Je dis, Mônsieur !

Publicités

Elitisme vs. Tyranie du nombre – (variations)

 

.

tumblr_lxnre4Z84h1qdvmru

AUTISME

Il suffit de faire une recherche sur les symptômes autistiques, pour découvrir qu’à présent l’autisme n’est plus seulement l’apanage d’une poignée de demi-légumes et de grands malades. Grâce au syndrome dit d’Asperger, on en trouve maintenant qui sont rock-star ou surfers sponsorisés par Quicksilver. De toute évidence l’autisme s’est démocratisé. Plus encore, je crois qu’on peut dire qu’il est devenu /tendance/… Les mères hipster se pressent chez le psychiatre dans l’espoir qu’il diagnostique leur enfant ! Muni d’un diagnostic d’Asperger, un gosse normal un peu en retard devient comme par magie une sorte de diamant brut que l’on se doit absolument d’apprendre à tailler. C’est le moyen pour les ambitieuses d’éviter jusqu’à la pensée d’avoir engendré un être ordinaire. Avoir un enfant différent est aussi une astuce comme une autre, à l’heure où les femmes sont sommées de devenir, comme les hommes, des Stakhanov de synthèse – pour celles qui n’ont pas encore la vocation de mères indignes – de revaloriser socialement leur désir de passer un peu plus de temps que la moyenne à pouponner. Idem pour les jeunes gens sans avenir qui auraient pu en avoir un. Aujourd’hui on n’est plus un geek-à-sa-maman qui sent le renfermé et la sueur – ça ne se fait plus, ça madame – on est un surdoué en bourgeon, qui vit dans son « palace mental » et qui n’arrive malencontreusement pas à éclore. Il faut positiver. On n’est plus un petit-bourgeois psychorigide, aux yeux rivés sur un labeur répétitif quelconque, rempli de petites idées étriquées et de préjugés matérialistes, on est quelqu’un qu’un mal secret et mystérieux empêche de s’épanouir comme il devrait, en un mot un génie qui s’ignore. En toute simplicité.

Des U.S.A nous vient la vogue des maladies mentales pour-tous. Des psychiatres américains augmentent actuellement chaque année une sorte de néo-dictionnaire pseudomédical  – le DSM IV, ouvrage en ligne – qui s’acharne à ranger l’intégralité des caractères humains possibles-et-imaginables dans de petites cases pathologiques. Ce que nous appelions auparavant, tout simplement, « la personnalité », est devenu dans l’esprit de ces gens : « les troubles de la personnalité ». On suppose alors qu’un individu sain serait totalement dépourvu de personnalité… Une enveloppe vide, souriante, sans peurs et sans reproches… Un psychotique, peut-être ? On n’arrive même plus à se représenter intellectuellement ce que pourrait être un homme sain, désormais. Mais le fond de l’affaire, le voilà : c’est qu’aujourd’hui plus personne n’a le droit de prétendre être un homme sain ; ce serait discriminant à l’égard de ceux qui ne le sont pas, comprenez-vous.

Le docteur Knock n’aurait pu imaginer qu’un jour les médecins auraient à leur disposition un outil pareil, même dans ses rêves les plus fous. Quand le personnage de fiction créé par Jules Romain disait : « Un homme sain est un malade qui s’ignore« , il s’amusait encore à faire preuve de la plus monstrueuse mauvaise foi. Comme c’est toujours le cas aujourd’hui, par exemple, du gourou Raël, il avait évidemment conscience d’instrumentaliser les peurs des gens pour garnir son compte en banque. A l’époque, on appelait cela un charlatan. Aujourd’hui, vous avez outre-atlantique des gens qui ont développé les moyens supposément scientifiques de faire gober des cachetons et de vendre des séances de soins à tout le monde, absolument tout le monde qui habite sur la terre, et personne n’ose pointer du doigt qu’il y a là trop d’intérêts financiers (et lobbystiques) en jeu pour que l’affaire soit 100% honnête.

Oh, je comprends bien les bonnes intentions qui motivent les « scientifiques » à l’origine de ces nouvelles trouvailles : leur but final est que tout le monde, et plus seulement les personnes malades, ait potentiellement accès à la compassion. Parce que la compassion soulage les peines, apaise les colères, diminue les angoisses, favorise la paix sociale, enfin.

Que plus personne ne se retrouve seul face à lui-même et à ses singularités… Que plus une seule personne différente au monde ne pâtisse de sa différence, ne se croie unique dans sa différence, mais que chacun comprenne que tout le monde est différent… que la différence est la seule norme possible. Et que toutes les personnes différentes se sachent entourée, sachent qu’elle ont quelque part des semblables, des frères, organisés en associations, qui ne demandent qu’à les accueillir en leur sein. Car ensemble les différents ne sont plus pauvres, non ; ils sont riches de leurs différences. C’est cela.

Qu’il n’y ait surtout plus un seul étrange étranger sur cette terre, mais que chacun puisse trouver et réintégrer la communauté de souffrants à laquelle, de toute éternité, il appartient. Que plus personne n’ait honte d’être anormal, que chacun comprenne que l’anormalité seule est la règle. Que toute personne en mal d’intégration sociale puisse en appeler à la vindicte des responsables qui défendent la catégorie de marginaux injustement discriminés à laquelle il appartient forcément – et si cette catégorie n’existe pas encore, qu’il lui soit donné les moyens de la créer. Que toute personne se croyant plus normale que les autres ait affaire aux lobbyistes des minorités opprimées qu’elle opprime forcément lorsqu’elle se croit au-dessus des lois qui veulent que personne ne soit au-dessus de personne… etc.

Que la prétention inouïe de l’homme qui se prétend sain et normal et qui pointe du doigt ceux qui ne le sont pas, enfin, soit écrasée comme l’ennemi n°1 de la paix sociale.

La société-de-compassion désire cela, aussi : que personne au monde ne puisse plus prétendre n’avoir pas besoin d’aide… de son aide.

Aussi angoissante soit-elle, une telle conception de ce qu’est à amenée, à terme, à devenir la société occidentale, n’est qu’une conséquence logique de la systématisation à l’échelle planétaire de la vision communautariste à l’américaine… C’est une vision idéale, pavée de bons sentiments, de nature idéologique, qui repose comme toutes les idéologies sur une utopie qui veut notre bien.

La solution finale de ces idéologues : tous les mécontents auront accès à la compassion organisée – et médicalisée – de la Matrice sociale. Il n’y aura plus de mécontents.

Vous avez un problème ? La société ne peut en être tenue pour responsable. Au contraire la société, qui est ontologiquement bienveillante, va vous aider à trouver la raison du problème en vous-même. A l’intérieur, très profondément à l’intérieur de vous-même…

Autarchy

Dans le meilleur des mondes possibles, l’Anarchie n’est plus une théorie politique, c’est une maladie.

.

Et s’il y avait un homme, un marginal – un anormal, oui si vous voulez ! – qui ne désirait pas se soigner ?

Dans ce monde-là qui est le meilleur des mondes possibles, que penser du pauvre type lambda – cet être infime & infirme, imparfait, infiniment imparfait – qui n’a pas honte de lui-même ? … qui n’ira donc jamais consulter un médecin pour devenir un idéal d‘homme moderne adapté ? … qui ne fantasme pas sur le powerman successful & bien dans sa peau ? … qui combattra plutôt les médecins qui voudront le guérir de son imperfection ?

Que penser de celui qui chérit et révère l’imperfection dans l’homme ? … qui pense qu’il faut la respecter et non pas chercher à la réduire, même par des moyens détournés ? … la révérer comme un mystère sacré, qui nous dépasse et dont la raison d’être doit fondamentalement nous demeurer impénétrable ?

Que penser de celui qui aime sincèrement être différent – qui aime la différence pour la différence (en référence à l’art pour l’art) et non être différent pour être comme tout le monde – … de celui pour qui il s’agit d’un signe de distinction, d’une fleur à sa boutonnière, et non de quelque chose qui doit inspirer la pitié, être pris en charge par des soignants ou représenter un potentiel fond de commerce ? … de celui qui préférera toujours rester foncièrement incompris de Dieu et des hommes, étranger au monde, plutôt que de finir explosé en tête de gondole dans le grand supermarché aux idées ?

Que faire de celui n’est, réellement, tellement pas comme tout le monde, qu’il n’éprouvera jamais le besoin de faire valoir aux yeux du monde le caractère d’exception qu’il porte en lui, malgré lui ? … qu’il n’aura pas le réflexe de se réclamer à corps et à cri de ce qu’il est, parce qu’il n’aura jamais éprouvé le besoin de parvenir: parce qu’il sera déjà, parce qu’il se contentera d’être ? … de celui qui ne songera pas à faire de ses blessures un argument d’auto-promotion, parce qu’un trésor intérieur n’est pas un tapin ? … ni une excuse pour ses insuffisances, parce qu’il se moquera bien d’avoir des insuffisances ? … ni à s’en justifier devant un médecin, parce que lorsqu’on n’est coupable de rien, on n’a pas à se présenter devant un tribunal ? … ni à s’en venger sur autrui, parce que de tant de bassesse sa petite fleur mourrait empoisonnée ?

Dans quel dossier classer celui qui apprécie tant de se sentir exceptionnel qu’il ne voudra jamais rencontrer ses supposés semblables, ni même admettre en avoir ?

Que faire de celui qui jugera sévèrement ses concitoyens de vouloir à tout prix guérir de leur inadaptation sociale, au lieu de se retourner intellectuellement contre une société qui, objectivement, les traite comme des idiots et des fous lorsqu’ils sont simplement pauvres, faibles et isolés ?

Dans quelle petite case communautaire, enfin, ranger celui qui préfèrera toujours fréquenter des gens qui lui posent des problèmes parce qu’ils ne lui ressemblent pas, que de former une communauté combattante avec ses supposés « semblables », c’est-à-dire des gens qui s’acharneront à toujours vouloir être d’accord avec lui et ne l’encourageront jamais qu’à suivre bêtement sa pente naturelle ? Comment traiter celui qui ne peut physiquement pas devenir communautariste, tout simplement parce qu’il ne supporte pas la compagnie des personnes qui lui ressemblent, et qu’il préfère s’amuser à voyager aux confins de lui-même aux côtés de personnes qui le fascinent parce qu’elles constituent pour lui la véritable altérité ?

Par quel bout prendre celui qui pense qu’il est stupide et aliénant, lorsqu’on a réellement un grave problème de santé qui fait souffrir, de vouloir s’entourer d’autres personnes qui partagent le même problème non pas pour s’en débarrasser, mais plutôt pour le défendre bec et ongle – défendre le droit de ce problème à exister – à exister et perdurer et lutter contre le bien-être et la normalité ?

Et que dire alors de celui qui est convaincu que lorsque des personnes marginale gagnent à former des communautés d’autodéfense intellectuelle, cela veut dire précisément que ce ne sont pas des malades mentaux ? – En effet, un vrai malade mental est quelqu’un qui a perdu la raison : or il n’y a théoriquement aucune raison d’offrir à quelqu’un qui a perdu la raison, une tribune pour s’exprimer.

Quelle liberté d’expression, dans la Nouvelle Société Compassionnelle(TM), pour celui qui pense que les inventions du type « Syndrome Asperger » sont des armes mises par les médecins à la disposition du pouvoir, pour médicaliser un maximum de gens dont le seul défaut à l’origine était d’être prédisposés aux questionnements philosophique et métaphysiques ? Acceptera-t-on encore, dans quelques années, qu’un homme vienne dire aux militants de l’autisme-étendu, qu’il est profondément offensant de ranger des gens intelligents, plus intelligents que la moyenne – des nerds, des geeks – que leur intelligence devrait normalement conduire à contester un ordre établi (a.k.a le règne sans partage des médiocres, l’égalitarisme forcené, la tyrannie du nombre), qui les ridiculise et les brime – des gens qu’au siècle dernier on aurait simplement qualifiés de poètes, de rêveurs, de penseurs, qui au M-A ou dans l’antiquité auraient embrassé la carrière monastique, seraient devenus philosophes ou ermites -, dans la case infamante des gens à qui il manque une case ?

Celui-là, dans l’Utopia qui vient, il y a des chance qu’il soit crucifié dans les règles de l’art. En vérité je vous le dis.

***

petition-sexualisation-ecole

GENDER THEORIES

Un enfant, c’est fragile. C’est un être en devenir, donc par définition pas encore totalement déterminé. Les enfants sont des individus hautement suggestionnables, relativement faciles à enrégimenter, tout simplement parce qu’ils sont à l’âge de la vie où l’on obéit encore à des maîtres…

Les enfants, mêmes s’ils donnent parfois l’impression (fausse) d’avoir la tête dure ou d’être rétifs à la discipline, en réalité sont avant tout en quête de maîtres. Ce n’est que plus tardivement (à partir de l’adolescence) que les individus en viennent se construire en contradiction avec les représentants de l’autorité. Les enfants recherchent avant tout à s’attirer la bienveillance, la protection, du représentant de l’ordre et du détenteur du pouvoir, pour la même raison qui conduit l’embryon à s’accrocher de toutes ses forces à la matrice. Ils ont besoin de recevoir les mythes fondateurs de la société dans laquelle ils vivent, pour en intégrer les codes. Ils ne sont pas encore à l’âge où l’on conteste les codes de la société, ils en sont à celui où on les acquière. Il n’y a pas à se demander si cela est bien ou mal, leur besoin d’adaptation n’est pas une question éthique, c’est une question vitale. Et même si cela doit passer par la croyance en des mensonges, ils ont besoin de partager des croyances communément partagées ; c’est pourquoi d’ailleurs on leur fait croire au Père Noël. Le temps de l’enfance est celui des vérités révélées, des convictions solides, des certitudes qui réconfortent.

N’y a-t-il pas à craindre que des idéologues, en s’emparant de l’éducation, abusent d’un tel état de fait ? – Quand on ne peut pas convaincre un peuple d’adultes, on peut encore le faire avec un peuple d’enfants. Les enfants d’aujourd’hui sont les électeurs de demain.

Cela étant, le problème majeur que posent des programmes scolaires destinés à des enfants entre 6 et 11 ans lorsqu’ils intègrent une part d’initiation à la sexualité, c’est qu’ils risquent tout simplement de perturber le développement sexuel de l’enfant. Car les enfants en âge d’aller à l’école élémentaire ne sont pas en âge d’entrer en contact avec leur désir sexuel. Ils ont mieux à faire à ce stade de leur développement, et une sexualisation trop précoce serait plutôt de nature à perturber le bon déroulement de leur scolarité. Que les enseignements qu’on leur dispense soient mensongers ou non, cela est assez secondaire, au final. Ce n’est pas le plus grave dans cette affaire. Le noyau du scandale consiste à prendre sciemment le risque d’induire des déviances et des perversions chez les petits en leur demandant d’éprouver du plaisir sexuel.

Car on ne peut connaître l’orientation sexuelle d’une personne que si l’on sait d’ors et déjà de quelle manière elle accède au désir, n’est-ce pas ? Or, avant la puberté, ces questionnements n’ont tout simplement pas lieu d’être. Encore moins sous l’impulsion d’un enseignant ! – Un être normalement constitué ne devrait être confronté pour la première fois à la question de ses préférences sexuelles qu’à l’occasion de ses premiers émois : lorsqu’il tombe pour la première fois amoureux ! Un agent mandaté par l’état pour fournir à celui-ci des données statistiques, non seulement ne devrait pas aussi facilement être habilité à enquêter sur l’intimité la plus secrète de ses jeunes citoyens – il y a là une inquisition malsaine, inappropriée, qui relève d’ors et déjà de l’abus de faiblesse lorsqu’il s’agit de l’intimité de mineurs, mise à nu dans une salle de classe, dans le cadre de la scolarisation obligatoire -, mais devrait s’abstenir purement et simplement d’employer de telles méthodes si l’emploi de ces méthodes, en elles-mêmes et pour elles-mêmes, comporte un risque majeur d’influencer les résultats.

***

ouverture-esprit1_resize

ALTRUISME

« L’ouverture d’esprit n’est pas une fracture du crâne. »

Qu’entend-on par là : un esprit ouvert ? Être ouvert à la discussion, n’est-ce pas suffisant ?

J’en connais qui sont fêlés du cigare… parfaitement ignorants des conventions sociales, absolument dépourvus de préjugés et de limites : ce sont de la chair à gourous, vous pouvez leur faire gober n’importe quoi ! Il est bien beau d’être ouvert d’esprit, encore faut-il en avoir un ! Un esprit dénué d’a-priori et de croyances est un esprit qui n’a jamais été formé pour penser. A quoi sert-il de convaincre un esprit qui ne pense pas ? A quoi sert-il de discuter avec quelqu’un qui n’a pas les moyens intellectuels de s’opposer ?

Doit-on accorder davantage à un interlocuteur que le droit d’être compris ? Et si ce que l’on comprend d’autrui déplaît, jusqu’à quel point la civilité commande-t-elle qu’on suspende son jugement ?

J’admets avoir un peu tendance à accaparer la parole lorsqu’on me la donne – c’est mon grand défaut, sans doute – cependant je crois aussi, malgré tout, être quelqu’un qui écoute. Je n’aime pas les gens a-priori, mais j’aime quand même les étudier et les comprendre. La psychologie est un art qui demande certaines prédispositions empathiques… Comment savoir écouter les gens pourrait-il changer d’un iota à mon sentiment instinctif de défiance à leur sujet ? – Bien au contraire, à mesure que je mûris et que je comprends mieux le monde, je m’en défie davantage ! Je ne crains pas de le dire : il faut se méfier des gens, et en particulier des gens en général [le particulier étant toujours infiniment moins nuisible que le général].

A présent, un peu d’honnêteté, s’il vous plait… se méfier des gens, qui ne le fait pas ? Celui qui ne le fait pas – c’est un être rare – est forcément de mon avis. Parce que chaque jour que Dieu fait, on lui donne lieu de s’en mordre les doigts ! Qu’il est dangereux d’accorder à n’importe qui la confiance aveugle qu’on n’accorde jamais, même aux amis les plus intimes, sans prendre le risque qu’ils nous exposent à la moquerie, au ridicule, à la trahison… Qu’il est périlleux d’aborder son prochain comme un proche !

On me dit que mon pessimisme m’expose à rompre toute possibilité de relation avec autrui… Toute ? Non.  – Quiconque veut se mettre à mes côtés contre les « gens en général », contre le vulgaire et le divers, le peut. La terre entière pourrait être mon amie si elle partait comme moi du principe que les gens sont des nuisibles – c’est-à-dire que nous sommes tous potentiellement des nuisibles lorsque nous nous comportons comme des moutons. Les deux paradigmes suivants, protéger le salut de son âme au moyen d’une gangue de scepticisme de bon aloi et être capable d’éprouver de l’amitié, n’ont rien à voir entre eux. Les esprits pratiques, se faisant de la nécessité de frayer avec tout le monde une idée toute utilitaire, ceux qui n’attendent rien de surhumain de la nature humaine – c’est-à-dire les mentalités machiavéliques – sont tellement plus sociables que les autres… Ô combien !

En revanche, si vous devez vous rendre sur la place du marché, la généreuse empathie, la grande miséricorde, ne sont pas forcément des atouts. Sur le champ de foire, surtout renoncez à faire valoir votre belle âme : on ne vous en donnera pas un bon prix ! Car le commerce des âmes n’est pas celui des biens.

Ayez seulement, par-devant, l’air de vous désintéresser du sort d’autrui – vous perdez l’estime des gens superficiels, qui se paient de la publicité de la bonté. Par derrière, cachez une main tendue, toujours au service de celui qui la mérite, alors soyez certain que vous vous ferez un certain nombre d’ennemis mortels. Car chez ceux qui se vantent toute la sainte journée de vouloir le bien de leur prochain, la plupart n’est là que pour le tondre. Celui qui n’est pas dans ce cas, par sa seule existence, a le pouvoir de démasquer les autres. Ces autres le sentent.

L’homme en qui il reste une flamme, un cœur en éveil, au milieu du grand capharnaüm social aliénant, pour défendre l’homme de cœur, en lui-même comme en autrui, n’est pas celui qui s’annonce et démontre sa force cachée en de vains bavardages… L’homme de grande valeur connaît rarement sa valeur, c’est le feu de l’action qui le révèle, c’est au pied du mur qu’il se relève des affronts divers qui sont son lot quotidien et ce sont ses actions dans l’histoire qui prouvent qu’il existe.

Ce en quoi je crois, en matière de politique, c’est qu’il faudrait toujours se tenir prêt à éventuellement s’interposer entre la foule et un bouc-émissaire de service, quel qu’il soit par ailleurs, et d’où qu’il vienne… Or ces saintes dispositions d’esprit ne servent strictement à rien au jour le jour, dans le monde de fourmis dans lequel nous vivons, lorsqu’il s’agit de ménager la chèvre et le chou pour s’allouer une place au soleil.

Ce sont des pesanteurs invalidantes, pour celui qui n’a pas encore sa pitance assurée, que la méfiance à l’égard des comportements moutonniers, le dédain des idées communément admises et l’amour de l’exception… Pourtant, il n’y a rien en quoi je puisse croire, si de telles valeurs ne sont plus défendues par personne.

La seule bonté qui m’importe, c’est la bonté qu’on réserve exclusivement à l’humanité qui se trouve à l’intérieur de l’homme. Et s’il doit y avoir une haine – et il doit y avoir une haine – c’est la haine de la Bête. La Bête qui est prête à surgir, toujours, et en chacun de nous. Ma conscience de ces choses est viscérale. Je ne prône pas la tolérance – puisque je ne vois pas au nom de quel idéal supérieur on pourrait me forcer à tolérer en mon prochain tout ce qui est vil et ignoble. Et si je sais que mon point de vue est le bon, c’est parce qu’il ne peut l’être que par-delà toute les idéologies.

***

Camp_ArbeitMachtFrei

TRAVAIL

« Nous mourrons intellectuellement de notre prospérité, nous nous tuons le cœur et l’âme pour avoir l’estomac plein. Or c’est la sensibilité, le moteur de l’intelligence. La raison est juste sa machinerie. Tant que nous éteindrons notre sensibilité pour nous « intégrer » à un monde du travail (=un monde social) toujours plus vide de sens, moutonnier et aliénant, et cela à seule fin de nous procurer une vie petite-bourgeoise uniquement centrée sur la consommation mesquine, nous continuerons à repousser les limites de notre stupidité. »

« Il est bien-évident que l’idée d’un gouvernement mondial apparaît tout de suite lorsqu’on se plaint du fait que l’économie mondialisée ne rencontre aucune instance de régulation supérieure à celle des nations. En cela il était totalement prévisible qu’elle s’impose aussi dans la vision/le système mental des altermondialistes d’extrême-gauche. – Sous-entendu : et pas seulement dans le cerveau (tout aussi systématiste) des libéraux de droite bon teint. »

« Ils se sont endurcis pour maintenir un niveau de vie bourgeois à leur famille, ils pourraient vendre en secret des femmes, des armes ou de la drogue, s’il le fallait, pour conserver leur appartenance à la caste des occidentaux qui partent en vacance aux Seychelles et possèdent un joli loft en centre-ville ou un pavillon de banlieue cossue avec jardin. Mais ils ne se sont pas endurcis parce qu’ils risquaient leur peau. Ils ressemblent en cela au père de la famille de Ligonnès, qui a tué sa famille lorsqu’il a perdu son emploi. Il aurait pu les emmener vivre à la cambrousse, où la vie est moins chère, envisager de donner une orange à ses gosses pour la Noël (comme on faisait autrefois quand on ne pouvait faire autrement), de perdre une partie de leurs fréquentations – faux amis de golf, de bridge et de messe. Mais il ne l’a pas fait. »

« Il est débilitant de mettre son honneur dans sa poche pour accéder – en rampant – à l’un de ces emplois de garçon-de-bureau, dépourvus d’utilité intrinsèque et de sens, dont le nouveau secteur tertiaire a le secret, et cela à seule fin de conserver un niveau de vie « middle class » – c’est-à-dire petit-bourgeois – dont le seul horizon, le seul idéal, est la consommation de denrées industrielles à la mode et la préservation des apparences de l’intégration à un certain modèle social « vu à la TV ». Je constate amèrement qu’on ne sera débarrassé de ce cauchemar-là que le jour où il sera devenu impossible à la majorité des occidentaux issus de la classe moyenne de préserver ces dites apparences… »

***

coq2

REPUBLICANISME

« Personne n’a défendu la République au point de croire que ceux qui nous gouvernent sont systématiquement honnêtes et que les élus, leur clientèle et leurs valets des médias ne bénéficient pas d’un traitement de faveur. Simplement, pourquoi les abus de l’oligarchie qui règne en France (et ailleurs) devrait-elle nous faire haïr les principes républicains ? »

« A vouloir conserver aux dépens d’autrui les petits privilèges qu’ils ont grappillé grâce à la démocratie, les roturiers d’hier qui sont l’oligarchie actuelle, chient allègrement sur la démocratie. La démocratie pour eux est un moyen de parvenir, non une fin en soi. Ce sont les parasites de la démocratie. Je n’ai jamais dit autre chose.

La démocratie est un régime qui est fait pour un peuple qui apparemment n’existe pas : un peuple qui serait composé d’individus qui feraient passer l’intérêt général devant leur intérêt propre. Si ce peuple existait, ce serait un bon régime, mais comme il n’existe pas, le régime démocratique est devenu la tyrannie du nombre. »

« Socrate le formulait ainsi : « Je suis un idéal, je suis un symbole. Je suis le citoyen idéal, et cependant non représentatif, sur lequel reposent les fondements d’Athènes, qui n’est pourtant pas une cité idéale, mais une vraie cité. Je veux donc être nourri à l’intérieur du Temple de Zeus, sur l’Acropole, à l’égal des Dieux, avec les statues. » C’était éminemment drôle. On ne sait toujours pas exactement s’il plaisantait. A quel degré il fallait prendre ses propos. On l’a tué pour ces mots.

Le christianisme doit beaucoup à Platon – lequel doit tout à Socrate. »

Montage

Ce « point de détail » de l’histoire de la déchéance de la République : le fait que l’idéologie de l’égalité a renvoyé au poubelles de l’histoire tout élitisme républicain, est à l’origine la raison principale de mon goût personnel (particulièrement prononcé) pour l’élitisme.

Je pense pour ma part que le véritable esprit républicain ne peut reposer (paradoxalement) QUE sur l’élitisme, étant donné que ce qui fonde la République, c’est la détestation des privilèges. Or les privilèges, c’est le pouvoir réservé à une caste de « fils-de », n’est-ce pas ? à des gens sans mérite individuel, qui n’ont jamais rien fait qui justifie qu’on les gratifie de tels honneurs.

Les lieux de pouvoir rendus accessibles à tous, cela ne peut vouloir dire qu’on les a rendus accessibles à « n’importe qui ». Celui qui dirige une nation ne peut être n’importe qui : c’est un élu. Le « n’importe qui » accédant au pouvoir par la grâce du Saint esprit, sans qu’on puisse questionner les raisons pour lesquelles il s’y trouve, encore une fois, du point de vue du républicain, c’est justement le Prince de droit divin. Il faut donc que contrairement au Prince, l’élu d’une démocratie le soit pour des raisons rationnelles et objectives : il faut que contrairement au roi, l’élu d’une démocratie ait MERITE sa place. La primauté donnée au mérite est en conséquence le seul fondement moral possible du régime démocratique. Et la préservation de son élitisme est la condition-même de la viabilité d’une démocratie.

C’est à cause de ça que j’ai toujours réclamé pour les autres comme pour moi-même le droit de dire : « Je suis meilleur que les autres ». Non, personne ne devrait jamais avoir honte de vouloir être meilleur que les autres. Et même s’il ne l’est pas, celui qui se vante d’une telle chose défend au moins le fait – en lui-même et pour lui-même – de vouloir être meilleur. Ce qui ne peut être mauvais en soi.

Voilà l’explication de l’image traditionnelle du « coq gaulois ». Sa fierté de vouloir être « le meilleur possible » n’est pas une question de vanité, mais avant tout de principe.

La médiocrité n’est paradoxalement pas compatible avec le système démocratique tel que les républicains originels, comme Victor Hugo, l’ont conçu. Hélas, tous les républicains d’aujourd’hui, et je dis bien tous, sont effroyablement médiocre.

Un tweet et ça repart

etre-chat-serieux1

Quelque chose qui est amusant, c’est de suivre l’enseignement d’un type qui fait l’unanimité, et pourtant de ne trouver personne pour être d’accord avec soi.

Comment je suis devenu un troll ? Sans le vouloir : en venant demander aux gens ce en quoi ils croyaient.

C’est depuis que je suis enfant que je cherche des gens qui croient en quelque chose, afin de pouvoir les interroger à ce sujet.

Avec les gens qui ne croient en rien, il n’y a pas de discussion possible. Ou alors des discussions sophistiques, de pure frime… Vides de sens.

Le moment où vous commencez à faire hurler les gens, c’est quand vous les prenez au sérieux. Tellement terrifiant, le premier degré !

Pourquoi les gens d’aujourd’hui qui prétendent faire de l’humour mais ne sont pas drôles, passent-ils leur temps à vouloir éradiquer « l’esprit de sérieux » ? Parce que sans cela, ils seraient drôles.

Vous souvenez-vous cet « esprit de sérieux » dont j’aimais tant à me réclamer autrefois ? – J’ai dû y renoncer tant je soulevais d’objections épouvantées avec ce mot. Pourtant, c’est dommage, quand on y pense… Il n’y avait rien de plus drôle !

L’humour pince-sans-rire, l’humour qui ne dit pas son nom, est pourtant le plus drôle ! De même que le sérieux qui ne dit pas son nom – qui est de la peur mais voudrait se faire appeler légèreté – est la plus sinistre chose au monde.

Je pense souvent à cette œuvre à la con, supposé chef-d’œuvre hypra-respecté du « Nouveau-Roman » et de l’Oulipo : la Disparition de G. Perec. C’est l’histoire des romanciers français du XXe qui essaient de faire de l’art contemporain comme tout le monde et qui s’aperçoivent que l’usage de la langue française en soi est une monstrueuse contrainte. Une contrainte telle qu’ils leur sera à jamais impossible de faire de l’art contemporain en écrivant français. G. Perec décide de contourner le problème en écrivant un roman où ne figurerait pas une seule fois la lettre e. Balèse. Vachement plus balèse, du point de vue technique, que de coller un carré de papier jaune sur un fond de papier jaune, ou de photographier un bidet, par exemple. Quelle ironie ! Il cherche à se libérer des règles de la langue française qui ont un sens, et ne trouve finalement qu’un seul moyen : en créer une supplémentaire, mais qui en est totalement dépourvue ! Le non-sens, sens unique de l’histoire de la course à la modernité dans les arts et les idées ? Cul-de-sac, plutôt ! Le non-sens obligatoire est une prison mentale, d’un genre plus inhumain et monstrueux, en matière de prison, que tout ce qui jusque-là avait pu être créé. Modernité mon cul.

Ce n’est pas pour rien que Soral vient de l’art contemporain et Dieudonné du comique : c’est dans ces genres-là qu’on apprend le plus vite que le premier degré est le degré le plus élevé de l’humour et que pour choquer son monde, il suffit de le prendre au sérieux.

Oui à la hiérarchie !

Andre-Malraux

Regardez-moi ça, c’est pas beau ?
Ca, c’est pas n’importe quoi madame Michu,
c’est un intellectuel en-ga-gé, un esprit libre con-cerné !
Un héraut de la Démocrassie comme qu’on n’en fait pu !
Un grand tome. Distingué par la nation, et tout, et tout.

.

Je lis, moi-même très con-sternée – « Indignez-vous, rindignez-vous », comme disait l’autre ! -, les passages suivants sous la signature d’XP. L’article s’appelle « L’hallucinante prophétie d’André Malraux » (rien que ça) :

XP : Il n’empêche, pourtant… S’il ne s’était pas gâché la main à la politique, il aurait laissé quelque chose, il en avait les moyens. En 1974, il soutient le candidat Chaban-Delmas à l’élection présidentielle française, il explique pourquoi à la télévision,  et il tient ce discours qui donne l’impression d’avoir été  entendu en rêve:

Malraux : (…) A quoi assistons-nous depuis le début de cette campagne électorale? (…). Un candidat est un peu plus à droite, un autre un peu plus à gauche, mais nos problèmes sont ailleurs.

XP : Malraux avait compris que ces considérations de citoyens, ces débats électoraux, toute cette passion politique, c’est bon pour les peuples arriérés, qu’on n’entre pas dans l’histoire en entrant à l’Elysée.

Malraux : (…) Il est possible de résoudre les problèmes de la jeunesse en remplaçant presque intégralement le livre par la télévision, le livre gardant seulement son utilité lorsque l’enfant est chez lui(…) Il faut faire le lien entre l’utilisation permanente de la télévision et l’utilisation de l’ordinateur (…).

XP : Ici, on se pince pour y croire, on n’y croirait même pas du tout, sans les archives de l’INA, mais l’ancien ministre de la Culture du Général de Gaulle prophétise non seulement l’invention d’internet, mais aussi des MOOS

Malraux : Quoi qu’il arrive, cette transformation aura lieu. Les choses qui doivent arriver dans l’Humanité lorsqu’elles sont liées à la Technique, si on ne les trouve pas quelque part, on les trouve ailleurs. Nous pourrions changer l’enseignement dans le monde si nous décidons de le faire chez nous. Ou alors nous le ferons à la remorque des autres. »

XP : En fait, il ne prophétise rien, il dit que c’est pour demain matin, qu’il faut se mettre en piste tout de suite…pour mémoire, personne ou presque ne sait ce que c’est qu’un ordinateur, en 1974, tout au plus les mieux informés peuvent vous dire qu’il s’agit d’une grosse machine de 20 M2 utilisée par le Pentagone.

Malraux : (…) Ca veut dire, pour les enfants, s’amuser au lieu de s’ennuyer, et pour les adultes trouver le droit de quitter une pièce où l’on parle d’Histoire pour rejoindre celle où l’on parle de Physique, et si nous parlons beaucoup de liberté, cette fois, nous en parlerons en terme concret.

XP : Malraux maîtrise tellement  son sujet qu’avec trente ans d’avance, il répond aux réacs moisis de gauche et de droite qui ne manqueraient pas  de convoquer la discipline et le respect dus aux Maîtres pour continuer à faire chier la terre entière avec leurs craies, leurs blouses, leurs tableaux noirs et leur arrogance d’intellectuels plafonnés à 103 points de QI…

Malraux : Einstein m’avait dit en me montrant un petit livre parlant de lui « si l’on veut que les gens comprennent mes idées, ils ne doivent pas me lire moi, ils doivent lire ce livre ».

XP : Il savait aussi que ces andouilles feraient l’éloge de la lenteur, pour garder leur droit d’emmerder le monde, qu’ils dénonceraient la culture du zapping, la disparition de l’autorité, et chougneraient pour qu’on préserve les humanités, que les élèves coupent leurs téléphones  en classe,  comprenez qu’ils gardent  le droit  d’assommer le public avec des livres de trois kilos qui déforment le dos des enfants,  leur font comprendre dans leur chair  que le Maître, c’est le Maitre.  … Peine perdue, Malraux avait déjà tordu le cou à ses crétineries en convoquant Einstein dans ses souvenirs.

Malraux : Il ne s’agit pas de supprimer le corps enseignant, mais… Il s’agit qu’il se contente de venir en aide à ceux qui ont besoin d’être aidés.

XP : Décidemment, Malraux ne l’imagine pas, son utopie, il l’a sous les yeux,  il voit bien que c’est une chance de se débarrasser aux trois quarts de cet énorme poids mort qu’est le corps enseignant, il sait  qu’à l’issue du processus, on  remplacera 40 profs par 4 surveillants qui auront leur DEUG et seront  chargés de faire la garderie dans un énorme open space rempli d’ordinateurs auxquels seront connectés les élèves,.. Il est tellement dans son histoire, André, qu’il commence déjà à les ménager, comme on le fait avec les gens qu’on doit pousser vers la porte.

.

Bon, Malraux visionnaire… Je me dis qu’il y en a qui ont de la chance d’être nés chez les beaufs : il leur reste encore toutes les belles illusions du XXe siècle à découvrir, parce qu’il faut croire que dans le monde où on les a mis au monde, le XXe siècle est passé sans que personne ne s’en soit jamais aperçu.

.

Dans les faits, il se trouve que Malraux, ministre de la culture très « moderne » engagé par De Gaulle en 58, fait précisément partie de cette intelligentzia progressiste d’après-guerre à laquelle nous devons d’avoir entièrement réformé l’Educ’ Nat… réforme radicale devenue depuis-lors une sorte de tradition annuelle, et dont elle paye aujourd’hui les pots cassés. Les gens qui pensaient comme Malraux après-guerre, comme ils désiraient abolir définitivement toutes les tyrannies, prirent le parti de laisser derrière eux, comme un archaïsme digne des HLPSDNH, l’élitisme discriminant des « hussards noirs » d’antan – ceux-là-même qui décrottèrent nos grands-parents à coups de règles sur les doigts et de cours de morale. Ces maîtres d’écoles sévères, en blouse noire, distribuaient des bons points et des blâmes, et écartaient ceux qui n’avaient pas la tête faite pour étudier des études supérieures : dans un pays moderne, cela ne pouvait plus exister.

Ces esprits libéraux (au sens originel – synonyme de généreux – du terme libéral), gonflés de confiance en l’avenir et d’amour envers leur prochain, orientèrent la machine éducative française vers le « pédagogisme ». [Le pédagogisme n’est pas, comme chacun sait, l’art d’enseigner, mais celui « d’apprendre à apprendre ne pas avoir de maître » – je vous laisse méditer sur la grandeur d’âme des intellectuels qui ont inventé ça.] De là à la culturophobie étonnante de /celui qui faisait de la pataphysique sans le savoir/, alias Philippe Mérieu, il n’y avait plus qu’un saut de puce à allègrement franchir… avec les conséquences que l’on sait.

uqam2

Cet esprit éthéré, qui voulait de la liberté pour tout le monde et même pour les enfants – l’enfer est pavé des bonnes intentions – n’était pas un visionnaire, il était au contraire bien de son temps. C’était un sale jeune écervelé idéaliste qui croyait dur comme fer aux lendemains-de-l’Humanité-Démocratique-qui-chantent, désireux de révolutionner la pensée, le monde et l’enfance [monsieur Cohn-Bendit aussi a essayé], un jeune vaniteux « sans Dieu ni maître », de la trempe de tous les « penseurs » de 68. En cela, lorsqu’il parle si bien de l’école telle qu’elle est effectivement devenue – à savoir une vaste garderie remplie de sauvages et de garde-chiourmes sous prosac (sous prosac justement parce qu’ils n’avaient pas prévu de faire ce métier pour devenir garde-chiourmes), blindée de matériel informatique – il ne prédisait pas l’avenir, il faisait simplement partie de ceux qui étaient en train de le fabriquer.
.

***

..

La liberté pour la liberté, c’est bien beau. Mais on n’élève pas des gosses en leur laissant la liberté de foutre leurs mains sur les plaques électriques et de bouffer n’importe quoi. Ca c’est du Rousseau, de penser ça. Et Rousseau mène à Robespierre qui mène à la Révolution – NB : « faire une révolution » équivaut à accomplir un tour complet sur soi-même à 360°.

enfance

Il y a une vérité à propos des gosses – certains la trouveront laide, d’autres belle, peu importe car c’est une vérité : les gosses manifestent très fort, et ce dès le premier age, un impérieux désir d’autorité. Ils jouent avec des armes, elles grondent leurs poupées, ce qu’ils veulent savoir à propos des adultes, c’est ce en quoi ils croient et quelles sont leurs règles pour les juger. Ce qu’ils trouvent beau : un retable baroque doré, un château fort, une robe de brocard. Le beau pour l’enfant, c’est ce qui est grand, fort et riche. Pour s’en faire aimer, il ne faut pas leur demander ce qu’ils veulent mais les subjuguer. Pour les commander il faut leur montrer par l’exemple que l’on sait s’obéir à soi-même. Les enfants ont cela de bestial et de noble à la fois qu’ils accepteront toujours de suivre celui qui trace sa route – et qui la trace indépendamment d’eux – et difficilement celui qui leur demande leur avis à eux – pauvres novices – sur la marche à suivre. Il y a une vision de la justice qui n’est pas faite de commisération mais seulement de justesse – d’équité un peu salomonéenne – chez l’enfant. Lorsque les adultes autour d’eux n’assument pas leur rôle d’adultes, sous prétexte de jeunisme ou plus encore par lâcheté, ils sont capables de violence. Si les maîtres qu’on leur donne se refusent de toute force à leur transmettre leur savoir – souvent poussés par la peur secrète d’être surpassés et donc méprisés par leurs élèves – , ils tombent irrémédiablement dans la bétise ou dans la désespérance – selon leur potentiel de départ, c’est-à-dire selon les cas. Le besoin d’autorité des gosses, disais-je, est vital. Et il est la meilleure illustration qui soit du fait que l’esprit humain doit rencontrer des maîtres – ne serait-ce que pour les dépasser – et doit absolument être confronté aux règles d’une hiérarchie sociale pour se construire.

Savoir cela suffit pour battre en brèche les plans sur la comète des pédagogistes, des anti-éducation, des partisans de la liberté pour les enfants et autres disciples de Meirieu qui s’ignorent.

***

ADDENDUM

La seule question qui reste pour moi en suspens est la suivante : pourquoi s’est-on ainsi acharné à vouloir réformer l’école de fond en comble depuis la dernière guerre, était-ce réellement pour l’améliorer, ou bien pour la liquider ? Car il y a bel et bien des gens qui ont travaillé à améliorer l’enseignement, à le rendre plus intelligent, plus fin, plus humaniste – mes parents ont fait partie de ce contingent-là… Mais d’autres ont manifestement utilisé la soif de progrès des enseignants les plus idéalistes pour saper toutes les bases de l’institution scolaire – à commencer par le minimum de discipline qui était vital – jusqu’à ce qu’il n’en reste plus rien. En tous les cas, il est évident que la destruction du « mammouth » profite aujourd’hui à certaines personnes, des vautours, qui sont bien contentes que l’ascenseur social français – qui était à l’origine, soit dit en passant et tout-à-fait entre nous, une petite merveille de technologie sociale – ne fonctionne plus.

Sérieusement, que pouvait-on espérer qu’il arrive, à part une désorganisation complète du système scolaire, en envoyant tous les ans aux profs, depuis le ministère, de nouvelles directives toutes plus absurdes, poétiques et contradictoires les unes que les autres ?

Education : L’homme-chat

cool42Une gamine pose pour une marque de vêtements à l’Hôtel de la Païva (célèbre courtisane)

Les Goncourt relatent dans leur Journal que ledit lieu avait une devise : « Qui-la-paye-y-va »

SOURCE : http://style.lesinrocks.com/2012/04/24/ou-est-le-cool-cette-semaine-24/

.

Pour élever un chat, rien de plus facile… Voulez-vous lui interdire une pièce ? Surtout ne la lui fermez pas ! Au contraire, enfermez-le dedans, seul, dans le plus grand silence. Lui viendra très rapidement le désir d’un câlin ou de son goûter. Il vous suppliera bien vite de lui ouvrir ! Ensuite, lorsqu’il fera mine de vouloir à nouveau établir ses pénates dans la pièce en question durant votre absence, vous lui remémorerez cet épisode traumatisant où il y fut enfermé sans rien ni personne pour l’y distraire. Vous commencerez lentement à clore la porte, d’un geste résolu mais en prenant l’air le plus désolé : il sautera immédiatement de son perchoir et se ruera entre vos jambes, juste à temps, dans l’interstice que, mine de rien, vous lui aurez laissé.

Il en va de même, dans une certaine mesure, pour les hommes. Bien sûr, nous sommes aussi capables d’apprendre par l’exemple des maîtres que nous respectons et d’obéir positivement aux maîtres que nous craignons. En cela – et grâce à Dieu ! – en l’homme, il y a aussi du chien. Néanmoins il est à signaler que beaucoup d’enfants, lorsqu’on cherche à leur faire admettre la sagesse parentale, demeurent envers et contre tout – en irait-il même de leur vie ou de leur santé – assez peu réceptifs à la voie de la raison. Il semble parfois qu’ils fixent davantage leur conduite d’après les enseignements que leur souffle leur désobéissance…

Voici quelques illustrations amusantes de cela.

Il arrive assez souvent que des parents injustes, usant pour se faire obéir de raisonnements absurdes, d’une mauvaise foi alarmante et de procédés révoltants, stimulent chez leurs enfants un désir de justice, de clarté et d’exemplarité. Ainsi en va-t-il du Dieu de la Bible, qui n’est rien, quand on y regarde de près, qu’un abominable tourmenteur et un fieffé avare… Cependant sa mauvaise humeur, son incompréhensible méchanceté sous couvert de visées morales, ne sont-elles par la source de toutes nos plus  vertueuses colères d’humains ? De même, il arrive assez souvent que les petites jeunes filles qui ont grandi sous la coupe de mères abominables, pleines de vices et de cruauté, quand elles ont été les victimes privilégiées d’une telle cruauté, se retournent contre le vice de leur mère, et évoluent en petits anges de douceur…Il en va différemment, observais-je cependant, lorsque les filles sont dans leur enfance les petites protégées pourries-gâtées de leur démon de mère : il leur semble alors, faut-il-croire, qu’elle doivent absolument devenir capricieuses et mauvaises à leur tour pour conserver leur bien et se protéger des appétits des autres.

Suivant le même schéma, j’ai un jour rencontré (c’était dans un cours de comédie) un garçon blindé de chez blindé – tant sur le plan émotionnel que sur le plan financier – un fils d’homme d’affaires qui avait pris la suite de son père dans ses micmacs… On aurait dit une sorte de diablotin blond, c’était un hyperactif monomaniaque sautillant de la race des Claude François, à peu près dépourvu de sens moral et prêt-à-tout pour réussir… Figurez-vous qu’au lieu de me marcher dessus sans me voir comme aurait normalement dû faire quelqu’un de sa trempe et de son milieu, il éprouva d’office de la sympathie à mon endroit. Comme cela m’étonnait et que je lui fis remarquer, il m’expliqua pourquoi ; il me dit que je lui rappelais sa mère. « Ma mère est une femme dans ton genre », m’avait-il dit ; « Elle est trop gentille : elle est faible. Elle me faisait toujours la morale, mais c’est toujours elle qui s’est faite avoir dans la vie. Mon père est bien gentil de lui verser une pension alimentaire, avec ses avocats il aurait pu la laisser sans un sou et elle ne se serait pas défendue. »

Suite à cette aventure je me suis faite la réflexion suivante : les enfants ne se contentent pas d’apprendre les leçons qu’on leur donne, ils en observent aussi les effets. Car on juge un arbre à ses fruits. Peut-être n’y a-t-il rien de pire que d’élever un enfant dans un culte de la tendresse et de la justice qui conduirait coup sur coup à l’impuissance et au désastre… Un enfant préfère un parent fort que pas de parent du tout, or quand l’un de ses parents est trop faible pour lutter pour sa propre survie – ou lui apprendre à lutter pour sa propre survie, ce qui revient au même – il le ressent comme un abandon, comme une mise-en-danger de sa personne et de son avenir… C’est alors un peu comme s’il le laissait orphelin.

Dans un second temps, ce qu’il serait amusant d’observer, c’est de quelle façon lesdits enfants élevés par des parents indignes se débrouillent avec leurs propres enfants. En général ils vivent à ce moment-là de leur vie un véritable dilemme moral : vont-il élever leur enfant autrement – selon des standards nouveaux, qu’ils auront intellectuellement mis au point – et donc engendrer des personnes totalement différentes d’eux, avec des problèmes différents, qu’ils ne sauront peut-être pas résoudre ?… Ou bien vont-ils finalement reproduire l’injustice qu’ils ont subie, dans l’espoir secret de donner la vie à des personnes qui leur ressemblent ?

J’ai pour illustrer ce paradigme une anecdote piquante, lue dans le Journal des Frères Goncourt… C’est une anecdote au sujet de l’enfance de La Païva (célèbre courtisane), qui disent-ils leur a été rapportée (légèrement romancée) par Théophile Gautier.

Théophile Gautier raconte que la « Marquise de Païva », né Esther Lachmann en Russie, aurait été en réalité l’enfant naturel de sa mère juive et de Guillaume de Prusse … Elle aurait grandi cachée dans les jupes de cette femme – elle-même une courtisane rangée, ayant eu par le passé de nombreux amants… Jadis très belle, la dame en question aurait eu le visage ravagé par la petite vérole, à cause de quoi, par vanité, elle aurait fait poser du crêpe noir sur tous les miroirs de sa maison. Pour cela, la future Païva aurait grandi sans jamais voir un miroir – ni, donc, son propre visage – et par méchanceté, on lui aurait raconté toute son enfance qu’elle avait un nez affreux, « un nez en pomme de terre ». Comme elle était toute petite encore, et innocente, elle n’arrivait pas à se représenter ce que cela pouvait être qu’ « un nez en pomme de terre », alors cela l’aurait obsédée.

Par la suite, encore une fois paraissait-il pour cacher ses illustres origines, on l’avait mariée à un pauvre petit tailleur français de Moscou. Mais quand l’adolescente – la future Marquise de Païva – s’avisa que son nez n’avait en réalité pas du tout la forme d’une pomme de terre, elle se dit tout-naturellement qu’une fille cachée de Guillaume de Prusse, avec sa beauté, ne pouvait pas demeurer ainsi à coudre des chaussettes dans le ghetto plus longtemps. Peu après avoir donné un fils au pauvre petit tailleur français, elle s’en fut avec un Prince qui passait dans le coin. Après quelques temps de grande vie parisienne, quand celui-ci, ruiné, l’abandonna à son triste sort dans une chambre d’hôtel, elle prit la résolution de s’y établir « à son compte ». C’est ainsi que naquit sa vocation.

Ce qui m’amuse dans cette histoire, c’est la façon typique dont la mère juive, avec un mélange de cruauté, de mégalo et très-certainement aussi de mythomanie, a pour ainsi dire « dressé » sa fille à devenir une réplique d’elle-même.

Les fils de putes

Je peux très bien concevoir que Dieu laisse aux connards la liberté de crucifier le Christ – mais pas si les connards se figurent pour cela qu’ils sont des émissaires de la volonté divine, des bienfaiteurs de l’humanité, des prêtres sans uniforme. Si l’on laisse aux mauvais hommes la liberté de mal faire, c’est à la condition seule qu’ils soient un gibier de chasse pour ceux qui sont sur terre pour mériter leur paradis. Et il faut, il faut absolument, que les autorités chrétiennes continuent à encourager le monde à choisir la bonne voie. Car c’est là leur seule et unique fonction !

Je parle en termes techniques.

On ne manquera jamais de péché sur terre. Ce qui fait défaut par contre, par les temps qui courent, ce sont les vrais prêtres : ceux capables d’appeler un chat un chat.
.

***
.

A quel moment est-on mort pour le Siècle ? – Quand on est arrivé un peu précocement à la sagesse – c’est-à-dire quand on est parvenu au doute avant d’être parvenu à l’argent.
.

***
.

La vérité sur la prostitution, je vais vous la dire – et là je ne parle pas comme les précieux, de prostitution métaphorique ou conceptuelle, mais de bidet sale et de problèmes de capotes percées – la vérité sur la prostitution, encore une fois, et c’est comme pour tout le reste… Il y en a qui peuvent, et d’autres qui ne peuvent pas.

Ca vaut pour ça comme pour ce qui est de faire la manche… Même si vendre son corps, c’est encore plus dur que de faire la manche, quand on a été élevé pour être une personne humaine, et non un esclave ou du gibier de potence.

Une écrasante majorité des saintes martyres du calendrier sont des jeunes femmes belles qui ne voulaient pas passer à la casserole – ou du moins pas de cette façon-là.
.

***
.

« Travailler, c’est trop dur, et voler, c’est pas beau.
D’mander la charité, c’est quéqu’ chose j’peux pas faire.
Chaque jour que moi j’ vis, on m’ demande de quoi j’vis.
J’ dis que j’ vis sur l’amour, et j’espère de viv’ vieux ! »

http://www.youtube.com/watch?v=XCWIXIEizKM

.
La liberté sexuelle que rêvaient soixante-huitards, les new-age, ça n’a rien à voir avec la liberté des notables d’acheter le corps des filles d’ouvriers. Il n’y a rien de « new-age » dans ce vieux stéréotype-là.

.

reiser.

***
.

Je pourrais aider certains des «343 salopards » – du moins ceux dont le cœur n’est pas encore totalement corrompu – à y voir un peu clair dans leur fantasme du bordel à la papa… – Les femmes aussi ont leur fantasme de prostitution, et Reiser a fait un joli dessin là-dessus.

Ce à quoi ils rêvent, ce n’est pas aux putes – les putes, ce n’est pas ce qui manque de nos jours… Non, le fantasme d’un Nicolas Bedos, c’est les courtisanes… Et les courtisanes, ça, il n’y en a plus. C’est vrai. Peut-être aussi parce que les intellectuels d’aujourd’hui en grande majorité ne sont plus des gentilhommes, mais de gros dégueulasses… Et je pèse mes mots. Répugnance absolue en ce qui me concerne pour la bassesse de mœurs de ce milieu. Jamais peut-être n’est-on descendu plus bas : les Frères Goncourt qui déploraient déjà en leur temps la putisation galopante des manières de toutes les femmes de leur milieu (la haute société et les cercles littéraires), décrivent avec horreur une abjection morale chez certains de leur contemporains qui n’arrive pas à la cheville, à mon avis, de la densité d’ordure qu’il y a aujourd’hui dans le monde du spectacle et des médias – du moins d’après ce dont j’ai eu personnellement un aperçu ces dernières dix années.

L’amour courtois de la France renaissante n’a strictement rien à voir avec l’infamie du bordel du XIXe. Les crapauds de la croupissante mare littéraire française ont un peu évolué (dans le bon sens, dirais-je) depuis la fange dans laquelle se roulait Houellebecq, mais ce n’est pas encore ça. Si on veut remonter la pente de la barbarie, il va falloir embrayer la cinquième.
.

***
.

Les 343
.

LE truc c’est qu’il faut ne pas confondre putes et courtisanes… On mélange tout, là !

Zahia, la pute à l’attardé mental Ribéri-béri, déguisée en Pompadour ? Non mais allô quoi ?!

On a parmi les signataires du « Touche pas à ma pute », d’un côté des rêveurs, de jeunes romantiques, qui pensent à Sainte Marie-Madeleine, aux chansons de Brassens, à celles d’Edith Piaf, et de l’autre des gros dégueulasses, des vieilles merdes, et je pèse mes mots, qui n’ont rien, mais absolument rien du gentilhomme… Des gars qui voudraient, je ne sais pas, pouvoir acheter des gamines à leur mère crève-la-dalle pour les torturer… enfin vous voyez jusqu’où ça peut aller dans les sociétés primitives où des castes supérieures ont tous les droits sur les inférieures…

Il n’y a aucune raison de s’engouffrer aveuglément dans la brèche de la putisation générale qui est la pente actuelle de notre société. Si les gens doivent absolument se vendre, au moins qu’on y mette les formes… Et rappelons-nous surtout que du simple entretien d’embauche où il faut se « faire valoir » aux yeux d’un employeur lambda, au geste technique qui consiste à baisser sa culotte au sens strict du terme et dire à un inconnu : « chéri est-ce que tu as bien nettoyé ton petit oiseau », il y a un très très grand pas – que tout le monde, encore une fois, ne peut pas franchir.

Pour se prostituer au sens propre (enfin, sale) du terme, il faut devenir un peu psychotique, ou l’être déjà, pour la simple et bonne raison qu’on est obligé pour ce faire de s’instrumentaliser soi-même comme on actionnerait un pantin, donc en quelque sorte de faire sortir l’âme du corps, de ne plus habiter en soi-même (pour y introduire quelqu’un d’autre). C’est la violence la plus grande qu’un être humain puisse s’infliger à lui-même.

Je ne dis pas qu’il ne faut pas prendre en pitié les pauvres femmes (et les pauvres hommes) qui y sont réduits, mais bon sang, on ne va pas ériger la misère comme une norme non plus !

Encore une fois ce n’est pas parce qu’il y a des pauvres marginaux qui souffrent, qu’il faut déplacer le curseur de la norme  dans les marges. D’abord ce n’est pas un service à rendre à ceux qui, avec un peu de volonté, ont encore une chance de s’en sortir. Ensuite parce que ça ne sert strictement à rien. Quel que soit l’endroit où on déplacera la norme, on créera de nouveaux marginaux.

Il faut cesser de vouloir réduire le malheur du monde de cette façon !
.

***
.

Tu veux qu’on ré-ouvre les maisons-closes ? Très bien. Mais alors de deux choses l’une, mon gars, soit tu admets que n’importe quelle femme puisse devenir une pute vérolée, et donc tu envisages que ta propre mère puisse éventuellement en être une, ce qui veut dire que désormais dans ton monde « fils de pute » ne sera plus une insulte… Soit tu déclares que tu veux bien qu’on prostitue la fille du paysan, la fille de l’ouvrier, mais pas la tienne, auquel cas, c’est clair, tu nous reconstitues une société de caste, avec de vrais bouts d’ancien-régime dedans, mais avec toi dans un trône, à la place du roi.

Le seul problème c’est que moi je ne peux accepter une société de castes qu’à la condition seule qu’elle soit dominée par des gentilshommes. Or la notre est plutôt dominée par des types de la trempe de DSK. Et DSK, c’est tout ce qu’on veut sauf une noblesse d’âme.

Moi je crois en la noblesse, parce que je sais ce que c’est. Mes arrière-grands parents travaillaient sur la terre et dans la maison des Comtes de Bourbon-Parme, donc on ne me fera pas prendre des fils de pute pour des Chevaliers de l’Ordre de la Croix de Malte.

Mon corps est une église

1134515-maria-prostituee-et-toxicomane

.

Chez A-Moy-que-chault, une réponse de simple bon sens au manifeste des 343 salauds :

.

J’ai un peu de mal à comprendre que les mêmes personnes qui s’opposent – légitimement – à la Gestation Pour Autrui en arguant que « le corps n’est pas une marchandise » et qu’il faut s’opposer à « la marchandisation de l’humain » soient si tolérantes, voir si favorables, à la prostitution et ne puissent aborder la question, par un étrange retournement mental, que sous un angle purement « libéral libertaire ». Sur ce sujet, il serait impérieux et inévitable de « laisser faire, laisser aller », et tous ceux qui ne partagent pas cet axiome sont dédaigneusement désignés comme des pisses-froid et des puritains névrosés.

Il est vrai que cela permet de jouer les affranchis à bon compte. Pourtant c’est un peu léger, car la prostitution ce n’est pas de la joyeuse gaudriole, de la gauloiserie rabelaisienne et du youp la boum dionysiaque. C’est avant tout de la misère, d’un côté comme de l’autre de l’échange commercial. Et rien que cela mérite mieux que des remarques égrillardes et des exclamations définitives du genre « ça a toujours été comme ça » et « de toute façon, on n’y peut rien ! ».

La prostitution, c’est aussi de la criminalité, des réseaux internationaux mafieux basés sur la violence, le rapt, le viol et la drogue. Une situation qui exige une réponse politique et pénal au-delà de toute considération de morale ou de féminisme. Une réponse qui passe notamment, pour être efficiente, par le retour des frontières et la le contrôle strict de l’immigration, ce que, bien sûr, une Nadaut-Belkacem ne pourra jamais reconnaître.

Evidemment, l’hypocrisie prohibitionniste du gouvernement est absurde mais l’angélisme des petits bourgeois droitards qui n’ont toujours pas fini de se tirer la nouille sur « Nana » et des images de bordels idylliques où ils pourraient croiser leur évêque, leur cousin ou leur général et tromper Marie-Amélie sans risque sanitaire – comme au bon vieux temps – est tout aussi insupportable. La prostitution est un sujet trop sérieux pour être laissé aux viragos « socialistes » tout autant qu’aux pétitionnaires médiatiques en manque de publicité.

Quand à considérer que les attaques contre la prostitution seraient des assauts lancés contre la « virilité » et ses exigences phalliques, c’est tout de même avoir une vision bien basse et maladive de ces deux concepts. Car ce qui se joue entre les cuisses des professionnelles de la vidange tarifée c’est plutôt la résolution des affres de la sous-virilité et des pulsions contrariées, honteuses ou maniaques.

La prostitution est un « fait de société » qui doit être encadré et limité par l’Etat afin de rester un « artisanat » marginal, basé, autant que faire ce peu, sur le volontariat, et non pas une nouveau « secteur d’activité économique », totalement banalisé et intégré au système libéral, simple nouvelle part de marché de l’industrie du divertissement, comme cela peut être la cas en Espagne ou en Allemagne où les « maisons closes » et autres « Eros center » ne sont rien d’autre que des usines à foutre soumises à la même logique du rendement et du stakhanovisme que n’importe quelle activité capitaliste.
.

amoyquechault.over-blog.com

.

Mon corps est une église : ce n’est pas une marchandise.

***

Ci-dessous, je vous donne à lire une apologie de la prostitution dans un journal féminin, sous la forme d’un docu-fiction racoleur. Il s’agit probablement du travail d’imagination d’un(e) pigiste désœuvré – on reconnaît le style mollasson et superficiel, façon bluette vaguement érotique. Des lecteurs s’indignent (à raison, mais sans comprendre qu’ils ont affaire à un faux) devant le récit mièvre d’une étudiante fauchée qui accueille de gentils jeunes notables en mal de tendresse dans sa chambre de bonne… Voilà le rêve des Beigbeder et compagnie : pouvoir se taper de la jeunesse parisienne désargentée et naïve pour seulement quelques bifferons. Et goûter un peu à l’innocence des filles des pauvres ! Effectivement, ça les changeraient singulièrement des petites perverses désabusées-dessalées du monde des médias auxquelles ils ont ordinairement affaire… Ces mêmes petites perverses dessalées qui invoquent dans un style mou, rose-fuschia à paillettes, de gamines immatures pourries-gâtées, un rêve décadent de désagrégation générale des mœurs, dans les journaux féminins :

http://www.madmoizelle.com/se-prostituer-66228

25 octobre 2013

N’avoir de compte à régler avec personne est sans doute une grande faiblesse. Tout comme se foutre de l’avis des crétins installés. Cela revient à se priver de deux des plus puissants moteurs de l’activité humaine : la rancoeur et l’envie. C’est d’ailleurs non seulement une faiblesse mais aussi une faute qui vous conduit au pire des crimes contemporains : l’absence d’ambition. D’ambition sociale bien sûr, il n’en existe désormais plus d’autre.

amoyquechault.over-blog.com
 

La plus belle fille du monde ne peut offrir que ce qu’elle a

princesse-fleur-de-lotus

In-nocence

Ma maman, elle a toujours été un peu idiote. Avec le temps on ne peut pas dire que cela s’arrange… Peut-être tout simplement, à cause de la disgrâce de l’âge, cela devient-il plus flagrant ? Quand elle était jeune, parce qu’elle ressemblait à une Claudia Cardinale en modèle réduit, avec son bon caractère, ses yeux rieurs, ses manières papillonnantes de lutin hyperactif, personne ne s’en apercevait. On prête aux visages enfantins, aux tempérament joueurs, bien des qualités d’esprit qu’ils ne possèdent pas. La jeunesse, la grâce, agissent comme un écran de rêve où les gens projettent toutes sortes d’effets de leur bonté. Les belles personnes, que leur charisme protège, quand elles sont douées de quelque gaieté, avancent vaille que vaille à travers les embûches, et même les humiliations occasionnelles, comme un mage passerait et repasserait à travers un miroir…  Semblables à des vaisseaux fantômes, elles demeurent ni vues ni connues parce qu’elles transforment tout à leur contact : des étrangers subitement les saluent, des avenues cachées se déplient, les carreaux des fenêtres closes leur envoient mille clins d’œils complice, de gentils chiens galeux leur demandent des nouvelles de leur santé… Même la lumière du soleil semble les éclairer plus profondément ! – Ma mère qui a toujours souffert de graves problèmes de vue, m’a souvent parlé de la lumière… Elle m’a souvent dit qu’elle avait éprouvé des émotions esthétiques intenses certains jours bénis, certains jours où ses yeux capricieux voulaient bien ne pas ternir le monde d’un voile d’opacité.

Quand le jour s’étiole enfin entre deux présages noirs, tandis qu’un ciel de sang évoque au Simple un feu de cheminée, les grands arbres noueux, veilleurs des bords de route, se penchent sur le passage des petits princes de ce monde, et leurs longs squelettes chenus apparaissent subitement amicaux et farceurs. Après cela, quand montent les Esprits, et dansent dans les ombres le souvenir des morts, au pied des anges vengeurs, à l’envers des calvaires qui font le croisement des routes, en ces lieux intermédiaires où l’homme de tête est livré au cours-bouillon de sa mémoire, quand les maigres raisons du monde ne peuvent résister au sabbat des angoisses, seule une âme particulièrement transparente peut continuer à circuler librement… ma mère qui évoluait dans les infra-sphères animales, au plus près des essences, je veux croire qu’elle était de ceux-là à qui les illusions grotesques de la nuit n’inspiraient nulle crainte…

Ma mère, c’était le genre à revenir du supermarché en disant qu’un type en caddie lui avait foncé dessus et qu’elle avait dû s’excuser à sa place : « Il est arrivé par le côté comme ça, sans crier gare, il m’a foncé dedans et devinez quoi ? Au lieu de s’excuser il m’a insultée ! – Il t’a insultée comment ça ? Mais qu’est-ce qu’il t’a dit ? – Oh je ne sais plus… j’étais tellement sonnée. Il m’a fait une réflexion sur ma coupe de cheveux. Il m’a comparée à un balais-éponge. – Il t’a traitée de balais-éponge ? Mais c’est insensé ! Mais qu’est-ce que cela veut dire ? – Je n’en sais rien. J’étais tellement sonnée, je suis restée bouche bée. Et puis alors une dame du supermarché est arrivée, c’était peut-être sa copine, elle m’a dit de lui demander pardon et qu’on en finisse. Je lui ai dit que je n’allais pas lui demander pardon, que c’était lui qui m’avait foncé dedans. Mais elle n’a rien voulu entendre, puis lui s’est mis à se plaindre auprès d’elle… moi je n’en revenais pas… »

C’est d’elle que je tiens cette faculté étrange. Nous attirons les sourires, mais nous cristallisons aussi les colères, les méchancetés, les craintes… Les gens aiment bien s’énerver après nous. Cela les soulage. Ils se soulagent, comme les chiens. Ce que je dis toujours : les pauvres, ils prennent une revanche sur la vie.

la boheme

Déniaisement

« Elle est tellement belle ta fille… Et puis elle parle bien. Je suis sûre qu’elle finira à la télé ! »
« Oh c’est toi qui a sculpté ça ? Vraiment, c’est très réussi. Pourquoi n’essaierais-tu pas d’en faire ton métier ? »
« J’adore ta façon de t’habiller. Tu as toujours tellement d’idées ! Tu devrais essayer de dessiner des vêtements. »
« Sérieux, on ne voyait que toi sur scène. Tu devrais tenter de passer le concours d’entrée du Cours Florent. »
« Je ne savais pas que tu chantais ! Pourquoi n’essaierais-tu pas de faire la Star-Ac’ ? »
« Oh toi alors, tu as tous les dons. On ne se fait aucun souci pour toi. Tu feras ce que tu voudras. Tout ce qui nous importe, à nous tes parents, c’est que tu sois heureuse. »
« J’ai vu la petite-fille de ma voisine. Sais-tu ce que c’est, son métier ? Elle agence des vitrines pour des commerces du centre-ville. Avec une petite formation, tu pourrais faire ça, toi. »
« Non c’est vrai, tu présentes bien. Et puis tu as un certain maintien. Je pense qu’ils te prendraient tout de suite comme hôtesse d’accueil. »
« Ecoute, je connais un photographe, il s’appelle Sergio. Dis-lui que tu viens de ma part, je suis sûre qu’il te fera un prix. Il fait du très bon boulot et puis je suis sûre qu’il va t’adorer. C’est quelqu’un de très ouvert, il sait reconnaître un tempérament artistique. »
« Salut ! Comment tu vas ? J’ai un plan pour faire de la figuration dans un film d’époque. C’est génial, on pourra peut-être voir Romain Duris ! Hiii ! C’est payé 50 euros de l’heure pour un simple passage devant la caméra. 100 s’ils te donnent une réplique. »
« Bonjour mademoiselle, je suis peintre à mes heures perdues. Un peintre du dimanche, quoi. Ce que j’aime faire surtout, c’est peindre des nus. J’ai déjà peint pas mal de petites étudiantes étrangères du pôle universitaire à côté. Si cela colle entre nous, nous pourrions planifier quelques séances. Attention, hein. Je ne suis pas un grand artiste, je fais ça surtout pour le plaisir… Si vous acceptez, ça doit être pour le plaisir également. »

« La Bohêmeuh ! La Bohêmeuh.. etc. » ♪

pas d'art sans liberté

Libéralisme

Je crois que ce que je trouve plus plus pathétique dans cette idéologie de la liberté qu’on nous vante, c’est qu’elle ne nous laisse plus comme liberté que celle de rentabiliser tout ce que nous savons faire, tout ce que nous faisons, tout ce que nous aimons, tout ce que nous sommes… à peine conçu, sitôt vendu ! Le concept comme le bonhomme. Le système est tellement vorace, il a tellement besoin de notre vitalité, de notre créativité, pour enrayer sa décadence, qu’il ne nous laisse même plus le moyen ni surtout le temps de développer le moindre savoir-faire, ni le moindre plaisir dans la création lorsque celle-ci est rémunérée. Or pas de créativité sans plaisir. Comment voulez-vous produire quelque chose qui vaille lorsque vous avez été sélectionné pour votre libre esprit et qu’on vous demande de faire dans des barquettes ? Tant qu’il va encore à l’école, il y a un vampire qui sommeille derrière chaque jeune à potentiel, prêt à lui fondre sur le paletot au moindre éveil du poète qui sommeille en lui, et qui lui demande de transfuser sa passion naturelle dans du marketting, de la pub ou du divertissement rapide&pas cher. Cela ne donne pas envie. La créativité a besoin de prendre ses aises, de flâner, de rigoler… de se vivre ! Le créatif n’est pas spécialement un mec qui aime créer, c’est avant tout un mec qui aime la vie ! Les gens qui ont le feu sacré non seulement sont ceux qui ne se laissent plus happer par la machine, mais plutôt que de donner de leur substantifique moelle au grand proxénétisme généralisé qui nous gouverne, ils préfèrent encore disparaître dans la nature, s’évader dans la marge, devenir Walgänger. Afin de pouvoir continuer à exercer leur liberté, paradoxalement, ils doivent dire fuck à l’idéologie de la liberté. Hier encore j’étais dans Paris. Ici encore plus qu’ailleurs, le maquereau t’attend au détour dès que tu produis le moindre début d’un morceau de quelque chose qui fait sens. Forcément, au final, comme personne n’y a plus le loisir – au sens profond du terme loisir  – d’y développer un art de vivre différent & élaboré, qui soit basé sur des idées complexes, comme plus personne n’a plus la liberté mentale d’y parler sans s’écouter parler, d’y vivre sans se regarder vivre, ne reste plus à ceux qui tentent malgré tout de suivre le mouvement pour imposer leur marque, qu’à vendre leurs corps ! La plus belle fille du monde ne peut donner que ce qu’elle a.

Du coup, forcément, Zahia&Nabila sont à la mode !

zahia-bionic-2-oosgame

Prostitution

Hier dans Paris, je regardais ce que vendaient les magasins de prêt-à-porter… Mais que j’étais navrée ! Mais que j’étais dégoûtée par l’ambiance générale… Partout des boutons dorés, des festons bling-bling, de la perlouzes, du moulant, du ras-le-bonbon, des chaussures pour fétichistes, plumes d’autruche et barbie-doll, tape-à-l’oeil vulgaire à base d’imprimés serpent, léopard, slogans provocateurs sur t-shirts féminins : « sins&lust » et autres « look-at-me »… La standardisation du business a pris des proportions extrême : toutes les grandes enseignes proposent la même merde, à tous les prix, pour toutes les bourses, donc à tous les étages de la société. Jamais vu ça. C’est la mode de la pute, c’est la mode pour Zahia&Nabila, tout est à comprendre au premier-degré, on se désinhibe jusqu’au trognon, mais cela ne concerne pas seulement la banlieusarde en quête de quéquette friquée ou la fille-à-papa qui doit soigner ses relations. Non, la bourgeoise-mère aussi est concernée. Ainsi que bobonne, madame tout-le-monde, l’institutrice, la magistrate, la boulangère, la féministe, la lesbienne, la beurette et l’africaine qui parle à peine français. Tout le monde sur le pavé, tout le monde à vendre ses avantages, à tortiller du fion en mesure ! Rythmes africains, ambiance guerrière, enfants-soldats de la putasserie.

Les grands esprits se rencontrent : AMQC vient de peindre ses impressions sur l’atmosphère qui plane sur la capitale, et elles rejoignent les miennes : http://amoyquechault.over-blog.com/les-rats-sont-dans-paris

Voilà à quoi mène une telle conception utilitariste de la liberté. Aucun geste, aucun espoir, aucun art de vivre, aucun être-au-monde, rien n’est plus gratuit dans cette société-là. Mise à mort de toute spontanéité. Il faut tout mettre à l’encan, tout faire valoir. Si tu développes une aptitude, il faut qu’elle te serve ! Si tu ressembles à quelque chose, il faut que tu le deviennes ! Ainsi nos mamans, quand nous étions petits, en nous nourrissant, en nous couvrant de baisers, nous ont allumé des étoiles dans nos yeux, nous ont mis du baume dans nos cœur… elles ont fait cela innocemment, par atavisme, par instinct, par animalité, parce qu’elles nous rêvaient une vie joyeuse, un destin glorieux, parce que nous étions leur avenir, parce qu’elles nous souhaitaient une tête bien pleine, un cœur plein d’amour, de faire de beaux rêves, et de tous les réaliser… Mais au moment d’entrer dans la vie adulte, voilà tout ce qu’il en reste ? Au moment d’entrer dans la vie active, il faudrait faire tenir tout cela dans un CV ?

Curriculum-Vitae-en-una-camiseta

Du Curiculum Vitae perçu comme une biographie

Un artiste à la mords-moi-le nœud ponds des (mauvais) portraits de pauvres gens et résume leur condition en quelques mots lapidaires : http://kitschophobe.tumblr.com/post/47784043241/depuis-quelque-temps-je-me-suis-mis-a-peindre

« Il nous a dit que s’il était parfois un peu brutal, c’est parce qu’il avait la rage de gagner » – « Avant de lui parler des résultats de son scanner, on lui a remis la charte des droits du malade » –  « Elle n’aime pas les inégalités, surtout quand elle pense que son beau-frère est plein aux as. » – « 70 heures de travail par semaine selon ses propres estimations » – « Elle anime des ateliers de speed painting ». L’ « artiste » en question explique ainsi son travail : « Certains CV peuvent faire sourire, voire rire, mais le fond de ma démarche n’est pas de faire de l’humour, ni de dénigrer ces semblables auxquels je ressemble tant. C’est plus grave : j’ai envie de faire sentir en quoi consistent réellement des vies tout entières. »

Une vie entière contenue dans un CV… Il serait judicieux d’interroger la façon dont ce pompeux imbécile emploie le terme en question. Il donne le « genre » du Curiculum Vitae pour un équivalent du genre biographique… Ce fainéant de barbouilleur n’a pas dû se trouver bien souvent en situation de chercher un emploi, croyez-moi ! – Personne en vérité ne raconte jamais sa vie entière à un employeur pour obtenir du boulot ! A moins de vouloir se mettre en ménage avec lui…  A moins vouloir à tout prix se ridiculiser… Ou bien de n’avoir jamais vécu effectivement que dans l’ambition unique de décrocher LE poste auquel on postule ! … – ce qui reviendrait à dire qu’on se soit toujours envisagé soi-même comme une sorte d’outil à usage unique (un genre de clef-à-molette ?)… – et qui sous-entendrait donc qu’on serait totalement inapte à remplir n’importe quel autre emploi (- adieu la vie si on est recalé ?). Non, le type lambda lorsqu’il écrit un Curiculum Vitae, sélectionne et biaise les informations qu’il y laisse car il cherche à atteindre un cœur de cible… car il est bien obligé de se faire passer pour un type idéal (un type idéal d’employé) qu’il n’est pas – qu’il ne peut pas décemment être, existentiellement parlant ! Le candidat doit écrire son cv comme l’acteur travaille un rôle de composition. Car l’employeur ne peut et ne doit désirer savoir qu’une seule chose : si le postulant possède ou non les qualités requises pour le poste qu’il propose. Que son futur employé aie ou non rêvé une nuit d’être un oiseau, préfère l’odeur du cambouis ou de la terre mouillée, ait réglé ou non son Œdipe, croie ou non à l’Œdipe, ou encore connaisse par cœur la moitié des Poèmes Saturniens, non seulement le regarde pas, mais le savoir ne lui serait d’aucun secours.

tumblr_ml5dsfKl331r82jimo3_r1_500

Avant elle se battait pour mériter sa place. Avant elle se donnait beaucoup de mal pour décrocher un remerciement de son employeur ou quelques œillades masculines, pour ne pas se comporter comme une mère indigne, se faire respecter de ses amies, donner le change à la voisine, répondre aux exigences supposées de ses parents… Évidemment, elle n’obtenait la plupart du temps rien de plus qu’une autre, rien de plus sans doute que si elle n’avait jamais fait aucun effort. Et même son aptitude à courber l’échine la faisait le plus souvent passer pour quelqu’un de faible – alors que paradoxalement cette aptitude était le résultat de beaucoup de travail et d’abnégation. Mais lorsqu’on lui disait que la raison pour laquelle elle se faisait marcher dessus était précisément sa quête éperdue de reconnaissance sociale, alors elle ruait dans les brancards ! Elle s’exclamait qu’il n’y avait rien de pire que de passer son temps à faire des choses en lesquelles on ne croit pas, rien de pire de que fréquenter des gens dont on n’attend plus rien, rien de pire que d’obtenir des joies et des honneurs qu’on n’a pas mérité. Elle préférait continuer à croire à la comédie sociale et professionnelle, continuer comme une rock-star à jouer cette comédie sur les rotules à sang pour sang, parce qu’ainsi elle se persuadait qu’elle irriguait de sens l’étroite destinée servile encore laissée ouverte aux gens de bien, qu’ainsi elle tenait la maison du Seigneur en bon-ordre, à bout de bras : qu’ainsi grâce à elle chaque chose était encore en place dans son foyer, et les moutons au pré broutant ! Elle préférait vivre dans la certitude que toutes ses action étaient nécessaires en atteignant constamment ses limites que d’admettre que c’était cette certitude idiote, et le fait de vivre constamment au bord de ses limites, qui l’empêchaient de les dépasser… Elle préférait son martyr ordinaire, son martyr solidaire, sa participation invisible à la chaleur du troupeau, à cette compréhension honnie de la vanité de toute chose qui, si elle avait accepté de la rejoindre par lassitude, lui aurait sans doute fait opérer un bond hiérarchique dans son travail et remonter dans l’estime de ses proches… Quand tout à coup, patatras ! Tout s’écroula ! L’équilibre fut rompu.

Tout d’un coup, un beau matin de juillet alors qu’elle se prenait encore et encore vaillamment à espérer des jours meilleurs, elle apprit qu’elle était malade, et ce depuis longtemps, et qu’il lui fallait cesser de travailler pour se soigner, qu’il lui fallait lâcher-prise… Ses rapports avec les autres en changèrent du tout-au-tout. Elle qui n’obtenait jamais rien en se tuant à la tâche, à présent qu’elle ne pouvait plus se tenir debout et donner-donner, qu’elle n’était plus là que pour recevoir les autres dans un lit, recevoir des soins, recevoir de la commisération, recevoir des chocolats, elle qui n’avait jamais jusque-là suscité la compassion de personne, devint pour la première fois de sa vie d’adulte l’objet de mille attentions dévotes. D’un coup d’un seul, on se souciait de ses humeurs, d’un coup ses sensations importaient, ses projets dans les airs faisaient soupirer quelques autres… Cela ne lui était plus arrivé depuis l’âge de dix ans. Bien des cœurs sensibles ne deviennent hypocondriaques que pour obtenir cela. Rejoindre la sensation d’être sauvé du petit garçon malade, à qui sa mère vient porter le petit-déjeuner au lit, tandis que ses camarades sont enfermé à l’école, occupés à bûcher sur un devoir particulièrement ardu.

Ah ! La sainte et sotte habitude de vouloir que tout ce que nous faisons soit rentable ! Ah la satisfaction que nous aurions à être totalement en mesure de nous auto-instrumentaliser ! Ah la petitesse, la médiocrité existentielle, l’absence d’espoirs réalisables, dans lesquels nous végétons à cause de cela.

Tous égaux dans la misère

Quelque chose est pourri dans mon royaume… Ce matin le printemps s’est levé, mais il s’est levé sans moi. Je l’avais trop attendu, je crois. Je crois que je suis morte d’impatience… Des gens se rassemblent, là-bas dans Paris, pour défendre des idées qui sont censées être les miennes. Moi je ne me reconnais pas en eux. J’ai perdu l’habitude de me reconnaître en d’autres personnes… Ces gens pourraient bien venir me voir, me démarcher, me taper dans le dos, me tendre les mains ; mon hiver fut trop rude. Un bris de verre glacé reste fiché dans mon cœur que toutes les démonstrations d’unité populaire du monde n’évacueront plus. A présent je sais ce que c’est qu’un homme seul. Et je n’arrive plus à me représenter le sens du mot fraternité. Bientôt d’ailleurs, c’en sera fait du rêve parisien – illusion grotesque et néanmoins tellement populaire, qui avait pour vertu de me rattacher encore à quelques uns de mes semblables ; parce que je n’ai pas les moyens d’y vivre décemment, je quitterai cette ville… Peut-être sera-ce le moyen de refaire au rêve une virginité.

« People are strange when you’re a stranger, people look ugly when you’re alone. »

Pourtant, Dieu sait que j’ai longtemps aspiré – comme tout le monde – à appartenir à un clan, un parti, une équipe… Le problème c’est que les gens ne se fédèrent jamais que /contre/ un ennemi commun – ennemi qu’en sport on appellera l’adversaire… Moi ce dont j’avais rêvé, c’était de la douce guerre… De mon point de vue, une amitié qui ne s’épanouissait que dans le consensus ne méritait pas le nom d’amitié. Plus encore, je n’aurais jamais voulu – paradoxalement – avoir à me battre que contre des amis. Parce que le cas contraire implique fatalement qu’on ne rencontre jamais l’autre que pour le tuer. Par mon éducation, j’étais curieuse surtout de ce qui pouvait représenter une altérité. J’avais soif de connaître l’inconnaissable… Cependant, les gens étaient ensemble avant tout pour se tenir chaud. Je pensais qu’on devait aimer par-delà le bien et le mal… pour moi l’amour n’aurait su être autre chose qu’une transcendance. Hélas, cela m’a conduite à considérer que la plupart des gens qui se fréquentaient, parce qu’ils se fréquentaient, ne s’aimaient pas.

Je me souviens quand j’étais petite, mes parents m’emmenaient dans leurs manifestations ; c’est là, je crois, que j’ai ressenti les premières secousses du mauvais esprit. C’est en ces occasions que j’ai commencé à me dissocier, non pas encore de leurs idées politiques, mais déjà d’un certain crime contre l’esthétique perpétré pour leur donner corps ; très tôt j’ai été sensible au nivellement par le bas que représentait toute activité militante. Ce capharnaüm, ces cornes de brumes, la voix de mon père qui débite d’ineptes slogans de son cru dans le phono, ma mère que les cris défigurent, et qui semble heureuse de cela, la violence effrayante du troupeau qui roule, les odeurs de brûlé, le fluo criard des banderoles… Là, il n’y a plus de tendresse, là il n’y a plus de douceur, et la Ferveur déambule mal peignée, grimaçante, arrogante, en habits de souillon…

« Ma môme, elle joue pas les starlettes, elle porte pas des lunettes de soleil, elle pose pas dans les magazines, elle travaille en usine, à Créteil. »

Ca, c’est la chanson de Ferra. L’humilité démocrassouille vaut bien l’humilité catholique. Voyez ces belles blondes naturelles, typées bretonnes ou bien schleues, qui férues d’écologie, vendent des légumes bios au marché, vivent les deux pieds dans la bouzasse au lieu de continuer leurs études, dissimulent leurs formes dans des treillis, couvrent leur gorge avec le keffieh palestinien et détériorent leur chevelure pour adopter la coupe rasta… Le sacrifice de leur beauté – leur refus tous azimuts de toute beauté – ne rappelle-t-il pas, à bien des égards, celui des saintes à peine pubères du temps jadis, qui se défiguraient et se faisaient nonne par peur que le désir des hommes ne les détourne de leur devoir envers Dieu ?
.

Le-look-treillis-d-Elle-Macpherson_portrait_300x600Le-look-treillis-d-Elle-MacphersoAprès, on me dira : c’est possible d’être sexy en treillis.
Et je répondrai, oui, la mode n’est pas seulement un art mineur,
c’est aussi l’un des outils d’aliénation majeurs de la société actuelle.
La mode, ou l’art de recycler éternellement du signifiant,
– mais sans jamais en créer –
jusqu’à ce qu’il ne signifie plus rien.

« Le beau, c’est le laid, le laid c’est le beau. Hare Krishna. »
.

J’ai connu dans ma prime enfance un petit garçon sensible et touchant, qui avait un naturel matheux – je me souviens ses yeux qui pétillaient d’intelligence et les institutrices qui en raffolaient… A ce garçon, un jour, des parents gauchistes férus de néo-pédagogie ont jugé bon de donner un petit frère noir – un petit frère adopté, importé de je ne sais quel pays en guerre, et qui avait souffert – entre autre – de malnutrition. Pendant des années durant, ces parents indignes ont refusé de voir que le « petit frère » en question, sans doute traumatisé définitivement par un début de vie atroce, était attardé mental – attardé mental, obèse et violent, par-dessus le marché ! – Ils ont également refusé que quiconque le leur fasse remarquer – mus par la peur panique d’être éventuellement conduits par cette « révélation » à devoir /discriminer/ l’un de leurs deux enfants. Quelle horreur, n’est-ce pas, aurait-ce été, de préférer l’enfant des gênes et de l’amour à celui de l’idéologie ! Mon camarade, le pauvre garçon, a dû se construire toute sa jeunesse durant dans l’idée qu’il ne valait pas mieux que son petit frère l’attardé mental noir obèse et violent – lequel, extrêmement précoce sur le plan physique, le martyrisait, causait sans cesse des problèmes dans la cour de récré, et ne parvenait même pas à apprendre à parler correctement sa langue néo-maternelle. Plus encore, il avait obligation de défendre en toute circonstance ce danger public contre les autres, et était prié de mettre ses propres désirs et besoin en veilleuse, lui qui avait pour insigne avantage d’être bien portant et de comprendre le français. L’omerta politique la plus absolue avait cours en permanence dans sa propre maison : point de répit pour lui, point de refuge en ce bas monde. Je l’ai recroisé bien plus tard : le pauvre garçon avait viré fou, il tentait avec difficulté de reprendre ses études après plusieurs séjours en HP.

Combien de familles nombreuses catho n’ont-elles pas ainsi défavorisé leurs enfants les plus beaux et les plus vifs en faveur d’un petit frère ou d’une petite sœur trisomique, qui dès sa venue au monde devenait le réceptacle indu de tout l’amour maternel, et de toute la piété de la famille ?
.

annunciatie1annunciatie2

Intéressez-vous-donc au travail de l’artiste Raoef Mamedov. Ca vaut le jus. ^^
.

J’ai bien connu une Rennaise qui suivait des cours de psycho, son truc c’était l’analyse transactionnelle, elle voulait travailler dans le social, ou bien devenir magnétiseur, elle n’avait pas encore décidé. Cheveux courts filasses, visage piercé de part en part, t-shirt XL et jean troué, elle fréquentait des graphers et des punk-à-chiens..  Elle se percevait elle-même comme une marginale mais moi je ne crois pas qu’elle agissait ainsi pour exercer une quelconque forme de liberté. S’habiller comme un clodo était plutôt à mon avis le seul moyen qu’elle avait trouvé à Renne pour se faire des amis. Elle pensait que chacun était libre de vivre sa vie comme il l’entendait mais n’aurait pour rien au monde porté les petites boucles d’oreilles en or offertes par sa grand-mère pour sa communion solennelle… Elle aurait eu bien trop peur que /Joyah/ le musicos, dealeur de beuh à ses heures perdues, qui l’avait introduite dans son crew, ne lui retire sa confiance… Parce qu’elle vivait parmi les clebs comme un clebs, sa plus grande hantise dans la vie : se voir rétrogradée symboliquement dans la hiérarchie du groupe… et conséquemment laisser le champ libre à Mèl, la nouvelle. – Mèl, ou l’éternel féminin : celle qui-sert-à-rien, celle qui fait sa chaudasse… celle qui resquille son tour d’être aimée, celle qui ne s’enlaidit pas suffisamment pour que son discours altermondialiste paraisse crédible. Dans le milieu cool dans lequel la Rennaise évoluait, des ragots circulaient comme partout ailleurs : on disait entre autre que Mèl possédait un apart’ rien qu’à elle, et qu’elle le cachait de peur que la bande ne vienne la squatter. Un jour que la Rennaise avait beaucoup bu, elle s’est promise, en présence des mecs de la tribu, de suivre un jour Mèl lorsqu’elle rentrerait chez elle, histoire d’en avoir le cœur net. Grégarité.
.

anarrelief

– Dis papa, c’est quoi ce tag sur le mur de notre maison ?
– C’est le symbole de l’anarchie, ma chérie.
– Qu’est-ce que ça veut dire anarchie, papa ?
– L’anarchie c’est le rejet de ceux qui incarnent l’ordre, c’est quand on refuse de baser les rapports humains sur de la soumission ou de la domination.
– Mais alors, papa. L’anarchie ça n’existe pas. C’est impossible !
– Oui mais non, ça dépend. Tu n’auras qu’à aller le leur expliquer.
.

J’ai bien connu également une Lorraine. Lorraine de son côté, comme son nom ne l’indique pas, n’était pas lorraine. Elle n’était pas rennaise non plus. Oh non, Lorraine était tout-bien-comme-il-faut ! Externe au collège Saint-Dominique, établissement privé, elle faisait du cheval, du piano, de la danse ; deuxième de sa classe, elle aimait autant le sport que le français… Elle plaisait bien sûr aux garçons, oui mais en toute simplicité ; jamais vulgaire, sérieuse sans excès, bonne camarade, elle était respectée des filles parmi lesquelles elle jouait un rôle moteur (vocabulaire pédagogique oblige). Toujours première sur les œuvres de charité, elle ne faisait jamais valoir son écrasante supériorité sur les autres. Ce qui était très chic de sa part, convenons-en. Un jour, en cours d’année, est arrivée dans sa classe une certaine Mélanie. Mélanie n’avait rien de commun avec Lorraine, Lorraine peina d’office à saisir à quelle catégorie de fille Mélanie appartenait – et de cela Lorraine, qui d’ordinaire était si fine psychologue, n’avait pas l’habitude… Mélanie n’était pas une mauvaise élève, Mélanie n’était pas méchante ni égoïste, ce n’était pas une fayotte, elle n’était pas réservée non plus. Elle n’était pas même dénuée de charisme ; Mélanie semblait apprécier la compagnie de ses semblables et pourtant son regard était celui d’un être solitaire. Par quel bout, donc, saisir cette enfant ? Quand on lui posait une question, sa façon de répondre avait toujours un je ne sais quoi de déstabilisant. Quand elle était au milieu des autres filles, il semblait parfois que son esprit s’absentait, elle était souvent distraite en cours, et quand on l’invitait à jouer, elle répondait de manière excessivement polie mais manquait clairement d’entrain. En revanche, quand les garçons lui parlaient, alors on voyait tout d’un coup son visage s’animer. Pourtant elle n’avait rien d’un garçon manqué. Elle leur répondait vivement en faisant de grands gestes avec les mains ; avec un air sérieux, elle les reprenait à toutes sortes de sujets, des sujets en général tous plus bizarres et rébarbatifs les uns que les autres. Elle agissait comme si elle ne savait pas que les garçons ne s’intéressaient pas aux filles pour cela. Lorraine trouvait le comportement de Mélanie hypocrite, car il était évident que les garçons ne lui adressaient la parole que parce qu’elle adoptait une attitude provocante et qu’ils avaient l’esprit mal placé. Même avec certains professeurs, en particulier avec le nouveau jeune professeur de français, il lui arrivait de susciter toutes sortes de disputes sur des points de détail, disputes fatigantes, qui retardaient l’avancée du programme, et défavorisaient ainsi les élèves en difficulté. Mélanie ne passait pas inaperçu, tout le monde s’accordait à la trouver gentille, certains disaient même qu’elle était jolie… Certains professeurs faisaient preuve d’une indulgence mystérieuse à l’égard de son tempérament rebelle et brouillon. Cependant Lorraine ne l’aimait pas. Dans le monde mental équilibré de Lorraine où chacun avait sa fonction, où chacun tenait son rôle, Mélanie n’avait aucune place, Mélanie était une aberration. Un jour, la curiosité se fit plus forte, Lorraine décida de suivre Mélanie jusqu’à chez elle pour voir où elle habitait, et dans quelles conditions. Elle découvrit alors à sa grande stupeur que Mélanie ne résidait pas comme tout le monde dans une belle maison avec jardin, mais à côté de la gare, dans le quartier de la ville le plus mal famé. Son immeuble avait une façade sale, les gens qui l’habitaient étaient laids, petits et mal habillés. Le lendemain à la récré, Lorraine entourée de ses amis et subordonnés les sermonna : « Je vous défends désormais de vous moquer de Mélanie. Vous n’êtes vraiment pas charitable avec elle. C’est une pauvre, et nous devons être charitables avec les pauvres. Parce qu’ils n’ont pas eu de chance, Dieu leur pardonne beaucoup. »
.

hermite_belle_gueuse

Clique salope !

.

Des scientifiques américains ont récemment établi que la sociabilité avait son siège dans la zone du cerveau dénommée amygdale, et que le développement particulièrement important de celle-ci chez les hommes était pour ainsi dire à l’origine-même de sa supériorité sur l’animal, dans la mesure notamment où les néandertaliens ont probablement disparu parce que chez eux cette arme-là était moins développée. Les scientifiques américains confondent allègrement capacité d’empathie et sociabilité.
Ils ont sûrement leurs raisons…

L’expérience me dit à moi que les êtres les plus sociables sont rarement les plus empathiques… Voyez combien d’histrions nombriliques sont de vraies coqueluches parmi leurs amis, ne serait-ce que parce qu’ils fédèrent le monde autour de leur nombril… Et voyez combien de personnes particulièrement sensibles aux sentiments d’autrui peinent à cause de cela à exposer leurs vues en société, à prendre la parole en public, à faire valoir leurs mérites… De même, quand on aime vraiment quelqu’un, ne devient-il pas tellement plus difficile de le juger et de s’autoriser à intervenir dans sa vie ? Pour aller au-devant d’un étranger lui offrir du pain, des conseils ou de l’aide, ne faut-il pas une certaine dose d’indifférence à son égard ? Il me semble que le plupart des gens qui font la charité préfèrent encore que leur débiteur ait une mentalité de voleur et d’ingrat, plutôt que de devoir compter avec l’aliénation affective que le fait de se trouver redevable envers autrui représente pour un individu libre et une sensibilité pudique. De même, pour pouvoir tolérer en permanence la présence d’un individu à ses côtés qu’il n’a pas choisi (comme c’est quasiment toujours le cas dans le cadre professionnel), un homme est trop souvent obligé de faire fi de ses propres ressentis intimes… La tâche lui est plus ardue encore lorsque si ce prochain est souffrant, si sa personnalité est complexe, s’il est hypersensible… Un homme qui refoule ses propres ressentis intimes, scrupules et susceptibilités, comment peut-il dès lors prêter attention à ceux des autres ? – ne pas demander à autrui d’en faire autant pour lui ? – ne pas imposer dans son sillage un silence de mort sur les choses du cœur ? Les hôpitaux et les hospices, qui sont par excellence des lieux d’accueil – où l’on est censé permettre à autrui d’abandonner toute pudeur en toute confiance – qui sont donc par définition des lieux de haute sociabilité – ces lieux où l’on est si souvent confronté à la grande douleur et misère affective de son prochain, ne sont-ils pas, par la force des choses, tenus majoritairement par des gens cyniques et endurcis ? Les médecins qui ouvrent des bides du matin au soir, les infirmières qui perfusent les mourants, les aides-soignantes qui torchent les vieux, se révèlent bien souvent capable d’une légèreté excessive vis-à-vis de tout ce qui relève du tragique, et ne se montrent sérieux pour la plupart qu’en ce qui concerne leurs divertissements. Même si les gens qui travaillent dans le social, comme on dit, sont mus à l’origine pas une capacité d’empathie supérieure à la moyenne, mieux vaut pour eux qu’ils ne la conservent pas trop longtemps. Car le /social/ c’est la mort de l’humain. Tous les gens un peu rétifs aux embrouillaminis administratifs et aux milieux médicalisés vous le confirmeront.

Quand les scientifiques américains font valoir les avantages que représente l’aptitude à la sociabilité pour la préservation de notre espèce, ils notent entre autre le fait que nos ancêtres étaient davantage susceptibles que les néandertaliens de s’adapter à de nouveaux congénères lorsque leur tribu d’origine avait été décimée. Il échangeaient plus volontiers des affects et des services contre toutes sortes de biens, puisqu’ils étaient de nature serviable et avaient des affects à revendre… Cela aurait facilité selon eux le développement des capacités mémorielle, et donc l’apparition d’une culture.
Quelque chose d’assez indéfinissable me choque là-dedans… Est-ce moi qui ait un problème, ou la capacité à considérer ses amis et ses proches comme des moyens-de-parvenir potentiellement interchangeables : – est bien un truc de psychopathe ? – a quelque chose de contradictoire en soi avec la notion d’amitié ?
.

20100512-PatBagley_NeanderthalBeck

.

Je repense à présent la haine du régime Khmer pour l’intelligentsia cambodgienne… Certaines personnes ont été systématiquement perçues par les dignitaires de cette dictature comme étant fondamentalement trop intelligentes, trop indépendantes d’esprit, trop savantes, ou tout simplement trop « remarquables » au sens étymologique du terme, pour accéder à l’idéal communiste de fraternité universelle… L’intelligence elle-même, le talent en tant que tel, a été soupçonné par certains marxistes d’être de nature ontologiquement bourgeoise. Se trompaient-ils ? Si une tête dépasse, l’identification réciproque est moins aisée, forcément. En Russie comme en Chine, on s’est méfié des intellectuels, on a surveillé les artistes comme du lait sur le feu. En Russie comme en Chine, on a également demandé aux travailleuses de ne pas se maquiller. Une jolie femme crée un désir, la création de désir induit des rivalités, des jalousies, donc des injustices. La belle femme, parce qu’on veut toujours la posséder, équivaut à un signe extérieur de richesse et engendre du déséquilibre social, forcément.

Dans les milieux pieux, catholiques ou protestants (je n’évoquerai même pas le cas musulmans), on remarquera que les belles femmes suscitent également la méfiance… Et pour à peu près les mêmes raisons. On les taxe souvent de vanité, parce qu’aux yeux de la brebis lambda, tout signe de distinction signale forcément un manque d’humilité. On veut aussi des belles qu’elles soient fainéantes, car on les voudrait comme la paresse : mères de tous les vices… ne serait-ce que parce que la beauté est un don de Dieu qui ne requière aucun travail ni mérite, et que les bonnes mères sont par définition travailleuses et méritantes… Raccourci aisé.

La beauté, parce qu’elle est gratuite et parce qu’elle divise, quand elle n’est pas réservée à la Vierge, c’est-à-dire au surhumain, est aux yeux des bigots un don de Dieu suspect. Pour les communistes comme pour les gauchistes ordinaires, c’est exactement la même chose : la beauté, quand elle n’est pas réduite à sa plus simple fonction allégorique, mais se manifeste sous la forme d’une propriété privée, quand elle est incarnée et vivante, relève d’un privilège indu réservé uniquement à quelques uns. Crime contre l’égalité en la demeure.
.

noli-me-tangere-tissot

Noli me tangere

.

Pour les cathos, pour les muzz, comme pour les Marxistes, l’archétype de la Belle est quelque peu comparable à celui du Juif – (où du moins à l’idée qu’ils s’en font).

« Comment cela, Dieu te préfère ? » – « Non, cela ne peut être. Dieu te préfère seulement en apparence ! » – « Un Dieu qui a ses favoris n’est pas Dieu. » – « Un dieu qui a ses favoris n’existe pas ! » – « Il n’y a pas de Dieu/il n’y a pas de justice, en vérité, si les riches comme toi doivent toujours conserver leur avantage sur les autres… Insurrection ! » – « Ton domaine à toi est celui des apparences… » – « Et Satan est le maître des apparences. » – « Sois belle mais par pitié tais-toi ! » – « Tu n’as pas ta place parmi les gens simples et vrais. » – « Retourne d’où tu viens, tu appartiens aux superficialités du monde marchand. » – « Vous avez ma parole, dans le royaume des cieux/dans le ciel des idées/à la fin des temps/après la révolution, les justes et les purs auront leur revanche ! » – « Parce que nous spirituels, méprisons la matière » – « Parce qu’à nous matérialistes, on ne fait pas miroiter des veaux d’or » – « Parce que nous ne raisonnons pas en terme d’avoir, parce que nous ne jurons que par l’Être » – Parce que l’essentiel est invisible pour les yeux. »

Pour les gens qui s’expriment ainsi, je vous le demande : qu’est-ce qu’un juif pauvre ? Qu’est-ce qu’une belle qui ne se vend pas ? – En vérité, dans la mentalité de la majorité des muzz, des marxistes et des cathos brutaux, ces deux erreurs de la nature n’existent pas, ces deux exception à la règle ne portent pas de nom.

« Personne ne sait mon nom, et personne ne connaît ce refuge. » – Ernst Jünger

Ce qui dérange le monde en vérité, ce n’est pas tant la différence, mais la différence qui demande un traitement d’exception. L’étranger qui présente son étrangeté comme un handicap ne restera pas esseulé très longtemps. Celui qui se la représente comme un signe d’élection, en revanche, entame l’ascension du Golgotha. Parce qu’ici-bas on est tous tolérants aux défauts des autres. Beaucoup moins en revanche à leurs qualités.
.

1301022_8667663

..

Tous différents à condition que ta différence soit un handicap.
Tous égaux à condition de l’être dans la nullité.

..