépressif, puis six semaines après, alors qu’une bonne partie de ces patients était en rémission complète (sans aucun symptôme dépressif résiduel). Les résultats paraissent dans la revue European Neuropsychopharmacology.

Juste après une première dépression, le temps nécessaire pour réaliser ce test est de 35 secondes. Ces performances sont à peu près identiques chez les personnes qui ont subi un second épisode dépressif. Pour les personnes qui ont dans leurs antécédents trois épisodes dépressifs ou plus, ce temps se rallonge considérablement, et ce même chez les sujets rétablis (1min20 au lieu des 35 s).

« Plusieurs autres variables sont potentiellement explicatives (âge, niveau d’étude, activité professionnelle…) mais si on ajuste les paramètres, nos résultats restent extrêmement robustes » précise Philip Gorwood, qui a mené cette étude (Unité Inserm 894  « Centre de psychiatrie et neurosciences », Clinique des maladies mentales et de l’encéphale – CMME, Centre hospitalier Sainte-Anne).

… ETC.

.

Et voici ma RAIPONCE :

.

Bonjour, je viens d’ouvrir un compte à Science&Vie car je souhaite participer à ce topic.

Si l’on postule que la dépression consiste en une sorte d’abaissement/de ralentissement de toutes les défenses naturelles de l’organisme (ce qu’il est facile d’observer chez les rats qui ont subi un traumatisme, par exemple), il n’est pas étonnant qu’on constate chez l’homme qu’une baisse de la réactivité immunitaire s’accompagne d’une baisse de la réactivité intellectuelle.

Mais l’homme n’est pas (qu’)un rat, n’est-ce pas ? Pascal a dit, avec une certaine poésie, que l’homme était « un roseau pensant ». Ainsi, pour que chez l’homme le corps exprime quelque chose de l’ordre du « je ne veux plus vivre », il faut nécessairement qu’en amont l’esprit ait en quelque sorte renoncé lui aussi à se battre. L’esprit, chez l’homme, est une force beaucoup plus active que chez le rat – n’importe quel psychanalyste sera d’accord avec moi à ce sujet.

Je voudrais faire remarquer une chose toute simple : lorsque nous répondons à une énigme (les test de QI sont, vous remarquerez, essentiellement composés d’énigmes) et par extension lorsque nous acceptons de relever des défis (ce que les anglo-saxons désignent sous le terme générique de « challenge »), nous nous mettons alors dans des dispositions d’esprit particulières qui sont des des dispositions à proprement parler de « combat ».

En quoi consiste-donc le problème – immunitaire comme intellectuel – des dépressifs, sinon en ce qu’ils se refusent en quelque sorte à « entrer en combat » contre diverses forces extérieures qui les agressent/contre divers systèmes de pensée étriqués qui les aliènent ?

Lorsque les forces extérieures qui nous agressent sont simplement des polluants physiques ou des « radicaux libres », il est loisible de penser que l’homme n’a aucune raison raisonnable de renoncer à se battre. Mais lorsque les forces qui aliènent l’esprit humain et le contraignent à ravaler constamment sa colère sont simplement les forces de l’ordre ou plus encore la pression sociale (a.k.a la pression du groupe, le fait de « vouloir s’intégrer »), alors il faut prendre en compte une donnée nouvelle : c’est alors la Civilisation elle-même (c-à-d les devoirs inhérents au statut de citoyen, de père ou de mère de famille, d’employé.. etc) qui contraint l’homme à s’asseoir sur son orgueil, ses justes revendications, son honneur, son esprit critique, c’est-à-dire à s’asseoir sur son auto-préservation-même !

Si la dépression peut être observée chez les rats, va-t-on pour autant demander aux rats de « verbaliser » leur traumatisme ? Plus encore va-t-on leur demander de s’allonger sur un divan pour réfléchir à la dernière fois où il leur semble qu’ils ont désiré leur mère ?

Il me semble plutôt qu’on a montré en laboratoire que les rats évacuaient leur stress de préférence en s’attaquant les uns les autres (et non en se faisant des bisous). Une expérience à eu lieu à ce sujet, dont les résultats sont lisibles sur votre site, où l’on a vu que les individus-rats confrontés à un stress important, lorsqu’ils étaient laissés seuls dans une boite vide pour l’affronter, développaient toutes sortes de maladies, car leur défenses immunitaires baissaient. Tandis que ceux qui étaient mis en groupe face au même stress, réussissaient à évacuer ce stress (et donc à conserver leurs défenses immunitaires en bon état de marche) en s’attaquant les uns les autres.

Sur le plan épistémologique, le complexe d’Oedipe et les autres mythes freudiens, sont +/- du même ordre que les concepts symboliques « pré-pensés » que nous fournissent l’astrologie ou le Tarot, pour nous représenter ce qu’est un homme. S’il y a en effet des nourritures terrestres pré-mâchées (qu’on appellera notamment de la junk-food), pourquoi n’y aurait-il pas des nourritures intellectuelles pré-pensées ?

Ce sont des mythes consolateurs, ils peuvent avoir une certaine fonction rassurante, ils peuvent permettre à des gens qui doutent du bien-fondé de ce qu’ils font et de la valeur de leur personne, de se raconter des petites histoires à propos d’eux-mêmes qui redonnent un semblant de linéarité discursive (voire une certaine densité héroïque) à leur existence. Mais redonner à des gens qui doutent trop un certain nombre de certitudes imaginaires à propos d’eux-mêmes revient au final à faire le même exact job que n’importe quelle religion.

Certes, le placebo est une technique scientifique, néanmoins je ne suis pas sûre que prendre systématiquement des sornettes pour des médicaments le soit.

L’homme en effet a besoin pour « défendre son bout de beefsteak » (comme on dit), d’avoir confiance en lui-même et en sa propre valeur. Or depuis quand au juste préfère-t-on demander aux hommes de « croire » a-priori en leur propre valeur, plutôt que d’en faire la preuve ?

En effet, qu’est-ce qui convaincra mieux un homme de sa propre valeur ? Une petite histoire bien tournée concernant : les circonstances particulières de sa naissance / ce qu’on a voulu pour lui dans son enfance / la façon dont on l’a aimé ? Ou bien des preuves objectives de sa « valeur » intrinsèques qu’il aura données en agissant bien ? Ou bien la possibilité sur un « champ de bataille » objectif de se battre avec courage pour prouver sa valeur ?

J’entends par « champ de bataille » non forcément quelque chose qui ressemble au champ de bataille des rats (qui se mordent et se déchirent aveuglément les uns les autres) mais potentiellement un champ de bataille typiquement humain : c’est-à-dire un champ de bataille intellectuel, social, politique.. etc.

Peut-être même l’homme stressé (et même malade de son stress) a-t-il besoin de quelque chose qui ressemble à une enquête policière résolue… Car l’homme qui souffre par-dessus tout d’être enfermé par la société dans une petite boite, dans sa solitude métaphysique, dans sa petitesse, est celui qu’on prive d’exploiter la part de lui-même qui a le plus besoin de grandeur, d’espoir, de confiance, de beauté… Ainsi, cet homme-là a besoin par-dessus tout de Justice et de Vérité. Or qui par excellence fait la lumière sur les vilaines obscurités et sur les crimes, qui venge le faible, la victime, et découvre les méchants, sinon l’enquêteur de police, sinon le « Sherlock Holmes » ? [Cf : le commentaire d’un autre intervenant ici – très éclairant à cet égard.]

On dit que la quête d’Oedipe est une quête qui ressemble à une enquête policière – mais n’oublions pas qu’Oedipe est avant tout un roi – la pièce originale de Sophocle s’appelle en effet Oidipous Tyrannous -, et un roi qui enquête à propos de lui-même, c’est-à-dire sur son nombril. L’homme qui perd espoir a certes par-dessus tout besoin, en règle générale, de vérité et de justice… Mais n’a-t-il besoin de vérité et de justice qu’à propos de lui-même – et de son nombril ? – Parce que l’homme n’est pas seulement un rat, cela n’est pas certain.

Il y a deux grandes méthodes pour accéder à la vérité : la religieuse, et la scientifique. La première nous propose simplement de croire, la seconde nous demande d’avoir le courage de faire 1+1=2, c’est-à-dire de déterminer si telle proposition est vraie et si telle autre est fausse, selon des critères objectifs, qui sont les critères de la Logique.

Laquelle est la plus satisfaisante – laquelle repose mieux le cœur et l’esprit – selon vous ?

Merci à ceux qui auront eu le courage de me lire jusque là. A bientôt peut-être.

. .

Ca y est ! J’ai déjà deux mecs (un modo et un habitué) qui sont en #mode_offensif contre mon intervention.

.

..

CES GENS SONT LAMENTABLES

– Si vous voulez assister à une joute mémorable entre moi et des cons, vous savez où cliquer :

Les dépressions à répétition sont neurotoxiques

.

Serait-il donc à ce point révolutionnaire, de penser que les gens d’aujourd’hui, qui sucrent leur café aux anxiolytiques, ont besoin de défis et d’exaltations à la hauteur de leur idéalisme ? Au XXe siècle ce furent les idéologies (Rouges contre Capitalistes) qui permirent aux gens de s’ « engager » et de combattre au nom de leurs idéaux, au XIXe ce furent les diverses guerres civiles, la religion et la littérature qui remplirent cet office… Aujourd’hui comment peut-on penser que les pseudo-« challenges » débiles que fournissent aux gens la société du spectacle, la société du tout-marchandise et le jeu politique pipé, suffisent  à remplir un tel vide ?

Il faut bien comprendre que c’était-là tout le fond de mon propos.

Évidemment, qu’ils deviennent lents et mous du bulbe, les gens, soumis à un tel régime ! Crise après crise, l’envie de vivre diminue et tout le reste – intellect premier – suit. Cela coule de source.

.

Ca n’est quand même pas bien difficile de voir que je me livre à ce genre de petits jeux de shoot’em up rhétorique afin de soigner ma dépression, merde !

… Le truc c’est que je suis la preuve vivante que ça fonctionne. CQFD

La théocratie des quidams (#Tour_de_Bruxelles)

Une nouvelle idée rigolote est en vogue dans certains milieux proches de la parisianité, de la boboïtude, de certains lobbys, en un mot proches du pouvoir, et de ceux qui ne lui trouvent rien à redire… Fort curieusement, bien qu’on en comprenne trop bien l’intérêt pour ceux qui sont en place, elle consiste en quelque chose d’assez inédit en France, je crois, qui aurait sans doute paru totalement absurde à nos aînés… Elle consiste, auprès du peuple en colère, à plaider pour une denrée fort prisée par ailleurs de toutes les communautés opprimées par les temps qui courent : la tolérance. On demande, chose inconnue des antiques comme des modernes, au peuple des travailleurs, des opprimés, des administrés, des gens qui composent la nation, qui ont le droit d’y voter, d’y protester, et s’il leur chante de tout réformer et de tout défaire, d’éprouver pour leurs gouvernements en faillite quelque chose comme de l’indulgence et même la pitié… Oh ! La pauvre petite communauté opprimée des hommes de pouvoir ! – C’est vrai ça, pourquoi tant de haine à leur égard ? – Et feriez-vous mieux à leur place, bonnes gens, dites-nous ? – Ne sont-ils pas des êtres humains comme vous ? N’ont-ils pas droit à un peu de compréhension eux aussi ? Ô citoyens, suspendez votre jugement ! Voyez la difficulté de leur tâche ! Admirez la beauté du monde où vous vivez. Remerciez pour ce que vous avez. Rendez grâce !

– Voilà incontestablement quelque chose de nouveau : les administrés doivent se sentir les frères de condition des « administrants » et s’identifier sentimentalement à eux (à défaut de pouvoir les remplacer)… « administrants » sur lesquels ils se voient cependant par là-même retiré tout pouvoir d’action comme de contestation… Voilà un grand pas en avant pour l’Egalité, sans doute !

– Nous sommes tous sur le même bateau ! Faites silence à présent ! Gestion de crise : beaucoup vont mourir, beaucoup vont gémir, mais c’était écrit, il fallait que ça arrive : obéissez-donc aux capitaines !

Pour ma part je ne vois pas là que de l’égalitarisme… Moi je vois aussi là-dedans une sorte de mysticisme lattent, de fatalisme quasi religieux, chez nos élites – ou du moins ceux qui font aujourd’hui triste-figure d’élite.

Moi ce que je vois-là c’est une déviation incontrôlée, de nature sectaire, de l’ancien : « nous sommes tous frères ». Lequel est devenu : nous sommes tous remplaçables.

Moi ce que je vois-là c’est une assemblée de gros gras vieux bourgeois épouvantés implorant on ne sait quelle Pythie invisible de leur révéler le sens de l’Histoire qu’ils doivent suivre… Ce que je vois ce sont des gens qui n’ont pas le courage de prendre les choses en main, qui n’ont pas le courage d’avoir des idées, et qui roulent en boule, comme des autruches qui se seraient fourrées la tête dans le cul, sur la pente d’une certaine décadence programmée.

.

***

.

MOI : J’aime beaucoup entendre parler Nigel Farage au Parlement Européen, par exemple. J’adore comment il boxe toutes ces tronches de cake sur-nutries, toutes ces flasques visqueuses, ces têtes molles.

LETEL : « Toutes ces tronches de cake sur-nutries, toutes ces flasques visqueuses, ces têtes molles. »

Un peu boucs émissaires, têtes de Turc faciles, un peu populiste, non ?

MOI : Ces gens-là sont en place, ils se gavent positivement, personne ne les a élus, leur salaire est mirobolant, ils décident désormais de la plupart des lois qui régissent les peuples européens à la place des représentants élus de ces peuples européens. Nos ancêtres se sont fait trouer la paillasse pour moins que ça.

LETEL : Vous parliez [tout à l’heure] de « retenir votre jugement ». Il semble que vous [veniez d’]oublier de le faire…

MOI : Je disais effectivement tout à l’heure qu’il fallait parfois, lorsque nous étudiions l’histoire, et analysions la conduite passée des gens qui sont aujourd’hui morts, retenir notre jugement.

.

# IDEOLOGIES&PHENOMENES DE MASSE :

C’est en ce sens que j’ai pu écrire : « Je n’ai rien dans l’absolu contre les communistes. » J’entendais par-là que je ne me hasardais pas à les juger en tant que personnes.

Car j’ai d’une part un grand-père qui est allé en camp de travail durant l’occupation parce qu’il était communiste. D’autre part, je condamne en le communisme l’essence-même de ce qu’est une idéologie meurtrière : à savoir un phénomène de masse : c’est-à-dire, une foule qui crie vengeance, qui demande impérieusement du sang, guidée par le ressentiment, l’avidité, la bêtise, la misère aussi, mais par-dessus tout l’esprit moutonnier… une foule aveuglée par ce qui en les idéaux, par ce qui en la foi, est le plus dangereux : à savoir leur capacité à aveugler l’homme, à endormir sa conscience morale, à le pousser à se reposer sur le groupe pour penser à sa place. Les proportions dantesques que cela a pris dans le cas du communisme Russe m’effraient grandement… Sans parler du cas Mao, qui fait l’objet chez moi d’une véritable abhorration à l’état pur.

.

# POPULISME&PHENOMENES DE MASSE :

Quand on critique le populisme, c’est avant tout à cause de cela et dans l’optique qui est ici la mienne : parce que l’on se méfie des phénomènes de masse. Or les phénomènes de masse, ce qu’ils ont de dangereux, est toujours causé par une certaine dose d’obscurantisme, c’est-à-dire une certaine atmosphère d’irrationalité générale. Si les masses étaient rationnelles, nous n’en aurions rien à craindre. Lorsque par extension on a affaire à un grand nombre de gens qui conservent une attitude rationnelle, on n’a pas à craindre d’adopter une attitude « populiste » lorsqu’on les écoute. Il s’agit juste alors d’une attitude démocrate, au sens plein et noble du terme.

Mais pourquoi, me demanderez-vous, faut-croire que cela soit possible, une assemblée de gens conservant une attitude rationnelle ? Eh bien, il faut y croire lorsqu’on croit à la possibilité d’une assemblée de citoyens. Il faut y croire lorsqu’on croit qu’un peuple instruit est meilleur qu’un peuple primitif, clanique, prompt à la pensée magique. Il faut y croire lorsqu’on défend l’instruction publique et par extension la possibilité d’une civilisation. Si l’on ne croit pas une seule seconde que les citoyens d’un pays puissent à grande échelle faire preuve de prudence idéologique, de circonspection, de bonne volonté et de bon sens, alors on ne croit tout simplement pas en la possibilité d’une civilisation.

.

# BIBLE&PHENOMENES DE MASSE :

J’ai peur des phénomènes de masse, c’est la vérité. J’ai pensé toute ma vie contre les phénomènes de masse. Sans doute tiens-je cela d’une enfance passée à jouer le rôle /du petit paria sympa/de la petite étrangère camusienne tristounette/de la petite curiosité qu’on taquine/, dans la cour de récré.

[René Girard vous l’expliquera mieux que moi, la Bible ne parle quasiment que de ça : de la critique des phénomènes de masse meurtriers… N’avez-vous jamais lu les Jérémiades (du prophète Jérémie), où il n’est question de la « Grande Prostituée Jérusalem » (sic.) et des juifs qui se sont montrés indignes de l’honneur divin qu’ils avaient reçu, et qui ont été (selon lui) châtiés pour cela ? – C’est encore l’Ancien Testament que cela, pourtant. Et ce n’est pas comme si Jérémie était le seul prophète juif à avoir légué un témoignage allant dans ce sens.

Pour les chrétiens, le Nouveau Testament raconte justement comment, lorsque Jésus vint aux juifs, parmi les juifs, de ses propres dires pour appliquer la loi des prophètes et être le fils du Père de tous, ils se liguèrent tous contre lui non à cause de ses péchés, mais parce qu’il était trop « parfait ».

Ce n’est pas pour rien que la théologie chrétienne est platonicienne. Platon, en nous léguant l’exemple édifiant d’Athènes qui signait sa propre perte aux yeux des Dieux, c’est-à-dire le début de sa décadence, en tuant celui de ses citoyens qui était le plus parfaitement citoyen car le plus parfaitement philosophe (Socrate), Platon, en nous livrant ce témoignage, a été pour cela considéré (à tort ou à raison, là n’est pas la question) par les théologiens chrétien du Moyen-Age comme un pré-chrétien.]

.

***

.

LETEL : Vous dites : « Je n’ai rien dans l’absolu contre les communistes [en tant que personnes]. »

Oui, mais ce sont les personnes qui tuent, ou qui ici soutiennent ces régimes de massacre et de terreur pendant des décennies. Les personnes sont en cause, l’idéologie, si elle restait dans son placard entre la première et la quatrième page de couverture d’un bouquin, on s’en foutrait un peu.
C’est comme si vous disiez, je n’ai rien contre les nazis en tant que personnes, c’est l’idéologie qui me dérange. Eh bien non, pas seulement, c’est les nazis, c’est les communistes. Ceux qui l’appliquent ou la soutiennent.

.

# INVITATION A LA TOLERANCE & REGARD HISTORIEN :

MOI : Letel, il y eut beaucoup d’intellectuels juifs américains engagés dans le communisme, souvenez-vous la liste rouge de Nixon… Souvenez-vous l’Affiche Rouge, chantée par Ferré, la Butte Rouge, le Temps des Cerises, toutes les chansons populaires… Le marigot tragique des chansons « réalistes »… Aragon fut communiste, Aragon fut un grand poète… de nombreux intellectuels français à son image embrassèrent cette folie vengeresse collective… aujourd’hui il y a d’autres folies vengeresses collectives qui courent les rues et avalent des hommes de qualité qui auraient également pu se contenter d’être poètes. Mais vous ne les voyez pas, trop occupé que vous êtes à juger des morts…
Cosima Wagner ne cacha jamais son attirance pour le régime nazi. Des hommes très bien se sont retrouvés séduits par Cosima Wagner. Nombre de biographes d’Hitler, bien que pas nazis pour deux sous, continuent aujourd’hui d’être séduits par la personnalité du vilain petit bonhomme. Un enfant de la classe moyenne, famille recomposée tuyau-de-poële, enfant de la Bohème (au sens propre comme au figuré), artiste raté, grand bavard, psychotique sur les bords… Que voulez-vous, ça évoque, ça chatouille, ça résonne, ça vous fout encore le frisson ! l’Histoire n’est pas une chose à lire avec des œillères… La Révolution Française et la Commune font aujourd’hui partie des images d’Epinal pour bien des gens de cœur… Il faut lire Michelet au sujet des atrocités qu’on y commît. Il faut lire Michelet aussi pour comprendre le reste… Les espoirs, les rêves et les déceptions, la misère et les inégalités, les injustices brûlantes, les passions contraires, les honneurs et les déshonneurs, les idées pures et les idéalistes, les tripes et les grands sacrifices, les saints inconnus, les actes isolés, les concours de circonstance, les élans du coeur, les amours, les destins, la fatalité, les rivalités, l’Egalité, la Fraternité, la ferveur du Peuple… Vous n’avez jamais lu Dostoïevski, bon sang ?

C’est ça pourtant le vrai sens originel de l’invitation à la tolérance. Savoir retenir son jugement dans des circonstances graves comme celles-là.

.

LETEL : Sur les gens qui se sont engagés dans le communisme il y a 80, 70 ou 50 ans, je ne critique pas, je suis bien placé pour être plus prudent comme vous m’y engagez, et cela pour des tas de raisons, notamment familiales, les circonstances, les croyances, les mentalités étaient autres. Par contre ceux qui le sont encore, les communistes aujourd’hui, là oui, j’avoue que j’ai du mal, avec tous les crimes et tout ce qu’on sait, non, il y a des limites, ça ne passe plus.

J’ai lu le Dr Toïevski, oui, mais il m’a toujours saoulé, en plus c’est un nationaliste grand slave délirant (il serait derrière Poutine à pousser à la roue s’il était là), je préfère Tolstoï :)

.

***

.

LETEL : Vous parlez de « retenir votre jugement ». Mais à quel moment le faites-vous ? [BIS]

.

MOI :

# JUGER OU NE PAS JUGER :

Je ne m’acharne point sur les morts, voilà ce que signifie en l’occurrence : je retiens mon jugement. Contextualisez un peu mon propos : si je retiens parfois mon jugement lorsque je regarde dans le passé les hommes s’entre-déchirer, c’est que je n’ignore pas de quel bois est fait l’homme, voyez-vous. Ce pourquoi je puis m’identifier à bien des gens, et mêmes des gens qui m’auraient peut-être – qui sait – détestée, persécutée, haïe… Quoique, supposer une telle chose de la part de personnes disparues en d’autres temps soit ontologiquement absurde : il n’y a pas de « je » qui vaille dans cet hypothétique passé : si j’étais née dans le passé, je n’aurais pas été moi. J’aurais été une autre personne. Donc toute la discussion morale aurait à été à reprendre à l’aune de cet autre destin que j’aurais eu, et qui n’est pas le mien. Bref’. Chacun balaie devant sa porte. Voilà le sens profond du message.

Autres temps autres enjeux. Qui suis-je pour déterrer des hommes tombés pour leur cœur, pour des actes de foi de Jadis : ils ne sont plus à nous, ces hommes, aujourd’hui, ils ne nous appartiennent plus ! Bien sur qu’il faut pardonner !

Il y a des guerres qui sont anciennes, voyez-vous. Je ne suis ni Tutsi ni Serbe. Je n’ai pas l’intention de n’engendrer des enfants que pour qu’ils aillent s’embourber à mort dans des tranchée absurdes creusée par des ancêtres qu’ils n’ont jamais connu. Aujourd’hui je sympathise tout-autant avec les raison des misérables auxquels appartinrent selon toute probabilité la majorité de mes ancêtres, qu’avec les raisons de certains monarchistes. J’adore par exemple le point de vue des Goncourt sur leur histoire, je fais corps avec leur vision ; les Gongourt furent des dandys, et des monarchistes. Mon coeur est vaste, je ne le réserve pas qu’à ceux dont je suppose qu’ils n’auraient pas persécuté mes ancêtres dans un passé hypothétique.

Je ne pense pas au demeurant que l’on puisse identifier les vrais héros autrement qu’au pied du mur : on les reconnaît s’ils ont dû à un moment donné de leur vie accomplir un acte héroïque. Il y a ceux qui ont répondu présent à l’appel du Seigneur, et puis il y a les autres. Il ne faut jamais préjuger de qui répondra. L’histoire montre qu’en dehors du cas particulier de certaines personnes risque-tout, jusqu’au-boutistes, exceptionnelles, romantique, qui ne demandent qu’à vivre pour se distinguer, on est souvent surpris. Et encore, voyez-vous, il est fort courant que les plus romantiques, les plus prompt à chercher aventure, se retrouvent curieusement dépourvus quand le jour de la grande action vient qui doit les révéler : car les romantiques fantasment souvent une certaine sorte d’héroïsme, mièvre et caricaturale, qui n’est pas celle que leur demande leur destin.

Je suis capable aujourd’hui de comprendre aussi bien les raisons de Catherine de Médicis que celle de certains Huguenots. Entre ces deux camps, je suspends effectivement mon glaive intellectuel. C’est cela, aimer l’Histoire. Cependant, pour bien comprendre, pour bien comprendre qui que ce soit, il faut évidemment être « doué de jugement ». Pour faire preuve d’empathie envers quelqu’un il faut auparavant le juger. C’est-là une évidence. Certes, c’est une évidence tacite.

Il apparaît évidemment répugnant de demander à quelqu’un de s’abstenir de juger son prochain lorsqu’il en va de sa propre intégrité ou du sentiment profond qui bat dans sa poitrine. C’est ne pas aimer l’homme que de lui demander de n’avoir pas le sentiment de lui-même, et de sa propre dignité.

Vous pouvez tenter de me piéger rhétoriquement en jouant sur les mille virtualités du mot : « jugement ». Ca n’enlèvera rien au fait qu’il faille respecter les morts et se taire dans les cimetières.

Ca n’enlèvera jamais rien non plus à la validité de mon ressenti lorsque je visionne une vidéo de Nigel Farage s’adressant au Parlement de Bruxelles. Ces gens, les parlementaires, sont des valets, ils ne pensent pas par eux-mêmes, ils prennent leurs ordres des financiers, et pourtant ils donnent encore des ordres aux marionnettes qui font semblant de gouverner nos pays ! Où se trouve donc la tête du dragon dans lequel nous sommes enfournés ? Sommes-nous dans un Empire entièrement dédié à Ploutos, qui n’a qu’un ventre et pas de tête ?

Ca n’enlèvera rien non plus au fait que mes ancêtres réels et spirituels se sont battus à mort pour combattre des tyrannies qui n’étaient pour ainsi dire rien en comparaison de celle que nous vivons – une tyrannie sans tête, sans interlocuteur, un moloch terrible et silencieux qui ni ne voit ni n’écoute, une porte fermée absurde et contre laquelle aucun recours ne semble nous être laissé. Pas même celui de la parole. Cela aussi, ce sont des faits. Et non pas seulement des « jugements subjectifs ».

.

LETEL :

« Ces gens, les parlementaires, sont des valets, ils ne pensent pas par eux-mêmes, ils prennent leurs ordres des financiers, et pourtant ils donnent encore des ordres aux marionnettes qui font semblant de gouverner nos pays ! Où se trouve donc la tête du dragon dans lequel nous sommes enfournés ? »

Un peu schématique, non, limite conspirationniste ? Sur le reste, la prudence à juger des hommes du passé, d’accord avec vous.

.

MOI :

#CONSPIRATIONNISME & « TOUR DE BRUXELLES » :

Non, c’est la vérité, Letel. Ils n’en on rien à foutre de ce qu’ils font, et des implications de leurs actes. Ils se croient trop infimes, sûrement, trop peu importants en tant qu’individus, ces parlementaires de Babel à oreillettes, pour penser avoir des comptes à rendre concernant leurs convictions intimes. Or leur fonction – n’oublions pas qu’ils occupent actuellement une assemblée qui est le lieu de pouvoir N°1 de l’Europe – implique qu’ils aient des comptes à rendre. Ils n’avaient qu’à pas endosser des fonctions aussi importantes s’ils se concevaient eux-mêmes comme des ectoplasmes et non comme hommes doués de conscience et de libre-arbitre. Quoi qu’il en soit es ectoplasmes et les robots ne peuvent aucunement commander aux hommes.

Ces espèces de dignitaires romains las, qu’on verrait volontiers porter des toges blanches (avec un discret liseré rouge et or), sont des gens d’apparence humble (mais d’apparence seulement : en réalité on pourrait mettre leur photo à côté de la définition universelle du mot : hypocrite)… Ces gens pensent de toute évidence pouvoir faire l’économie du « je » sans qu’on le leur reproche ! Leur expression faciale la plus commune est l’indifférence soumise, le rabougrissement piteux. Ils ont l’air de dire : « nous ne sommes que des représentants obéissants, nous ne sommes personne ». Cela est très clair.

Aussi bien que moi, un enfant pourrait dire : « Le Roi est nu ». Plus encore, ce qu’aurait lieu de dire un tel enfant aujourd’hui, ce n’est même plus que les vêtements du Roi sont invisibles, mais c’est : « Le Roi lui-même est invisible ! »

Ces silhouettes grises, interchangeables, qui digèrent en permanence, sont des fonctionnaires de la dirigeance ; ils pointent pour accéder au toit du monde civilisé exactement comme d’autres pointent à l’usine. Ce sont des « Suisses » de cette existence : des gens qui soit-disant ne « participent » pas. Nous sommes donc de toute évidence dans un train lancé à grande vitesse sans conducteur.

Les conspirationnistes postulent un ou plusieurs conducteurs. Moi je dis qu’en réalité les hommes ont perdu leurs couilles, que plus personne n’ose prendre la place du conducteur, et que donc l’essentiel de nos grands malheurs d’aujourd’hui procède non d’une mauvaise conduction mais d’une lâcheté générale : d’une absence de conduction à proprement parler. Ou d’une conduction par défaut, par la confrontation des intérêts divers, +/- contradictoires et toujours particuliers, qu’on mettra volontiers sur le dos du hasard, de la fatalité ou de Dieu (il a bon dos!), mais dont personne au final (et c’est là tout le pot-aux-roses) ne veut assumer la responsabilité.

Visionnez-donc l’une de ces vidéos où le rhéteur Nigel Farage apparaît dans l’assemblée et donne à observer un contraste flagrant (un homme en vie face à des morts !), et interrogez ce que vous dit votre cœur à propos de ces figures empâtées qui ne réagissent pas, qui se moquent mollement, qui ne se sentent même pas concernées par ce qu’on leur dit. On dirait des étudiantes étrangères prises par erreur dans la tourmente d’une dispute au sein de leur famille d’accueil : on écarquille les yeux et on attend passivement que ça se passe.

Personne n’a besoin d’inventer des sornettes à propos de ce que l’on ne voit pas ici, qui serait supposément interdit au public, honteux et caché. Il suffit voir ce qu’il y a à voir. C’est déjà bien suffisant pour se faire une opinion ! J’ai composé sur mon blog un dossier entier pour battre en brèche le conspirationnisme et toutes ses déviances intellectuelles, si cela vraiment vous intéresse.

Juger les hommes qui nous gouvernent, c’est le moins que nous puissions faire, personne ne peut nous l’interdire : on ne monte pas sur un trône ou au centre d’une place publique pour « ne pas être jugé » et être ignoré. Ignorait-on les actions et les paroles du Roi Oedipe et de la Princesse Antigone ? Ignorait-on les mœurs, les testaments moraux, des Consuls, des Sénateurs romains et des César ? S’est-on jamais voilé la face devant les déclarations et les professions de foi des grands hommes qui étaient à la barre du Monde, pour faire comme si elles n’existaient pas ? Non bien sûr. Pourquoi devrait-on alors aujourd’hui se voiler la face devant les déclarations de nos dirigeants, pourquoi ne devrait-on « pas les juger » ? … sinon parce qu’on considère tacitement que nos dirigeants ne sont pas des grands hommes, qu’il ne peut plus y avoir de grands hommes dans notre post-modernité désenchantée, et que nous sommes désormais gouvernés par la fatalité, par le pis-aller, le faute-de-mieux ?

Les personnages influents, parce que nos sorts de simples gouvernés dépendent d’eux, n’ont pas le droit comme les gens du commun de demander à ce que nous ne les jugions pas. C’est antithétique avec leur fonction. Nous DEVONS, en tant que citoyens, discuter leurs actions. D’autant plus si nous sommes démocratie : en démocratie, le « fait du Prince » n’existe pas, ce qui veut dire que les dirigeants n’ont pas la liberté de demander à n’être pas soumis à l’appréciation commune. Quel Roi, si puissant fut-il, au demeurant, put-il jamais se permettre ce luxe-là de ne pas être jugé de son peuple ? Tout juste les tyran s’autorisèrent-t-ils de tout temps à museler les personnes qui subissaient leurs décrets, ou à faire comme s’il elles n’existaient pas.

Mais après tout peut-être n’êtes-vous pas un démocrate, qu’en sais-je ?

asterix_1.

Le principe de la non-représentativité des élites,

Petite mise-au-point.

.

20

Letel:

:) Merci de me citer sur votre blog. En tout cas, vous ne manquez pas de lyrisme, ni de souffle, deux points pour vous. Mais on a l’impression d’une belle mécanique qui tourne un peu à vide : que voulez-vous, la démocratie est comme ça, exaspérante, nos représentants souvent nuls, quant à les critiquer, évidemment, ça va de soi, vous enfoncez un peu des portes ouvertes. Mais il vaut mieux des représentants qui sont ce que nous sommes, avec toutes leurs (nos) faiblesses, qu’un chef mythifié, idéalisé, adulé, infaillible, comme Staline, Napoléon, Kadhafi, Saddam, Kim I, II ou III, ou l’empereur du Japon.

.

« Mais il vaut mieux des représentants qui sont ce que nous sommes, avec toutes leurs (nos) faiblesses, qu’un chef mythifié, idéalisé, adulé, infaillible.. etc »

Croyez-vous que toute personne qu’on adule, soit forcément adulée à tort ? Croyez-vous qu’il soit techniquement impossible à un être de très grande valeur d’être profondément aimé du plus grand nombre ? Et quand bien même ce serait impossible, ne croyez-vous pas à tout le moins qu’une telle chose serait ardemment désirable ? [#Roi Salomon, #Roi David, #Saint Louis sous son chêne]

Un pouvoir qui repose sur un chef (c’est-à-dire étymologiquement une tête), a encore cet avantage notable sur celui qui ne repose sur aucune personne responsable ni sur rien d’intelligent, qu’on peut discuter :

_avec lui [#Michel de l’Hospital conseillant Catherine de Médicis, #Platon tentant de conseiller le tyran Denys],

ou encore (à défaut)

_contre lui [#Diogène répondant à Alexandre : « Ôte-toi de mon soleil »],

_et le cas échéant qu’on peut encore le guillotiner [#« Nouvelle donne! Redistribuez les cartes! »].

M’voyez ?

Le pouvoir qui n’est pas intelligent, qui n’est pas une intelligence, n’est même pas discutable (discutable doit être entendu ici au premier degré, dans son sens le plus philosophique : c’est-à-dire susceptible d’enrichir la discussion universitaire, historique, intellectuelle, populaire.. etc.). Il est donc à proprement parler indiscutable – c’est-à-dire qu’il nous renvoie à un monde de brutes, le monde d’avant la parole. C’est le pouvoir le plus bête et le plus arbitraire qui se puisse imaginer.

Les mythes ont encore cela pour eux qu’ils engendrent des contre-mythes. Les enfants des Dieux-le-Père les émasculent en général, ou au moins les tuent… Et en étudiant l’histoire des sociétés humaines, on voit que le Dieu des uns devient souvent au fil du temps le Diable des autres, quand les uns entrent en guerre contre les autres, ce qui induit pour les siècles qui succèdent à la guerre, des possibilités de communication civilisationnelle nombreuses et fructueuses. Je vous renvoie à Lévi-Strauss pour vous assurer de cela.

***

Dernier argument (but not least) :

Il est un grand principe logique, lorsqu’on parle des élites, c’est qu’elles ne peuvent techniquement être représentatives du grand nombre. Je vais vous démontrer pourquoi : le peuple, lorsqu’il élit l’un de ses membres pour le représenter, l’élit de préférence sur des critères de sélection objectifs, et fait donc de ce membre un élu, et pas n’importe quel élu tombé du ciel, un élu selon des critères objectifs, reconnus par la majorité. Ce qui fait qu’un tel chef, même élu au suffrage universel, et surtout si élu au suffrage universel, ne peut donc être un « homme du commun », et ne doit d’ailleurs idéalement pas être un « homme du commun », mais au contraire doit être « le meilleur d’entre tous ».

C’est pour cela qu’on a inventé la démocratie, figurez-vous : pour que ce soient les meilleurs, les meilleurs selon l’avis du plus grand nombre, les meilleurs à un moment donné, car susceptibles d’être destitués de leurs fonctions s’ils faillissent, qui règnent sur les autres. Et non plus des quidams nés dans des langes royaux, auxquels une certaine hérédité a posé une couronne sur la tête sans qu’aucune raison raisonnable ne puisse le justifier.

See ?

France-o-phobie, tu perds ton sang froid

Mémento Mouloud a récemment écrit ceci :

La démocratie moderne ajoute, à son point le plus haut, qu’il n’y a plus d’esclaves, ce qui revient à poser la question de la démocratie en ces termes : quels dispositifs nous permettraient d’être des maîtres sans esclaves ?

Mémento Mouloud s’est fâché il y a quelques temps quand je lui ai écrit sur son blog (intervention censurée depuis) que j’avais appris à l’université que le christianisme était le premier dogme de l’humanité à avoir massivement – dans les temps du Haut Moyen-Âge qui précédèrent la période féodale, très-exactement – mis en œuvre une critique systémique de la pratique de l’esclavage, qui a abouti à une politique d’affranchissement massif de tous ceux qui avaient jusque-là été réduits en esclavage sous l’Empire Romain. On apprend en effet dans nos livres d’Histoire qu’on attribua aux hommes ainsi libérés de leurs chaines antiques, des « alleux », c’est-à-dire des terres dont ils étaient pleinement propriétaires et bénéficiaires. En ces temps-là les petits propriétaires terriens n’étaient pas encore des « serfs » et n’auraient pas accepté de le devenir ; la pratique du servage ne vint que bien plus tard, lorsque le souvenir cruel de ce qu’avait été l’Empire Romain pour les petites gens, et sa virulente critique primo-chrétienne, se furent un peu estompés. « Franc » ne veut en effet pas dire seulement « homme libre » mais aussi « homme affranchi ». Il a osé me répondre, dans un coup de sang, que tout cela était faux et que je mentais. Aventure triste et étrange à la fois.

.

Il a encore écrit ceci, dans un billet qu’il dédiait entièrement à sa haine de la démocratie :

Spiritualiser les passions et non les éradiquer à la manière chrétienne (sic.) est donc la seule manière de surmonter un effondrement qui ne cesse de guetter, au confluent de toute mort. […] on ne peut aimer que celui ou celle dont on sait qu’il manie le poignard, contre soi ou contre lui-même, peu importe.

Pour résumer, Mémento Mouloud pense fondamentalement que le christianisme va de pair avec la démocratie (ce qui reste à prouver) et que ces deux doctrines sont des doctrines qui châtrent l’homme, ou faites pour les châtrés de naissance. Place donc aux hors-la-loi et aux transgressifs ! Et mort aux moralistes qui n’ont pas fait leurs preuves… Comme c’est original et comme c’est nouveau ! C’est l’anti-christianisme Nietzchéen dans sa lecture la plus radicalement premier-degré, la plus bête.

Mémento Mouloud qui doit avoir actuellement deux ou trois fois l’âge qu’avait Xir à cette époque, en est donc à peu près au même niveau existentiel et spirituel que ce dernier au moment où – en parfaite racaille postmoderne – il « balançait » des images de moi à poil sur le net. [Je n’expliquerai pas ici la weltanshauung qui était celle de Xir à cette époque dans les détail, cela nous mènerait trop loin : disons qu’il était en mode Danny Balint ; comprennent ceux qui me suivent].

A l’aune de tels propos, je pose seulement une question : prétendre que le christianisme, en péchant par excès de morale, soit une religion par trop rationnelle (il y a ici une contradiction problématique entre les termes religion/rationalité que ne prend pas soin d’interroger M.M mais, il n’est plus à ça près pour alimenter sa haine), est-ce flatter les chrétiens ou bien les assassiner en loucedé par là où leur orgueil pèche ?

Je répondrai pour ma part que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute.

Le christianisme en réalité n’est pas plus rationnel que mes fesses, c’est une religion de bonnes-femmes comme les autres, et sans doute la plus sensiblarde et la plus romantique de toutes, donc il n’y a pas lieu de voir autre chose dans les procédés intellectuels que M.M utilise pour penser le christianisme, que des syllogismes trompeurs, des pièges rhétoriques, beaucoup de mauvaise-foi et beaucoup de rouerie.

Depuis où le critique de la religion nous parle-t-il ici ? Est-il religieux lui-même ? Athée ? Mais il critique aussi l’athéisme ! – Peu importent ses croyances à lui, me dites-vous ? Mais alors suppose-t-on qu’il n’en ait pas ? Avez-vous déjà vu un homme dépourvu de croyances ? Pour que je puisse croire en son objectivité à ce sujet, il faudrait soit que M.M n’ait pas de croyances, soit qu’il assume clairement celles qui sont siennes. Car toute croyance chez un homme, et d’autant plus lorsqu’elle n’est pas assumée (ou pire encore inconsciente), influence son jugement. Avez-vous déjà vu un homme dépourvu de croyances ? Moi pas : un homme pense, et pense en premier lieu à partir de ses croyances-propre (on ne pense jamais qu’à partir de postulats, et nos croyances sont nos premiers postulats), que ce soit pour les suivre ou en les observant avec recul, circonspection et cynisme. Car un homme ne peut penser juste qu’en assumant la mesure que prend sa subjectivité dans ses propres raisonnements. Il lui faut distinguer en premier lieu ce qui chez lui relève de la profession de foi et ce qui relève du raisonnement pur. C’est-là la seule voie possible vers un jugement objectif. Un homme a le droit de dire : je crois. C’est même un courage et une honnêteté de sa part. Tant qu’il ne confond pas ses croyances avec des faits.

.

.

Mémento Mouloud, dans un billet tagué : #finis_franciae, a écrit les passages suivants :

Quand bien même Hollande tomberait à moins de 5 % d’opinions favorables et qu’on le surnomme Flamby président jusque dans les couloirs de crèche, la puissance qu’il déploie au Mali, en Centrafrique, en Irak, en font un maître pour le reste du monde et un punching ball pour les seuls français, populace infâme qui s’imagine importante parce qu’elle râle et s’indigne.

Je ne traiterai pas de la meilleure manière de départager gauche et droite, si même il existe une gauche et une droite, je laisse cela à d’autres, les poncifs ne m’intéressent pas. Comment autant de français choisissent comme un seul homme les dirigeants les plus minables et les plus corrompus avec constance ? Et surtout, finissent par leur obéir comme s’ils avaient affaire aux plus fins légistes, aux esprits les plus distingués ou à une dictature sanglante. D’où vient cette obéissance servile de domestique en livrée ?

Vichy était peut-être venu après la défaite de mai-juin 1940, mais en 2014, il n’y a aucune asthénie militaire mais la veulerie est la même et l’antisémitisme revient. Ce n’est pas la France éternelle, c’est juste le pénultième signal d’un cerveau reptilien de masse. En 1940, de Gaulle avait bien compris que la France ne pouvait pas toujours gagner, en 2014, il faut se rendre à l’évidence, l’idiotie a ses médaillés et la liste des lauréats est infinie, elle porte la mention Made in France.

Dans les commentaire il tient ensuite les (étranges) propos suivants :

Les anglais sont protestants, René, les variations de la foi et des églises, des sectes et des groupuscules ne les gênent pas, seuls quelques élus sont d’ores et déjà sauvés. Nous sommes catholiques et anticléricaux de tradition, ça donne un double idéal paradoxal d’amour pour le prochain qui se retournait en haine meurtrière (depuis 1962, nous n’allons plus jusqu’à la tuerie, ça fait mauvais genre) et de concorde sous la conduite de légistes éclairés (et bien entendu toujours corrompus). La troisième tradition (peut-être que je l’invente mais j’en doute) est souterraine, secrète, elle rassemble des croyants et des athées, elle ne croit pas en l’Etat, au peuple et en la démocratie, elle n’est pas pour autant sceptique, je reprendrai cette phrase « Seigneur, ayez pitié, ayez pitié des fous et des folles ! O Créateur ! peut-il exister des monstres aux yeux de Celui-là seul qui sait pourquoi ils existent, comment ils se sont faits et comment ils auraient pu ne pas se faire »

Dans la foulée de plusieurs prises de bec fondamentales (dont je n’ai hélas pas conservé de trace) avec Mémento au sujet de la psychanalyse (sujet sur lequel nous sommes les adversaires les plus diamétralement opposés du monde) je me suis autorisée à lui répondre ceci, suite à quoi j’ai été (une fois de plus) censurée énergiquement, et dans le plus complet silence :

« En 1940, de Gaulle avait bien compris que la France ne pouvait pas toujours gagner, en 2014, il faut se rendre à l’évidence, l’idiotie a ses médaillés et la liste des lauréats est infinie, elle porte la mention Made in France. »

LOL ! Cette haine à l’état pur ! xD

***

Est-ce que vous avez entendu l’interview qu’Onfray a donné à Philippe Bilger ? Excellente, non ?

***

« La troisième tradition (peut-être que je l’invente mais j’en doute) est souterraine, secrète, elle rassemble des croyants et des athées, elle ne croit pas en l’Etat, au peuple et en la démocratie, elle n’est pas pour autant sceptique, je reprendrai cette phrase « Seigneur, ayez pitié, ayez pitié des fous et des folles !  » [Mémento Mouloud]

Si l’on enfermait moins de ces fous éloquents et inoffensifs – les « Idiots », les « Simples » – qui ne « servent à rien » dans la société marchande, (les « simples d’esprit » ne sont pas en mesure de travailler et voilà en général le principal motif de leur actuelle psychiatrisation), et davantage de ces vrais fous dangereux qui dirigent le monde (ces psychopathes qui passent à l’acte tous les jours dans les lieux de pouvoir – qui actionnent à mains nues, sur les places boursières, en toute impunité, un svastika monumental qui ne dit pas son nom), eh bien peut-être que le monde dans lequel nous vivons en serait comme « simplifié », lui aussi.

Peut-être que le monde en serait de nouveau rendu accessible aux petites gens, aux gens doux et gentils, qui ne savent pas manipuler autrui, qui ne savent pas quand on les manipule, qui sont simplement désireux de bien-faire. Peut-être que le monde, du coup, aurait plus de fantaisie, plus de légèreté, qu’on y rirait plus et qu’on y calculerait moins, et que le monde serait moins cette machine matérialiste que nous subissons actuellement, qui écrase, étouffe, torture les âmes (afin supposément d’en tirer « de la croissance » ou de la productivité – mon cul).

Peut-être que si les « Simples » et les « Idiots » n’étaient pas tourmentés comme ils le sont actuellement par les sectateurs de Freud, l’Eglise récupérerait le vivier historique auquel elle a toujours puisé ses Saints. Car les saints sont la vie de l’Eglise. Les prélats ne sont là que comme un corps inerte et pour ainsi dire inintelligent, un corps soumis à une hiérarchie militaire qui n’attend qu’une chose, et c’est de prendre ses ordres de ces « illuminés » et de ces « inspirés » que sont les gentils petits saints.

Dites-vous bien qu’aussi « folles » que puissent paraître mes réflexions, je ne les tire pas de mon chapeau, mais de mes lectures de Michelet (entre autre). Si un certain nombre d’auteurs ne m’avaient pas montré la voie, je n’oserais pas écrire des choses pareilles – j’aurais simplement peur de me faire moquer.

***

Sinon, la France n’est pas « finite », comme vous dites. En France on a toujours crié : « Le Roy est mort, vive le Roy ». Ainsi, ce n’est pas parce que Dieu est mort, qu’il n’est pas pour autant ressuscité. Dieu est mort ET ressuscité, cela fait maintenant plus de 2000 ans qu’on le sait.

Nietzsche lui-même a conçu son Zarathoustra de telle sorte qu’il puisse être lu comme un cinquième évangile (c’est-à-dire non comme une remise en cause totale du corpus religieux ancien, mais simplement comme un énième ajout à celui-ci, dans le respect des règles paradoxales très spécifiques qui y ont toujours régné).

***

Pour ce qui est de Hollande, Zemmour a excellemment analysé le phénomène. Hollande est monté sur le trône de France comme on serait monté à la tête de n’importe quel gouvernement européen, or le trône de France est lié de toute éternité à une fonction sacrée. Une certaine colombe invisible, à un moment donné, lui a effleuré la tête de la Sainte Ampoule. Même si cela paraît déraisonnable, c’est ainsi qu’il faut raisonner pour comprendre ce qui lui arrive et la façon dont les français le traitent. Un certain nombre d’âmes veille à ce que cela soit ainsi, et par la force de leur croyance, conservent à cette fonction sacrée un « charme actif ». Hollande a donc posé une couronne sur sa tête qui agit positivement sur lui, qui s’est emparée de la substance de sa personnalité et de ses actes pour les transformer en signes des temps et en symboles, voués à avoir des répercussions dans la société. C’est ainsi que le sacré de tout temps accomplit son travail : il se nourrit du vulgaire et le transcende. Hollande ne peut simplement se contenter d’être vulgaire, « normal », un « homme ordinaire », ou bien il le sera à ses propres dépens – à ses dépens mais par répercussion dans l’intérêt de la nation.

***

Personnellement, j’apprécie beaucoup le travail actuel que la personnalité de Hollande accomplit sur les esprits français. En ressemblant ainsi à s’y méprendre à un petit père Ubu grotesque et ridicule, il aide le peuple français à accepter de réaliser cette horreur toute simple : qu’il est gouverné par des marionnettes du grand capital, et que la Démocratie, la République, à proprement parler ne sont plus que des mots creux et des vœux pieux.

Cela faisait longtemps que cela marchait ainsi, en fait. C’est seulement parce que Hollande ressemble autant à un « poupon » qu’on accepte enfin de comprendre pleinement à quel point il est – comme était avant lui Sarkozy, mais en donnant encore un peu l’illusion d’être un homme de pouvoir – une marionnette.

Tous les autres chefs d’état d’Europe sont des marionnettes, vous en conviendrez bien aisément avec moi, Mémento Mouloud. La seule différence entre le peuple français et les autres peuples européens, c’est que le peuple français est en train de se fédérer contre cette idée d’être gouverné par une marionnette, et que c’est le seul peuple au monde actuellement, je crois, à faire cela aussi clairement, aussi franchement, sans chercher d’autres raisons à son malheur.

Car ce n’est pas après Hollande que les français en ont, Mémento. Hollande ne serait pas notre président, mais quelque chose d’autre – je ne sais, un expert politique ou un commentateur par, exemple – il est probable que les gens le trouveraient touchant et l’aimeraient bien. Or Hollande est notre président, et ce qu’expriment les français lorsqu’ils jettent des tomates à la tête de Hollande (sans aller plus loin, notez bien : sans renverser le gouvernement à coups de pioches et de pelles et sans trancher le cou de tous les politiciens véreux), ce qu’ils expriment c’est leur désir de revoir un jour la fonction présidentielle retrouver son lustre d’antan… C’est-à-dire que ce qu’ils exigent, c’est que leur vote n’aille plus à une marionnette dénuée de pouvoir et de marge de manœuvre réelle, mais de pouvoir voter à nouveau pour un vrai homme de pouvoir, c’est-à-dire que la France soit à nouveau une République libre de ses choix – un vrai pays! – et non plus une sorte de principauté caritative symbolique mise sous tutelle.

Hollande l’homme, avec tout ce qu’il s’est gavé et continuera à se gaver, rassurez-vous, s’en remettra.

Rock around the norm

.

.

.

Dans une société de Droit, de paix et de police, (c’est-à-dire qui ne soit comparable ni au Moyen-Orient, ni au Far-West), seul compte au final qu’il y ait une norme admise, et que les autorités de cette société s’y tiennent. Ensuite il apparaît assez clairement que le degré de civilisation d’une telle société est proportionnel à la conjugaison harmonieuse de deux grands facteurs :

_d’une part la liberté laissée par les autorités aux individus de vivre en s’écartant de ladite « norme »,

_de l’autre la capacité de tels individus à s’écarter de cette norme sans pour autant perdre un certain lien de fidélité intellectuel infrangible à l’égard d’icelle. Cela, afin que la société ne tombe pas dans le chaos et la décadence, par laxisme, par excès de tolérance envers les déviances diverses. Cela aussi afin que la solidité de l’édifice social repose davantage sur l’intelligence de ses membres et leur sens des responsabilités, que sur leur crainte de la vengeance d’autrui ou des forces de l’ordre.

Bien sûr, pour qu’une telle alchimie opère, il faut que les dirigeants d’une telle société parviennent à célébrer conjointement, et le culte de la « norme », et celui de la liberté des individus à s’écarter d’elle (deux activités qui sont de natures contradictoires, bien sûr, mais qui lorsqu’elles se tempèrent l’une-l’autre deviennent deux grandes sources de bienfaits)… – Hélas, l’aspect purement législatif de la chose ne peut venir que dans une seconde mesure seulement, car la liberté n’est pas une chose qui se donne, n’est-ce pas, mais une chose qui se prend. De sorte que si le peuple d’une telle société ne possède pas « l’esprit » de la liberté, ce ne sont pas des lois qui le lui donneront.

Etre civilisé, c’est être avant tout intelligent, individuellement intelligent, c’est donc du travail et de l’effort, et une certaine éducation contraignante en amont : ce n’est pas suivre sa pente naturelle, ni aller par le plus court chemin vers la vérité. En vérité, la Vérité, une fois qu’on l’a synthétisée à l’état pur, ressemble toujours étrangement à l’extrémisme ou à la bêtise… Être très-civilisé (être un dandy), relève donc toujours plus ou moins de l’équilibrisme. Or l’équilibriste n’est pas celui qui a perdu le sens de l’équilibre, (qui est le sens du « juste milieu », du bien et du bon, de la « norme »)  mais celui au contraire qui l’a développé à son plus haut degré.

L’équilibriste intellectuel, ou celui qui se prend pour tel, lorsqu’il a perdu le sens de ce qui est « normal » et de ce qui est vrai, bel et bon, n’est plus ni un équilibriste ni intellectuel, mais un agent dissolvant, une cellule cancéreuse, pour la civilisation qui le fait vivre.

.

LA SEULE CHOSE INTERDITE .

Il y a quelques temps, j’avais commencé à développer une théorie selon laquelle peu importait, après tout, si seulement 1% de la population d’une société donnée vivait /stricto sensu/ en conformité avec la norme telle qu’elle était édictée par les prêtres (ou autorités équivalentes) de cette société… peu importait au final, pourvu que cette norme, tout le monde la reconnût pour ce qu’elle était et continuât de la célébrer comme telle.

Selon le même principe, qui est le principe de la non-représentativité des élites, Socrate demanda juste avant sa condamnation à mort à ce que les citoyens continuassent de le célébrer dans les Temples, sur l’acropole (c’est-à-dire dans le ciel des idées), comme un archétype du « citoyen parfait », même s’ils ne désiraient nullement, à l’échelle individuelle, imiter sa conduite et son mode de vie.

Ma théorie, à l’origine, je la faisais achopper ainsi : « La norme est comme un point donné sur une échelle de valeur, comparable au zéro sur une règle graduée, et ce qu’il ne faut pas, c’est déplacer le curseur de la norme »

Mais j’étais loin du compte encore… Et à vrai dire ma théorie ne résistait pas à un examen approfondi. Car après tout, s’il nous importe seulement de vivre dans une société « normée », c’est-à-dire une société régie par des règles fixes – donc susceptibles d’être discutées, critiquées et interrogées – peu importe au final où l’on situe le « zéro » sur la « réglette » ! Seul importe qu’il y en ait un !

Or le problème de la société post-moderne n’est pas qu’elle « déplace le curseur de la norme », mais qu’elle interdise de le situer ! En effet, si dans la société de nos anciens, le curseur de la norme était placé dans la crèche de Noël sous les étoiles entre le père, la mère, le petit Jésus et le Saint Esprit, après tout peu importait que la majorité des hommes s’en écartent… Les chrétiens ne sont-ils pas des pécheurs, après tout ?

Le problème, dans notre société actuelle, ce n’est pas que la norme ait changé de camp… On ne renie pas totalement l’imagerie sainte de la « Crèche », on ne l’interdit pas comme relevant de la déviance, on ne la pose pas comme étant « anormale »… Non, cette conception « tradi » de la famille existe encore et toujours dans l’imaginaire collectif. Elle est simplement accolée à d’autres, et posée comme étant leur égale. Elle n’est plus la norme, elle est une option parmi tant d’autres, sans qu’aucune possibilité de hiérarchiser entre ces options ne soit plus laissée possible au « consommateur d’options » lambda.

Le problème est plus profond et bien plus pervers encore qu’il n’en a l’air ! Le problème consiste en ce que nul petit enfant né dans les conditions « normales » d’une famille traditionnelle unie, n’est plus autorisé aujourd’hui à dire en classe, ou à la télévision, ou à ses petits camarades, que lui est dans la norme, tandis que les autres, dont les parents sont divorcés, ou de même sexe, ne le sont pas.

La société actuelle postule qu’une famille unie est égale à une famille déchirée/recomposée où bourgeonnent à chaque embranchement des couples homosexuels. Aujourd’hui, s’il n’y a plus de modèle familial, s’il n’y a plus de « norme »… ce n’est pas parce qu’on a autorisé plus de choses aux gens, c’est parce que la notion même qu’il puisse y avoir des « modèle » à suivre et une norme hautement désirable, lorsqu’on parle de construire un foyer, est devenue un tabou.

Or ce sont ses tabous, ses interdits, qui permettent de définir les limites d’une société (ses limites et par-là même ses frontières, donc sa « carte du territoire moral » spécifique). Connaître les lois de la nation où l’on vit, c’est d’abord connaître la liste de tout ce qu’elles n’autorisent pas. Où a-t-on jamais vu des législateur faire des listes de « choses autorisées » ?

Or la seule chose qui est interdite désormais, dans notre société, c’est de dire : « Ceci est la norme ».

.

« L’IMPORTAN ÇAI D’AIMMMÉÉÉE!!! » .

Il est intéressant de se demander ce qu’est « la douceur d’un foyer », en quoi consiste l’amour que les parents doivent aux enfants – et réciproquement… Car cette question ouvre des abîmes…

On part toujours du principe qu’il faut « désirer » l’enfant avant de le « faire », qu’il faut « être prêt », et « choisir » le partenaire, l’éducation et le moment. On sous-entend qu’il faut avoir une certaine « situation » financière stable aussi. Un foyer aimant serait donc selon la majorité des gens, un foyer « raisonnable », dont le mode de fonctionnement est entièrement maîtrisé en amont. En somme, une petite entreprise qui ne connaît pas la crise. A quel moment tout cela, au juste, nous parle-t-il d’amour ? – Encore une fois notre société hypocrite utilise ici le concept « vendeur » d’amour pour, de toute évidence, nous refourguer autre chose – qui n’a pas grand’chose à voir avec l’amour en définitive.

Or à présent, je vous propose de comparer deux cas particuliers :

Le foyer le plus aimant (le plus aimant pour ses enfants, mais pas seulement), est-il le foyer où l’on avorte de l’enfant qui vient lorsqu’il ne vient pas dans le contexte attendu, ou parce que l’enfant lui-même ne répond pas aux critères souhaités, ou encore parce que l’on considère que la « passion » qui a poussé le couple parental à forniquer n’est pas suffisante pour fonder un foyer, ou risquerait d’être éteinte si elle cessait d’être stérile… ?

Ou le foyer le plus aimant, le plus accueillant pour sa progéniture, est-il le foyer qui, lorsqu’une femme est tombée enceinte « par accident », alors que les parents n’attendaient pas de petit, ou même n’étaient pas encore en couple avant l’  « accident », a accepté courageusement d’affronter – à l’ancienne ! – ce grand inconnu qu’était « l’accident de parcours » ?

.

« MAIS POURQUOI DEVRAIS-JE CHOISIR ENTRE MON BONHEUR ET CELUI DE MON ENFANT ? HEIN ?!! »

_ Tout dépend de ce dont tu as besoin pour être heureuse, connasse.

_ Moi ? Juste un peu d’amour et d’eau fraîche !

_ Ah ? Bon. Bah c’est ok alors. Annule ce que j’ai dit, tu devrais pouvoir concilier les deux sans problème…

_ Nan, j’déconne… Moi j’suis une artiste, je n’suis heureuse que sur scène, de toute façon.

_ C’est ballot. Mais à toute chose malheur est bon : tu tiens la réponse à ta question, du coup.

.

Que penser alors du foyer qui a fait de ce qui à l’origine aurait pu n’être qu’une « pierre d’achoppement », sa pierre fondatrice ?

– Que penser de ceux qui ont changé leur vie, re-dirigé la course de leur vie pour leur enfant, pour le bien de cet enfant en priorité – avant que de songer au leur-propre ?

Comment qualifier leur conduite ?

Un mélange de respect docile, de laisser-aller  et de laisser-faire ? Sans doute. Mais de l’enthousiasme aussi, et de la curiosité, pour la vie qui vient ! De la piété, certainement, envers la grande aventure intimidante, que l’enfant ouvre de par sa venue au monde… Un certain sens du devoir, forcément : envers l’être humain qu’il sera, qui ne demande qu’à exister… – Mais peut-être aussi de la crainte. La piété n’est-elle pas faite de crainte ? La crainte de « manquer » un certain rendez-vous avec le Destin… La crainte d’une certaine Justice supérieure qui, si elle existait… et, même si elle n’existait pas, dont il serait si bon qu’elle existe…

– Il leur faut beaucoup d’inconscience diront certains, mais il leur faut de l’insouciance aussi… de l’optimisme ! et même de la légèreté !

– Je demande à tous : qui ne voudrait pas être né par légèreté ? Naître de Légèreté, n’est-ce pas déjà en soi quelque chose comme un signe de distinction, voire un titre de noblesse ?

– Quelle folie ne faut-il pas pour bâtir en connaissance de cause à celui qui doit naître, que l’on ne connaît pas, pour donner asile aux possibilités inconnues qu’il ouvre, un petit nid de fortune ? … bon gré mal gré, lui accorder la place en ce monde qui lui revient de fait (de fait et non de droit), selon des décrets qui nous dépassent ? – Qui jamais, simple mortel, fut rendu maître d’une telle folie ?

.

TANT QU’A CROIRE EN QUELQUE CHOSE…

_ On me dira qu’une telle conception est de nature religieuse. Mais si l’on part du principe que :

1) le psychisme humain a besoin de certitudes (le doute systématique, total, étant techniquement impossible ou engendrant des maladies mentales comme la paranoïa ou la dé-personnification) 2) une fois un certain degré de connaissance atteint, l’homme est obligé de se résoudre à savoir qu’il ne sait rien,

alors, il faut se résoudre à admettre qu’une part des certitudes psychiquement nécessaires à l’homme ne peuvent reposer que sur des croyances – éventuellement des croyances librement choisies, c’est-à-dire des actes de foi (étymologiquement : des déclarations de fidélité à certains principes).

A partir de là, s’il faut absolument fixer sa « fidélité» en quelque principe choisi (pour ne pas encourir le risque qu’elle se fixe tout seule sur des principes que l’on n’a pas choisis), comment ne pas choisir ce principe-là, du devoir envers les enfants, envers ceux qui n’ont pas le choix de ne pas nous aimer, envers la famille ?

_ On me dira qu’une telle conception est de nature religieuse. Mais je pourrai répondre aussi qu’elle est purement rationnelle. Le foyer le plus aimant est-il celui qui répugne à affronter les situations de crise, ou bien celui que la crise en elle-même a fondé, et donc fortifie ? Il n’est pas strictement religieux de poser cette question. C’est aussi une démarche politique. – C’est-à-dire qu’elle concerne en premier lieu la paix sociale et la paix des ménages.

.

BIENVENUE A GATTACA

Les meilleurs parents sont-ils ceux qui font primer leur devoir de parents sur la qualité intrinsèque de l’enfant ou ceux qui privilégient leur bien-être propre ? – Vaut-il mieux refuser à tous les coup d’élever un petit trisomique / un handicapé / un enfant dont les gènes le rendent susceptible d’attraper un jour le cancer / un enfant sans particularité attachante et sans génie, et s’assurer de n’engendrer que de jolis petits poupons roses et blonds, sains et riche, aux yeux bleus, doués en maths et aux dents éternellement blanches, qui vivront dans l’idée que s’ils avaient été laids et cons ils auraient été jetés à la poubelle ?

– Le critère le plus décisif pour fonder un foyer est-il réellement que les parents aient eu le temps et l’argent d’acheter l’attirail déco’ rose ou bleu de leur choix, et la grande maison avec jardin qui va avec ?

– Les meilleurs parents ne sont-ils pas ceux qui, quoi qu’il arrive, indifférents aux revers du sort, dans la joie comme dans la douleur, dans la richesse comme dans la pauvreté, élèvent l’enfant avec dignité, dans la dignité, et dans le respect de sa propre dignité ? – Faut-il transmettre aux enfants que lorsqu’on n’est pas riche, beau et intelligent, la vie ne mérite pas d’être vécue / on ne mérite pas de vivre ? – N’est-ce pas un peu « nazi » sur les bords, de penser comme cela ?

Au demeurant, le petit poupon idéal né dans une famille qui l’a commandé sur catalogue, même une fois devenu le « surhomme » désiré par ses parents (ce qui ne va pas de soi car l’homme est libre de décevoir ses parents, surtout quand c’est la dernière liberté qu’on lui laisse), ne préférerait-il pas que ses parents lui disent un jour : « même si tu n’étais pas « parfait », ou si tu étais « abîmé », nous t’aimerions et nous te soutiendrions quand même dans tes épreuves, car tu es la chair de notre chair », plutôt que : « si tu ne réponds pas à nos critères, de toute façon tu peux toujours retourner dans la poubelle » ?

.

L’OEIL D’ANTIGONE ETAIT DANS LA TOMBE, ET REGARDAIT CREON

Parlons franc, voulez-vous ?

Croyez-vous qu’une mère qui avorte simplement parce qu’elle n’avait pas « prévu » de tomber enceinte – c’est-à-dire parce que ce n’était pas dans ses « projets » (de vie ou de carrière) – c’est-à-dire non parce qu’elle ne pouvait pas élever l’enfant, mais parce que la chose lui est arrivée de façon « imprévue », sans qu’elle n’ait eu à cela son mot à dire, et qu’elle aime mieux « maîtriser le cours des choses » plutôt que de lui être soumise –, puisse jamais comprendre ce que c’est que le fait-même d’être une bonne mère ?

Etre une bonne mère, de toute éternité, est, fut et sera, un sacrifice. Qu’on ait prévu la chose ou non n’y change rien. – Un sacrifice, et non pas (seulement) un « plaisir », ou encore un divertissement, ou je ne sais quel « libre choix ».

Car une fois que l’on est mère, on perd à jamais la possibilité de ne l’être pas ! – même lorsqu’on a refusé de « faire le job », on continue de porter avec soi ce refus pour le restant de ses jours : c’est « aliénant » mais c’est ainsi. Il y a pour la femme un avant et un après le fait d’avoir donné la vie à un autre individu, car l’autre individu en question, s’il est en vie, aura toujours le droit de considérer sa mère comme étant sa mère, et s’il est mort, on ne peut pas pour autant lui dénier le fait d’avoir été, et d’avoir été engendré. Vieux vieux décrets. Respect dû aux morts, sépulture, tout ça…

C’est la loi de la chair humaine, qui ne sera jamais simplement de la chair, comme est celle du bœuf chez le boucher, à moins de vouloir finir à penser comme des ogres, comme des monstres, de bêtes pires que les simples bêtes. On ne peut rien changer à cela. Antigone voulait qu’on enterrât son frère, et sur ce point elle avait raison. La chair humaine, même celle d’un individu mort, ne peut être traitée comme n’importe quel déchet ordinaire. Les gens doivent se faire à l’idée que la nature nous contraint depuis les origines, et ce jusqu’à l’heure de notre mort, à nous soumettre à un certain nombre d’états de faits et de décrets arbitraires. La Nature ne respecte pas le Droit humain, mais elle en est la mère, puisqu’on a créé le Droit en réaction à la Nature, en réaction à ce qui en la Nature ne respectait pas l’homme.

– Tout cela fait qu’être mère est en soi un déterminisme, et si vous voulez même – étymologiquement – une « aliénation ». Tout cela fait qu’être mère est donc d’ors et déjà – en soi – une privation de liberté !

Oui, le cordon ombilical est un lien. Oui, même lorsqu’on a coupé ce cordon, un lien affectif indéfectible demeure entre la mère et l’enfant, donc, non, bien sûr, toutes les « aliénations » à proprement parler ne sont pas à combattre.

.

« AIMEZ SANS VOUS SACRIFIER », ou la nouvelle pilule qui fait perdre du poids sans régime.

Demandez à toutes les mères moyennement éduquées, d’origine populaire ou immigrées, de votre entourage, rencontrées dans une salle d’attente ou même dans la rue, demandez à celles que l’on n’a pas formées à s’autocensurer pour complaire à l’idéologie dominante, ou dont la langue de bois n’est pas encore suffisamment « au-point », demandez-leur en toute simplicité si être mère n’est pas un sacrifice ! – Pourvu que vous vous montriez simplement disposés à les écouter, elles se feront un plaisir de se répandre en plaintes et en protestations : elles vous diront sans vergogne combien elles voudraient davantage s’occuper d’elles-mêmes, se « faire plaisir », être libres, et combien leurs enfants et leurs maris sont cause de tous leurs maux, et vous entendrez leur interminable et perpétuelle litanie.

Cela n’est pas très esthétique, mais c’est la vérité, et c’est la vie. Il n’y aurait aucun mérite à faire ce qu’elles font si la formule : « C’est que du bonheur !» n’était pas mensongère.

Toutes les souffrances cependant, n’en déplaisent aux psychanalystes, n’ont pas à être « solutionnées », car la vie-même est une souffrance – la vie, quoi qu’il arrive, est une histoire qui finit mal. En prenant acte de cela, Schopenhauer ne pouvait mathématiquement pas se tromper. Toute personne, au demeurant, qui entreprend d’échapper au tragique constitutionnel de l’existence sera rattrapée par lui plus rapidement et plus sévèrement qu’aucune autre. A cela il y a, tous les observateurs de l’homme le savent, une sorte de loi supérieure, de fatalité.

Mais n’est-ce pas pour cela justement – et pour nulle autre raison –, aussi longtemps que les mères acceptent de couvrir leurs plaintes laides et honteuse de quelque sourdine cosmétique, et leurs récriminations sauvages de quelque voile de pudeur, que la fonction de mère est vénérable et belle ?

Les vraies belles et bonnes choses de ce monde ont souvent cela en commun qu’elles nous demandent, pour leur accéder, de payer de la privation d’une partie de nos potentiels. On ne fait pas de poussins sans casser des œufs.

Oui, je le dis clairement, aimer c’est se sacrifier. Ou du moins c’est être prêt à le faire. Etre une mère, c’est accepter de ne plus être une jeune fille. Etre des parents, c’est accepter de ne plus être des enfants. Eduquer c’est accepter de représenter l’autorité. Représenter l’autorité c’est accepter de devenir à son tour le garant de la norme. Et pour engendrer un homme intellectuellement libre, il faut auparavant lui imposer une enfance « normée », c’est-à-dire lui transmettre un certain nombre de préjugés, qu’à l’âge adulte seulement il sera autorisé à remettre en cause. Il n’y a rien au-delà de ça. On n’aime pas ses enfants par loisir ou pour y gagner quelque chose. Si l’on gagne parfois deux-trois bricoles à se dévouer à ceux que l’on aime, c’est que le hasard le veut bien. Mais il est assez courant que celui-ci ne le veuille pas. Ce n’est pas pour autant qu’on doive démissionner.

.

MATRONES CRUELLES, vampirisme, jeunesse éternelle, décadence.. etc.

Je vous demande à présent de songer une seconde à ces mères bourgeoises qui ne veulent pas voir leurs filles être enceinte trop jeune, sous prétexte de protéger leurs études et leur avenir de femmes « actives » et « libérées ». Représentez-vous cela dans un monde où vie active rime essentiellement avec servitude, et où il n’y a pas plus de femmes actives libérée en France qu’il n’y avait d’hommes libres dans les camps autrefois surmontés de l’inscription « Arbeit Macht frei ».

Songez à présent s’il vous plaît, faites-le pour moi, à l’ironie du sort qui veut que ces bourgeoises féministes aient eu elles-mêmes la plupart du temps une vie oisive et facile, aient eu accès aux plus hautes études et aux meilleures places en grande partie grâce à leur extraction sociale… Imaginez que ce sont ces femmes-là qui ont le front d’expliquer à leur femme de ménage que le travail libère la femme, tandis qu’elles sirotent tranquillement un thé au jasmin, bien confortablement assises devant un catalogue de papiers-peints et moquettes murales hors-de-prix.

Ces femmes nanties, protégées depuis l’enfance de bien des réalités, en un mot naïves, à la strate sociale desquelles appartinrent l’écrasante majorité des féministes les plus influentes, ces femmes, lorsqu’elles ont travaillé (ce qui n’est pas toujours le cas!) auraient encore pu choisir de ne jamais le faire (pour elles, travailler était un divertissement et une option!). Qui est encore dans leur cas aujourd’hui ? Paris Hilton et consoeurs, peut-être ? Je ne sais même pas si Paris Hilton n’est pas finalement +/- contrainte de vendre son image pour faire de la pub aux hôtels de son père…

Car ces « jeunes personnes », bonnes bourgeoises françaises, qui ont rejoint autrefois MLF et compagnie, étaient alors inconsciemment protégées par l’ordre patriarcal bourgeois qui tenait encore debout à cette époque, aussi elles ont toujours eu la possibilité de se marier avec un homme fortuné… – et, le fait est que beaucoup ont suivi cette voie toute tracée du mariage bourgeois… en se plaignant beaucoup, certes, mais sans poser de problème à personne, bien au contraire, puisqu’elles ne faisaient que suivre un phénomène de mode, ce qui ne pouvait que les rendre au final plus prisées et plus désirable en leur temps !

.

LE TRAVAIL REND LIBRE, surtout les pauvres.

A présent, quelle femme inactive, sans profession connue, sans cursus particulier, sans activité « créatrice » ou humanitaire de façade, et sans « plan de carrière », à moins d’être une riche héritière (et encore!), peut se contenter de se marier aujourd’hui à un homme et d’en vivre, sans passer +/- pour une pute ? Il n’y a plus grand’monde aujourd’hui parmi la gente féminine, du bas en haut de l’échelle sociale – en-dehors des milieux tradi-catho (et autres communautés religieuses, sectes diverses et Islam compris) – pour se vanter de bénéficier du statut symbolique de : « mère au foyer ». Surtout lorsqu’il ne s’agit pas de participer au concours de la mère de famille la plus overbookée de la famille la plus nombreuse (et la plus religieuse). On préférera toujours dire que l’on fait autre chose que d’ « être maman », même si l’autre chose n’est qu’un simple hobby ou une couverture.

Il faut voir à cela une excellente raison : le travail (sous-entendu le travail rémunéré, « professionnel », issu d’un « cursus », ayant des implications sociologiques clairement « pistables », recouvrant des « objectifs » et des « projets » clairement exprimables en langage entrepreneurial et administratif et dûment recensés quelque part), LE TRAVAIL est devenu la nouvelle religion de notre société auto-proclamée libre. C’est seulement à l’aune de la classification fournie par le monde_du_travail que vous êtes désormais autorisé chez nous à répondre à la question : « Qui êtes-vous ? ». Cette question n’est d’ailleurs plus admise que sous la forme suivante : « Que faites-vous dans la vie ?» Au-delà de ça, on vous renvoie aux médecins – en rééducation mentale pour être plus précis. Arbeit Macht Frei, donc.

.

RATIONALISATION DE LA TORTURE, (de : tripalium, tout ça…)

Songez un instant que les femmes qui ont élaboré la critique de la société patriarcale ont connu – pour celles qui sont encore en vie – l’époque du plein-emploi, et se sont vues proposer durant leur jeunesse des professions aussi diverses que gratifiantes, sans jamais encourir le risque de s’user la santé à des métiers dangereux, mal-payés et ingrats (par ex : serveuse de bar la nuit à moitié « au black », ouvrière dans une industrie utilisant des produits chimiques dangereux, caissière de supermarché/femme de chambre de Novotel en proche banlieue parisienne, hôtesse d’accueil debout en talons sur le pavé, prospectus en main devant un commerce quelconque, payée en fonction du nombre de visiteurs « accrochés ».. etc.).

Or ces métiers auxquelles les « femmes libérées » de la génération de mes parents ont eu accès, même ceux les plus prisés, qui font encore rêver la jeunesse – journaliste, pubard, cadre sup’, « créatif » – ont à peu près tous perdu aujourd’hui bonne part de leur intérêt intrinsèque à cause de la vaste entreprise de « rationalisation des tâches » qui sévit dans à peu près tous les secteurs (surtout dans les secteurs où beaucoup d’argent est investi), cela conforté par le fait que le taux de chômage élevé pousse les employés à accepter de montrer toujours davantage de soumission aveugle à l’ordre établi pour conserver leur place.

Nous vivons une situation de crise fort profitable à ceux qui exploitent le travail d’autrui, mais où les travailleurs, surtout dans le tertiaire, sont devenus des clones, aux qualifications floues, tous interchangeables, dans la mesure où l’actuelle organisation bureaucratique, hyper-hiérarchisée, débilitante du travail, (où il faut rendre des compte pour tout, où l’on ne développe plus que des projets dont l’intérêt doit être immédiatement visible, c’est-à-dire des projets à court-terme) a à peu près éliminé toute possibilité que les atomes rémunérés qui habitent les grandes villes développent désormais de vrais savoir-faire, c’est-à-dire des savoir-faire sur lesquels leur paie serait indexée. Par extension cela leur interdit de jamais se rendre véritablement indispensables, ce qui veut dire utiles à la société en tant que personnes, et non comme simples maillons d’une chaîne qui pourrait se passer d’eux.

Les employés d’aujourd’hui qui ont du mal à s’appeler eux-mêmes des « travailleurs », peut-être parce que, contrairement à l’ouvrier, ils ne tiennent jamais entre leurs mains le résultat de leurs efforts, sont maintenus constamment en grande compétition par le taux de chômage élevé, et cet état de fait ayant miné définitivement quasi-tous les anciens systèmes de solidarités entre les travailleurs (sans parler des demandeurs d’emploi qui sont les nouveaux « intouchables »), les ambiances au travail dans notre pays sont devenues de véritables poisons. L’air y est pour ainsi dire devenu irrespirable pour les âme sensibles ; on y porte des masques pour se protéger de la nuisance d’autrui.

Est-ce pour qu’elles aient accès à toutes ces réjouissances sans nombre que ces mémères-la-morale emperlouzées qui nous servent le féminisme à toutes les sauces de leur repas copieux, empêchent leurs filles de se reproduire ? Est-ce pour qu’elles puissent avoir l’honneur de vivre cela que, fortes de leur pouvoir de matrones, elles se permettent de stériliser à volonté des jeunes femmes qui sont souvent majeures, comme on ferait pour des animaux de compagnie, comme on ferait en Suède pour des cas-sociaux ou des handicapées ?

.

QUAND PLOUTOS DECIDE DE QUI DOIT VIVRE et de qui doit mourir

Songez à présent à ces mères qui n’ont rien à foutre de sérieux de leurs journées, à part éventuellement de la charité ou du militantisme… et demandez-vous pourquoi en général ce sont ces femmes-là (et non la « mama » italienne de la banlieue dégueulasse de Naples) qui n’envisagent jamais qu’elles pourraient fort bien, en tant que grand-mères, s’occuper elles-même de l’enfant à naître, en attendant que la jeune maman finisse ses études et mûrisse… Songez seulement que ces grosses vaches égoïstes mettent en danger la santé physique et mentale de leurs filles, simplement au final pour préserver leur propre liberté de ne rien foutre… Songez un peu qu’en l’espèce, elles sacrifient un enfant, (l’enfant d’une femme jeune et en bonne santé, qui aurait donc toutes les chances d’être en bonne santé lui-même, qui recevrait sûrement un héritage culturel et financier, qui serait entouré, aimé et gâté), et le libre-arbitre de leur progéniture – pourtant déjà majeure dans bien des cas ! – à leur fainéantise, à leur effrayante grégarité, à leur conformisme inconscient et au plus cruel des égoïsme… !

– Mais la fille enceinte, pense-t-on jamais dans ces cas-là à la consulter honnêtement au sujet de son propre devenir ? Ne lui demande-t-on pas son avis que dans la seule mesure où l’on sait pertinemment qu’elle suivra – elle aussi, à son tour – aveuglément son intérêt matériel (et accessoirement sa peur d’être rejetée) ? … – Mais peut-être bien que la fille enceinte, au fond, préfèrerait tout plaquer pour devenir une mère ! Qu’en sait-on ? En le secret d’elle-même, peut-être bien n’accepte-t-elle d’avorter que sous la contrainte familiale et sociale ? Peut-être a-t-elle peur qu’on la traite mal : comme une fainéante et une éternelle mineure, si elle arrêtait ses études ? Peut-être a-t-elle peur d’être exclue et regardée de travers à son école, si elle s’y rendait avec un gros ventre ? Peut-être n’ose-t-elle pas penser ce qu’elle pense de sa mère et par extension de la société toute entière ? A sa place, dans sa position vulnérable, et sans éducation politique digne de ce nom, oseriez-vous ?

Songez-vous que ces filles, qu’on destine – mais que c’est ironique ! – à être des « femmes libérées » sont en l’espèce rendues semblables à des esclaves antique, car la réalité de leur situation est qu’elles ne gagnent pas assez d’argent elles-mêmes pour qu’on les consulte sérieusement au sujet de leur propre droit à engendrer et à fonder une famille ? …

Maintenant ajoutez ce petit détail qui tue : la mère est généralement mue en-dessous de tout cela, par une peur panique de se voir vieillir – de devenir grand-mère – en laissant sa fille grandir et devenir adulte à son tour… Ajoutez ce petit point de détail et là, je pense que vous avez en main de quoi dresser un joli petit panorama de l’abjection dont il est question ici.

.

LE DROIT A L’AVORTEMENT ICI N’EST MEME PAS REMIS EN CAUSE

Par souci de clarté, je précise que je suis personnellement contre l’interdiction systématique de l’avortement. Plus encore, je vous le dis sincèrement, si j’avais été enceinte d’un trisomique, je ne sais pas si je l’aurais gardé. Je pense juste que l’avortement est une pratique lourde d’implications morales, inquiétante car de nature eugéniste, et qui en tant que telle, ne doit certainement pas être prise à la légère, et nécessite d’être strictement encadrée. Notamment parce que sa banalisation pourrait aisément donner lieu à des dérives fascistes.

Le droit à l’avortement ici n’est même pas remis en cause. Simplement, ce que j’aimerais qu’on interroge, ce sont les critères de sélection mis à l’honneur dans notre société au moment de décider de qui doit vivre et de qui ne le doit pas.

Si l’on ne voit pas qu’on sacrifie trop souvent sa progéniture à venir, en Occident, parce qu’on n’a pas encore rassemblé autour de soi toute la panoplie consumériste du « bon parent » en situation familiale idéale, selon l’avis de la Confédération Internationale des Boutiquiers, d’Uncle Ben’s, de L’Association pour sa Santé Bucco-dentaire, de Cosmopolitan, de Maison&Travaux, et d’après les diverses fictions tendance qui nous vantent un certain « standard » de vie à crédit, alors on ne voit rien.

Le fait est que ceux qui avortent sont trop souvent ceux qui précisément ne le devraient pas, et cela pour une raison qu’il est très facile d’expliquer tant elle coule de source. Je l’emprunte à Nietzsche, quand il se faisait la réflexion suivante au sujet de la peine de mort (reformulation de mémoire) :

Si un homme voulait mourir sur l’échafaud parce qu’il se jugeait indigne de la vie, alors sans doute cet homme-là serait-il celui qui paradoxalement mériterait le moins une telle punition.

Selon la même logique, avorter parce qu’on pense que l’on ne parviendra pas à rendre son enfant heureux, c’est encore posséder le souci de rendre son enfant heureux – et même dirais-je, le posséder à un très haut degré, à un degré nettement plus haut que la moyenne… Or, vouloir de toute force rendre son enfant heureux, c’est tout ce que l’on demande à un bon parent. On ne lui demande pas de faire de promesses à ce sujet, ni même d’apporter des gages de sa réussite. Ni surtout d’être en mesure d’acheter à l’enfant tout ce que l’enfant veut. Un parent qui se retrouve ruiné, à faire des ménages, pour nourrir son enfant, se retrouve sans doute par-là même en situation de transmettre à cet enfant une sagesse importante, au moins il lui donne un exemple très beau et très convainquant, concernant le sens de la vie et plus encore le sens du Devoir. Personne au-delà de ça n’a jamais trouvé la recette infaillible pour fabriquer un homme heureux.

Je conçois par exemple très bien qu’une jeune fille violée veuille avorter, et je ne me hasarderais jamais pour ma part à prétendre qu’il faille absolument le lui interdire : cela doit être vraiment très difficile d’élever dignement le rejeton d’un traumatisme, d’une terrible colère et d’un profond dégoût. Cet état de fait ne m’empêchera jamais pour autant (bien au contraire, même) d’admirer la femme qui possède la force en elle, la force d’amour gigantesque, pour faire une telle chose, c’est-à-dire pour ne pas se venger sur l’enfant du violeur, du violeur lui-même. Car il en va ainsi de toutes les grandes choses : elles ont toutes été, à un moment donné, statistiquement parlant, en plus grand péril que les choses « petites » et « ordinaires », de ne pas être.

89463688_o

La Bruyère Quantique

Oh là là ! Comme c’est nouveau et comme c’est croustillant ! Je viens de découvrir quelque chose dont je pense que personne n’avait jamais parlé avant moi ! Jean de la Bruyère, alors qu’il traitait du Bon Dieu, a eu une intuition géniale concernant la physique quantique et je suis sans doute la première à la relever ! Attendez-voir que je vous la retrouve… C’était à la fin de ses Caractères, dans son chapitre des Esprits Forts. Mais peut-être ne savez-vous pas ce qu’est un esprit fort ? Attendez, je vais vous copier-coller la définition de ce terme selon l’auteur lui-même :

Les esprits forts saventils qu’on les appelle ainsi par ironie ? Quelle plus grande faiblesse que d’être incertains quel est le principe de son être, de sa vie, de ses sens, de ses connaissances, et quelle en doit être la fin ? Quel découragement plus grand que de douter si son âme n’est point matière comme la pierre et le reptile, et si elle n’est point corruptible comme ces viles créatures ? N’y atil pas plus de force et de grandeur à recevoir dans notre esprit l’idée d’un être supérieur à tous les êtres, qui les a tous faits, et à qui tous se doivent rapporter ; d’un être souverainement parfait, qui est pur, qui n’a point commencé et qui ne peut finir, dont notre âme est l’image, et si j’ose dire, une portion, comme esprit et comme immortelle ?

Le docile et le faible sont susceptibles d’impressions : l’un en reçoit de bonnes, l’autre de mauvaises ; c’estàdire que le premier est persuadé et fidèle, et que le second est entêté et corrompu. Ainsi l’esprit docile admet la vraie religion ; et l’esprit faible, ou n’en admet aucune, ou en admet une fausse. Or l’esprit fort ou n’a point de religion, ou se fait une religion ; donc l’esprit fort, c’est l’esprit faible.

En attendant ma révélation de l’incommensurable génie précurseur de La Bruyère, vous prendrez bien une petite mise en bouche… C’est qu’il est nécessaire de contextualiser le véritable miracle dont je veux vous faire profiter… Je ne peux pas vous livrer ma trouvaille, comme ça, de but en blanc, il faut que vous compreniez un peu l’état d’esprit dans lequel se trouvait l’auteur au moment où l’illumination lui est tombée sur la tête. Car voici une étrange vérité : La Bruyère était en veine de bondieuserie au moment où la Révélation lui est venue :

Je ne sais si ceux qui osent nier Dieu méritent qu’on s’efforce de le leur prouver, et qu’on les traite plus sérieusement que l’on n’a fait dans ce chapitre : l’ignorance, qui est leur caractère, les rend incapables des principes les plus clairs et des raisonnements les mieux suivis. Je consens néanmoins qu’ils lisent celui que je vais faire, pourvu qu’ils ne se persuadent pas que c’est tout ce que l’on pouvait dire sur une vérité si éclatante.

Il y a quarante ans que je n’étais point, et qu’il n’était pas en moi de pouvoir jamais être, comme il ne dépend pas de moi, qui suis une fois, de n’être plus ; j’ai donc commencé, et je continue d’être par quelque chose qui est hors de moi, qui durera après moi, qui est meilleur et plus puissant que moi : si ce quelque chose n’est pas Dieu, qu’on me dise ce que c’est.

Peutêtre que moi qui existe n’existe ainsi que par la force d’une nature universelle, qui a toujours été telle que nous la voyons, en remontant jusques à l’infinité des temps. Mais cette nature, ou elle est seulement esprit ; et c’est Dieu ; ou elle est matière, et ne peut par conséquent avoir créé mon esprit ; ou elle est un composé de matière et d’esprit, et alors ce qui est esprit dans la nature, je l’appelle Dieu.

Peutêtre aussi que ce que j’appelle mon esprit n’est qu’une portion de matière qui existe par la force d’une nature universelle qui est aussi matière, qui a toujours été, et qui sera toujours telle que nous la voyons, et qui n’est point Dieu. Mais du moins fautil m’accorder que ce que j’appelle mon esprit, quelque chose que ce puisse être, est une chose qui pense, et que s’il est matière, il est nécessairement une matière qui pense ; car l’on ne me persuadera point qu’il n’y ait pas en moi quelque chose qui pense pendant que je fais ce raisonnement. Or ce quelque chose qui est en moi et qui pense, s’il doit son être et sa conservation à une nature universelle qui a toujours été et qui sera toujours, laquelle il reconnaisse comme sa cause, il faut indispensablement que ce soit à une nature universelle ou qui pense, ou qui soit plus noble et plus parfaite que ce qui pense ; et si cette nature ainsi faite est matière, l’on doit encore conclure que c’est une matière universelle qui pense, ou qui est plus noble et plus parfaite que ce qui pense.

Je continue et je dis : Cette matière telle qu’elle vient d’être supposée, si elle n’est pas un être chimérique, mais réel, n’est pas aussi imperceptible à tous les sens ; et si elle ne se découvre pas par ellemême, on la connaît du moins dans le divers arrangement de ses parties qui constitue les corps, et qui en fait la différence : elle est donc ellemême tous ces différents corps ; et comme elle est une matière qui pense selon la supposition, ou qui vaut mieux que ce qui pense, il s’ensuit qu’elle est telle du moins selon quelquesuns de ces corps, et par suite nécessaire, selon tous ces corps, c’estàdire qu’elle pense dans les pierres, dans les métaux, dans les mers, dans la terre, dans moimême, qui ne suis qu’un corps, comme dans toutes les autres parties qui la composent. C’est donc à l’assemblage de ces parties si terrestres, si grossières, si corporelles, qui toutes ensemble sont la matière universelle ou ce monde visible, que je dois ce quelque chose qui est en moi, qui pense, et que j’appelle mon esprit : ce qui est absurde.

Si au contraire cette nature universelle, quelque chose que ce puisse être, ne peut pas être tous ces corps, ni aucun de ces corps, il suit de qu’elle n’est point matière, ni perceptible par aucun des sens ; si cependant elle pense, ou si elle est plus parfaite que ce qui pense, je conclus encore qu’elle est esprit, ou un être meilleur et plus accompli que ce qui est esprit. Si d’ailleurs il ne reste plus à ce qui pense en moi, et que j’appelle mon esprit, que cette nature universelle à laquelle il puisse remonter pour rencontrer sa première cause et son unique origine, parce qu’il ne trouve point son principe en soi, et qu’il le trouve encore moins dans la matière, ainsi qu’il a été démontré, alors je ne dispute point des noms ; mais cette source originaire de tout esprit, qui est esprit ellemême, et qui est plus excellente que tout esprit, je l’appelle Dieu.

En un mot, je pense, donc Dieu existe ; car ce qui pense en moi, je ne le dois point à moimême, parce qu’il n’a pas plus dépendu de moi de me le donner une première fois, qu’il dépend encore de moi de me le conserver un seul instant. Je ne le dois point à un être qui soit audessus de moi, et qui soit matière, puisqu’il est impossible que la matière soit audessus de ce qui pense : je le dois donc à un être qui est audessus de moi et qui n’est point matière ; et c’est Dieu.

On a l’habitude de croire que les réflexions des philosophes d’avant l’ère industrielle et le Magazine Science&Vie, lorsqu’elles portent sur des questions relatives à la physique, à l’astronomie ou aux sciences en général, sont forcément périmée et caduques. Cela revient un peu à croire que pour penser l’espace et le temps, il faut être tenu informé à l’heure près des progrès de la discussion universitaire internationale sur la Théorie de la Relativité. Les gens se font ainsi une idée très « peuple » des choses de l’esprit : totalement inféodée à la matière. Pour « les_gens », voyez-vous, il aurait fallu attendre je ne sais quel numéro du bulletin mensuel de l’office national des eaux-et-forêts pour affirmer que : « L’on ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve. » Pour « les_gens », l’idée selon laquelle le corps ne serait qu’un « véhicule terrestre », doit dater des débuts de l’automobile. On pourrait écrire un recueil entier rien qu’avec des boutades de ce type.

Quand j’étais petite, je me souviens qu’un jour ma mère m’a dit quelque chose comme cela : « L’univers n’est pas infini, à présent c’est prouvé. Il paraît même qu’il serait en expansion ». Je me souviens si nettement l’invincible sentiment d’absurdité que cette affirmation a rencontré dans mon cœur d’enfant, je m’en souviens si nettement que je le ressens encore quand je relis cette phrase… J’avais pourtant demandé à ma mère si l’on parlait bien ici de l’Univers dans sa totalité. Elle m’avait réaffirmé que oui. « Le Grand-Tout est en expansion. » Je crois que je m’étais mise à rire : « Non, vraiment ? Sans blague? »

Par la suite, peut-être pour dédramatiser cette idée nouvelle, terriblement décevante, terriblement triste, selon laquelle il y aurait eu dans le ciel éloigné moins d’étoiles qu’on ne le croyait, et que l’espace autour de nous n’était qu’une sorte de colimaçon qui se mordait la queue et n’avait nullement des proportions infinies, je m’étais inventée un nouveau jeu. Je jouais à l’époque avec un petit château de poupées Polly Pocket et un sac de billes. [Ces poupées-là sont des miniatures, et leur château était à peine plus grand que ma main. Le moindre tapis persan à motif se transformait pour elles en forêt vierge, avec  pyramides inca et labyrinthes, un circuit de petites autos devenait une rocade d’autoroute et avec une boite de Lego vous leur construisiez New-York.] Pour me venger de notre univers qui depuis qu’il était /fini/ ne me semblait plus si grand que ça, j’avais décidé que chacune de mes billes serait désormais un univers semblable au nôtre, avec ses quelques milliards d’étoiles, et que mon sac de billes (un gros sac, avec pleins de billes, de toutes les couleurs et de toutes les tailles) représenterait l’étendue réelle du territoire de mes petites poupées. Grâce à ce stratagème, mes petites poupées allaient enfin régner sur un royaume véritablement grand !

Le fond de mon sentiment blessé au sujet de l’Univers fini, le voilà. Si, en parlant de « l’Univers », on parlait de la totalité de ce qui existe, il était largement aussi inconcevable pour l’esprit humain de se le représenter comme une somme de matière finie, que de se le représenter comme un espace infini. Autant l’infini est une notion qui échappe très-certainement à nos possibilités de représentations mentales  [quoique, lorsque le cœur songe à ses propres plus grandes détresses, à certains abîmes de la bêtise humaine, au caractère irrécupérable de certaines fautes, à l’abjection inouïe de la plupart des injustices.. etc., quoique dans des cas comme ceux-là, le cœur puisse se faire de l’infini une représentation relativement concrète]… Autant l’idée d’un ensemble de tous les ensembles qui serait lui-même semblable à une boite – en ce qu’il serait fini – mais qui contrairement à une boite ne pourrait être contenu par rien, pas même par du rien, alors là !… Là on touchait à une aporie de qualité première ! La notion d’infini à côté de cette image impossible-là, faisait figure à mes yeux de solution de simplicité.

Dire à propos d’un univers qui aurait été « tout », tout en étant fini, c’est-à-dire qui se serait auto-appartenu, qu’il aurait eu une certaine taille, un certain poids, et une certaine forme… dire cela équivalait pour l’enfant que j’étais à prétendre que notre réel n’était qu’une sorte de boite d’illusionniste, de prison maligne… cela revenait à dire que nous, esprits humains « virtuellement » libres, étions en réalité prisonniers dans le réel d’une sorte de super-structure absurde bâtie selon un principe comparable à celui qu’on voit illustré dans cette gravure d’Escher :

escher

Mais revenons à notre La Bruyère. Ce que je voulais dire, c’était qu’il fallait le lire avec sérieux et respect lorsqu’il nous parlait de Sciences Physiques. Car La Bruyère ne nous parle pas de Science Physiques à seule fin de nous parler de Science Physique. Il utilise en les Sciences Physiques l’un des nombreux motifs que la nature nous offre pour donner consistance et support à cette chose supérieure, souveraine et néanmoins immatérielle et intemporelle qu’est la pensée.

[…]

Je me les représente tous ces globes, ces corps effroyables qui sont en marche ; ils ne s’embarrassent point l’un l’autre, ils ne se choquent point, ils ne se dérangent point : si le plus petit d’eux tous venait à se démentir et à rencontrer la terre, que deviendrait la terre ? Tous au contraire sont en leur place, demeurent dans l’ordre qui leur est prescrit, suivent la route qui leur est marquée, et si paisiblement à notre égard que personne n’a l’oreille assez fine pour les entendre marcher, et que le vulgaire ne sait pas s’ils sont au monde. O économie merveilleuse du hasard ! l’intelligence même pourraitelle mieux réussir ? Une seule chose, Lucile, me fait de la peine : ces grands corps sont si précis et si constants dans leur marche, dans leurs révolutions et dans tous leurs rapports, qu’un petit animal relégué en un coin de cet espace immense qu’on appelle le monde, après les avoir observés, s’est fait une méthode infaillible de prédire à quel point de leur course tous ces astres se trouveront d’aujourd’hui en deux, en quatre, en vingt mille ans. Voilà mon scrupule, Lucile ; si c’est par hasard qu’ils observent des règles si invariables, qu’estce que l’ordre ? qu’estce que la règle ?

Je vous demanderai même ce que c’est que le hasard : estil corps ? estil esprit ? estce un être distingué des autres êtres, qui ait son existence particulière, qui soit quelque part ? ou plutôt n’estce pas un mode, ou une façon d’être ? Quand une boule rencontre une pierre, l’on dit : « c’est un hasard » ; mais estce autre chose que ces deux corps qui se choquent fortuitement ? Si par ce hasard ou cette rencontre la boule ne va plus droit, mais obliquement ; si son mouvement n’est plus direct, mais réfléchi ; si elle ne roule plus sur son axe, mais qu’elle tournoie et qu’elle pirouette, concluraije que c’est par ce même hasard qu’en général la boule est en mouvement ? ne soupçonneraije pas plus volontiers qu’elle se meut ou de soimême, ou par l’impulsion du bras qui l’a jetée ? Et parce que les roues d’une pendule sont déterminées l’une par l’autre à un mouvement circulaire d’une telle ou telle vitesse, examinéje moins curieusement quelle peut être la cause de tous ces mouvements, s’ils se font d’euxmêmes ou par la force mouvante d’un poids qui les emporte ? Mais ni ces roues, ni cette boule n’ont pu se donner le mouvement d’euxmêmes, ou ne l’ont point par leur nature, s’ils peuvent le perdre sans changer de nature : il y a donc apparence qu’ils sont mus d’ailleurs, et par une puissance qui leur est étrangère. Et les corps célestes, s’ils venaient à perdre leur mouvement, changeraientils de nature ? seraientils moins de corps ? Je ne me l’imagine pas ainsi ; ils se meuvent cependant, et ce n’est point d’euxmêmes et par leur nature. Il faudrait donc chercher, ô Lucile, s’il n’y a point hors d’eux un principe qui les fait mouvoir ; qui que vous trouviez, je l’appelle Dieu.

Si nous supposions que ces grands corps sont sans mouvement, on ne demanderait plus, à la vérité, qui les met en mouvement, mais on serait toujours reçu à demander qui a fait ces corps, comme on peut s’informer qui a fait ces roues ou cette boule ; et quand chacun de ces grands corps serait supposé un amas fortuit d’atomes qui se sont liés et enchaînés ensemble par la figure et la conformation de leurs parties, je prendrais un de ces atomes et je dirais : Qui a créé cet atome ? Estil matière ? estil intelligence ? Atil eu quelque idée de soimême, avant que de se faire soimême ? Il était donc un moment avant que d’être ; il était et il n’était pas tout à la fois ; et s’il est auteur de son être et de sa manière d’être, pourquoi s’estil fait corps plutôt qu’esprit ? Bien plus, cet atome n’atil point commencé ? estil éternel ? estil infini ? Ferezvous un Dieu de cet atome ?

.

Eh voilà ! C’était court mais intense, n’est-ce pas ? Ce sera tout pour aujourd’hui. J’espère que vous avez saisi dans ce dernier paragraphe où se trouve le parallèle involontaire avec la « logique » quantique. Si ce n’était pas le cas, ce n’est pas grave. La Bruyère n’en perd pas son intérêt pour autant. A vous les studios ! :)