Reprise en mode mineur de tout ce qui a été précédemment développé

Tiens, c’est marrant, on ne la voit plus, elle…

Elle faisait des jingles sur Canal, non ? M’a toujours été sympathique cette gonzesse…

Quand on parle du sang de l’oie répandu sur la neige, hein…

Je sais pas comment cette image vous parle, mais elle parle, c’est un fait.

***

Il faudrait trouver le « canal », la fréquence, sur laquelle sonne la Vérité… apprendre à reconnaître cette fréquence, comme le chien reconnaît l’appel de son maître… et trouver le moyen de ne communiquer entre nous que dans cette tonalité-là.

Il y a parfois des athées dont la voix « sonne » juste, et même plus juste que celle de bien des prêtres…

Il y a évidemment des athées fort bons et fort loyaux, et qui ont tout à apprendre aux mystiques. C’est un fait.

Pourquoi moi, qui suis allée jusqu’au délire dans la foi, jusqu’au sommet de ce qu’on appelle l’accès de mysticisme, pourquoi moi ne jetais-je pas les athées aux ordures ? … pourquoi cherchais-je donc à penser aussi l’athéisme ? … Mais la question suppose la réponse ! … Mais c’est la preuve-même de mon désintéressement dans la recherche de la Vérité !

***

La vérité est si obscurcie en ces temps et le mensonge si établi, qu’à moins d’aimer la vérité, on ne saurait la reconnaître.

Blaise Pascal / Pensées

***

Pourquoi dit-on des Goncourt qu’ils furent des précurseurs du naturalisme ? Parce qu’à l’origine le naturalisme – dans leur esprit -, c’était ça :

Lundi 3 juin 1889, Journal :

Oui, c’est positif : le roman, un roman tel que FORT COMME LA MORT (de Maupassant), à l’heure actuelle n’a plus d’intérêt pour moi.  Je n’aime plus que les livres qui contiennent des morceaux de vie vraiment vécue et sans préoccupation de dénouement, et non arrangée à l’usage du lecteur bête, que demandent les grandes ventes… Non, je ne suis plus intéressée que par les dévoilements d’âme d’un être réel, et non de l’être chimérique qu’est toujours un héros de roman par son amalgame avec le mensonge et la convention.

Inutile de préciser que les tenants officiels du Naturalisme qu’on fait lire dans les écoles ont trahi l’idée première du mouvement telle qu’elle a été définie par leurs maîtres… Les Goncourt (et surtout Edmond qui vécut le plus longtemps) sont des maîtres qui ont tant et tant été enviés de leur vivant par leurs rejetons nombreux, que ces derniers (à l’exception peut-être de Jules Renard qui les appelle les « Papas » dans son Journal) ne leur ont même pas fait la politesse de témoigner après leur mort, à la postérité, de tout ce qu’ils leur devaient. Zola par exemple les a plagié cent fois, et a fait à partir d’idées qui n’étaient pas souvent à lui, une œuvre essentiellement de nature racoleuse et commerciale, mais aujourd’hui on ne s’en souvient plus. Quand la Postérité (en laquelle les Goncourt avaient encore la naïveté d’avoir la foi) est une chienne pareille pour des Grands Hommes, on a l’impression que la mort les fait mourir deux fois : de corps et d’esprit.

***

SANS TRANSITION :

Regardez ce que je notais déjà en février 2014 :

https://raiponces.wordpress.com/2014/02/20/enc-oui-mais-avec-tendresse/

Qu’on m’appelle monomaniaque si l’on veut.

***

Ca c’est un petit cadeau pour A Moy Que Chault :

Allez fais pas de bétises, y’a plein d’gens qui t’aiment… Tiens, XXXXXXX, elle croyait qu’il était impossible d’entrer en communication avec toi, et que j’étais folle de prétendre pouvoir le faire… Elle en pinçait grave pour les productions de ton esprit… au point même où elle ne voulait pas croire que tu puisses être vraiment laid en écrivant aussi bien. Chacun il a bien ses propres souffrance silencieuses, mon petit pote. ^^

***

On m’a dit un jour : « Il y a des auvergnats qui sont feuges »,

… mais pourquoi n’y aurait-il pas des feuges qui seraient devenus auvergnats ?

Pur génie, lol !

Publicités